Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion 
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Dim Sep 29, 2013 20:15 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Etalorsiennes, etalorsiens,

Je me trouve dans une situation personnelle douloureuse et c'est pourquoi je me tourne vers vous. Rapidement, voilà le tableau : avec ma copine, on s'est rencontrées dans le cadre de nos études. Nous sommes devenues amies puis, après un an, nous avons commencé à sortir ensemble. Ma copine a eu de nombreuses histoires avec des mecs. Avant moi, elle n'avais jamais envisagé de sortir avec une fille, mais voilà, ça s'est fait sans qu'elle ni moi ne le voyons venir. Pour elle, c'est une question de personne et cela ne remet en cause ses histoires précédentes. Cela va faire un an que nous sommes ensemble, je suis très heureuse avec elle, elle a rencontré ma famille. J'ai également rencontré sa famille, avant que nous soyons ensemble (détail qui a son importance).

Ma copine a dit très rapidement à sa famille que nous étions ensemble. Elle n'avait pas particulièrement de crainte car ses parents l'ont élevée avec un discours très tolérant sur l'homosexualité, et ont beaucoup aidé une cousine de la famille lors du coming-out de cette dernière. Après l'annonce, son père et son frère lui ont dit que, pour eux, cela ne changeait rien. Idem pour sa soeur, qui me connaît bien maintenant et qui m'a totalement adoptée. Mais avec sa mère, ça s'est très mal passé.

Ma copine lui a annoncé pendant un séjour de quelques jours chez ses parents. Après l'annonce, sa mère est restée silencieuse pendant presque 2 jours, avant de sortir un discours très négatif. Elle ne comprend que cela arrive à sa fille, pourtant hétérosexuelle confirmée et heureuse par le passé avec des mecs. Elle a peur que sa fille se retrouve seule, embarquée dans le milieu, malheureuse. Grosse claque pour ma copine, qui est tombée de très très haut devant un tel rejet et de tels clichés.

Depuis, sa mère ne souhaite pas en reparler. Ma copine a fait une tentative et sa soeur plusieurs, mais rien à faire. Sa mère préfère faire comme si je n'existais pas. Elle ne demande jamais de mes nouvelles, ne rebondis pas lorsque ma copine lui raconte que nous sommes parties en weekend ensemble. Elle lui reproche que "sa vie à Paris" (c'est à dire moi, ma copine y vit depuis 3 ans et cela n'avait jamais posé de problèmes) lui prend trop de temps et qu'elle ne rentre jamais voir sa famille en province (ce qui est faux, ma copine rentre au moins une fois par mois).

Ma copine, qui a toujours été très proche de sa mère, vit mal la situation et ne sait plus comment faire. Pour ma part, je ne sais pas quoi faire non plus. Je me sens impuissante, cela m'énerve que sa mère nourrisse des tas d'idées négatives à mon sujet. En même temps, je sais que ce n'est pas vraiment contre moi, c'est juste qu'il est plus facile de détester une personne qu'elle ne connaît pas et de tout lui mettre sur le dos, plutôt que d'affronter ses propres peurs et sa propre intolérance.

Je me suis dis que la solution serait que sa mère me rencontre, constate que je ne mords pas et que je suis même quelqu'un de tout à fait normal et équilibré. Pourtant, ce weekend, elle a eu l'occasion de me rencontrer (nous devions nous croiser lors d'un déménagement, dans un cadre informel donc, sans obligation de dialogue) mais a finalement annulé sa venue car elle n'avait "pas envie". Encore une fois, elle n'a même pas mentionné mon existence.

Que dire, que faire ? J'enrage de ne rien pouvoir faire.
Vous êtes-vous déjà trouvé dans un cas similaire ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Dim Sep 29, 2013 20:59 
Khîpe trotter
Khîpe trotter
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Juil 01, 2005 8:54
Localisation: panam
Genre:
arf.. :erm:

Je n'ai pas vraiment de conseils à donner étant moi même dans la position de ta copine.. Mais je lui transmets toute ma sympathie car c'est une situation vraiment pas évidente..

Big hug à vous deux.. :copain: :copain:

_________________
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences...Gavalda dans "ensemble, c'est tout!"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Lun Sep 30, 2013 7:02 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Gé a écrit:
arf.. :erm:

Je n'ai pas vraiment de conseils à donner étant moi même dans la position de ta copine.. Mais je lui transmets toute ma sympathie car c'est une situation vraiment pas évidente..

Big hug à vous deux.. :copain: :copain:

Merci Gé :copain:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Lun Sep 30, 2013 10:54 
Khîpe trotter
Khîpe trotter
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Juil 01, 2005 8:54
Localisation: panam
Genre:
Bon bon bon.. Ton post m'a donné à réfléchir.. Mon big hug, il est sympa mais il ne suffit pas.. Et résultat depuis hier soir, ça me travaille..

La première chose qui me vient en relisant ton message, c'est que peut tu faire? Malheureusement rien. Tu n'es pas en bonne position. Si tu agis, tu vas passer pour la "méchante lesbienne" qui fait tout pour éloigner la fille de sa mère, et vis à vis de cette dernière, ça ne fera que confirmer l'idée fausse qu'elle a de "ce monde".
La seule chose que tu peux faire, c'est d'être là pour ta copine, présente mais sans lui mettre de pression parce que finalement la pression, elle se la met sans doute toute seule..
Donc du soutien, des câlins et de grosses doses de calme et de compassion pour sécher les éventuelles larmes..

Ensuite, la réaction de la mère... que dire? Bah c'est d'un classique! On est hyper open pour les autres mais lorsque ça touche sa famille et surtout ses enfants: là, on a droit à un revirement impressionnant.. Ce qui me frappe c'est l'image ou l'idée qu'elle a du "milieu": c'est rigolo parce qu'elle a la même image que celle de mes parents.. Le truc bien faussé où dans ce monde, tout le monde finit seul et malheureux.. et généralement tu te fais embarquer par des plus vieux que toi qui t'influencent, pauvre petit(e) qui est tellement fragile et pas capable d'avoir ses propres opinions!! :roll:
La solution que j'ai adopté, c'est de partir du fait que mes parents me voyaient comme quelqu'un de solide, de fiable, responsable tout çaaaaaa et que je continue à être la même quoi qu'il arrive.. C'est de leur faire comprendre que j'ai une vie tout à fait équilibrée avec ma copine, que je ne passe pas mes nuits dans une vie dissolue et que j'ai des amis de tout bord que je continue à voir (et pas que des pédégouines!!)
Ta copine peut aussi la rassurer en disant qu'elle n'est pas fermé aux mecs.. Bon, ce qui n'est pas très cool pour toi et qui peut entraîner une petite dose d'espoir pour elle.. c'est à voir..
Mon frère m'avait dit une chose qui m'a beaucoup marqué: "maman n'acceptera pas ton homosexualité pour elle, mais parce que c'est elle justement.." Sous entendu, ta copine est quelqu'un de bien, de stable et d'équilibrée, donc c'est rassurant pour notre mère.. Je crois que la mère de ta copine a besoin aussi de ce genre de chose..

Donc pour ta copine, pas beaucoup de solutions:
-d'une: couper les ponts le temps que sa mère se fasse à l'idée. le genre "elle m'accepte ou elle ne me voit plus": c'est ce que beaucoup ici conseilleront mais lorsqu'on a une relation particulière avec ses parents, c'est pas forcément évident..
- de deux: faire ce que j'appelle une guerre froide.. On continue à les voir, leur montrer qu'on va bien mais on leur montre aussi qu'à côté de ça on a une vie et qu'on ne va pas tout sacrifier pour leur bonheur.. Mais l'inconvénient, c'est que ça peut être méga looooong
(moi ça fait 15 ans que je lutte quasiment)

Bref pas facile... J'ai pas vraiment de conseils pratiques.. Ce qu'il faut pour ta copine, c'est déjà de se blinder parce que oui ça fait mal de ne pas être accepté par sa mère et il peut y avoir des petites phrases très blessantes.. Et puis c'est aussi devoir se rendre compte que nos parents ne sont pas parfaits, qu'ils ont eux aussi leur défaut.. et ça c'est grandir et entrer dans le monde adulte et c'est dur aussi..
Voilà voilà.. Finalement j'avais pas mal de choses à dire!! :mrgreen:

Bon courage encore et encore.. et pleins de bisous à vous deux.. :copain:

_________________
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences...Gavalda dans "ensemble, c'est tout!"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mar Oct 01, 2013 18:30 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Gé a écrit:
Ta copine peut aussi la rassurer en disant qu'elle n'est pas fermé aux mecs.. Bon, ce qui n'est pas très cool pour toi et qui peut entraîner une petite dose d'espoir pour elle.. c'est à voir..

J'y ai déjà pensé mais je ne crois pas que ça ferait avancer le shmilblick. Sa mère risque d'espérer à tout prix notre séparation (si elle ne le fait pas déjà) et de continuer à fermer les yeux en attendant.

Gé a écrit:
Mon frère m'avait dit une chose qui m'a beaucoup marqué: "maman n'acceptera pas ton homosexualité pour elle, mais parce que c'est elle justement.." Sous entendu, ta copine est quelqu'un de bien, de stable et d'équilibrée, donc c'est rassurant pour notre mère.. Je crois que la mère de ta copine a besoin aussi de ce genre de chose..

Tout à fait d'accord avec ton frère, et c'est pour cette raison que je souhaite qu'elle me rencontre. Avec ma copine, on a même pensé à me faire débarquer à l'improviste chez eux un weekend. Mais connaissant la volonté de tout contrôler de belle-maman et sa main-mise sur le foyer, elle risque de faire un malaise !

Gé a écrit:
Donc pour ta copine, pas beaucoup de solutions:
-d'une: couper les ponts le temps que sa mère se fasse à l'idée. le genre "elle m'accepte ou elle ne me voit plus": c'est ce que beaucoup ici conseilleront mais lorsqu'on a une relation particulière avec ses parents, c'est pas forcément évident..
- de deux: faire ce que j'appelle une guerre froide.. On continue à les voir, leur montrer qu'on va bien mais on leur montre aussi qu'à côté de ça on a une vie et qu'on ne va pas tout sacrifier pour leur bonheur.. Mais l'inconvénient, c'est que ça peut être méga looooong

Je n'envisage pas l'option 1. Connaissant les relations habituellement proches de ma copine avec sa mère, je pense que ça leur ferait plus de mal que de bien.

L'option 2, oui. C'est usant mais nécessaire. Toutefois je ne veux pas m'échiner en vain pour prouver quoique ce soit à une tierce personne, fut-elle ma belle-mère. Donc je me creuse la tête, j'essaye même de me mettre à sa place. Cette mère ressent de la peur et de l'incompréhension. Comment remédie-t-on à la peur et à l'incompréhension ? Par la démonstration, par l'explication de l'origine des clichés puis leur dépassement par l'expérimentation. Mais si elle refuse de me voir et même de reconnaître que j'existe, ça va être compliqué... C'est vraiment le serpent qui se mord la queue.

Un petit truc marrant dans cette histoire pas rigolote : hier soir, ma mère à moi, quand je lui ai raconté tout ça en détails, a piqué sa crise et m'a dit "Non mais passe moi son numéro, à celle-là*, je vais lui expliquer deux-trois trucs moi !!)

* propos modérés par mes soins


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mar Oct 01, 2013 20:48 
Khîpe trotter
Khîpe trotter
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Juil 01, 2005 8:54
Localisation: panam
Genre:
Bon une chose est certaine, c'est que tu es bloquée.. Comme elle fait comme si tu n'existais pas, tu ne peux rien faire.. Si jamais tu agis et que tu débarques ou un truc comme ça, tu vas obtenir l'exact inverse de ce que vous souhaitez..
Elle va se braquer encore plus et t'accuser des pires maux..

Ce qui peut aider ta copine, c'est d'être aidé par ses frères et sœurs.. Personnellement je sais que ma mère a commencé doucement à se dire que j'allais bien et que j'avais une vie équilibrée, d'une part par ce que je lui raconte, mais aussi parce que mes frères et sœurs l'acceptent et connaissent ma copine, et n'hésitent pas à parler de "nous" lorsqu'on dîne ensemble ou qu'on se voit pendant les vacances et pas seulement de "moi"

Preuve en est une des dernières phrases de ma mère: " je sais que tu es avec quelqu'un de bien" :mrgreen:

Citer:
L'option 2, oui. C'est usant mais nécessaire. Toutefois je ne veux pas m'échiner en vain pour prouver quoique ce soit à une tierce personne, fut-elle ma belle-mère. Donc je me creuse la tête, j'essaye même de me mettre à sa place. Cette mère ressent de la peur et de l'incompréhension. Comment remédie-t-on à la peur et à l'incompréhension ? Par la démonstration, par l'explication de l'origine des clichés puis leur dépassement par l'expérimentation. Mais si elle refuse de me voir et même de reconnaître que j'existe, ça va être compliqué... C'est vraiment le serpent qui se mord la queue.


C'est un peu usant c'est vrai.. Et je ne connais que ma mère qui résiste autant.. Mais ce qu'il faut bien se dire (et accepter par ta copine) c'est de continuer à vivre normalement, continuer à lui raconter votre vie et surtout (chose que j'ai du mal à faire) ne pas avoir de remords lorsque vous faites quelque chose qui peut-être empiète sur la vie "familiale" mais qui est un point important pour votre vie de couple.. Il faut parfois savoir dire "non, je ne suis pas libre parce qu'avec Queen, on a prévu autre chose".. et personnellement c'est ce que j'ai le plus de mal à faire..
Ça fera mal à sa mère, mais elle ne pourra s'en prendre qu'à elle même.. C'est elle qui n'accepte pas..

Citer:
Un petit truc marrant dans cette histoire pas rigolote : hier soir, ma mère à moi, quand je lui ai raconté tout ça en détails, a piqué sa crise et m'a dit "Non mais passe moi son numéro, à celle-là*, je vais lui expliquer deux-trois trucs moi !!)

Ma belle mère a eu un peu le même genre de réaction :hehehe:

_________________
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences...Gavalda dans "ensemble, c'est tout!"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Oct 16, 2013 19:47 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
L'avis de Gé m'est très précieux, mais si d'autres etalorsiens se sentent le coeur de répondre, qu'ils ou elles n'hésitent point :^^:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Jeu Oct 24, 2013 21:04 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Sep 17, 2005 7:06
Localisation: Paris
Age: 37
Dur, dur pour toi et surtout pour ta copine, qui a toujours été proche de sa maman, de ne pas pouvoir lui parler librement de tout. :s

Il n'est pas rare que les parents, n'approuvent pas le petit-e ami-e de leur protégé-e !!!!
Et les raisons peuvent etre obscures/incensées/burlesques ! Bref, on ne sait pas ce qui peut se passer dans leur petite tete. >_< >_<

Conseil de popiette : Si ta copine rend visite à ta maman chez elle, tu arrives tout à la fin du rdv, tu reste 5 min, tu lui offres un cadeau, tu ris, tu parles de tout et de rien, des choses neutres mais positifs de la vie, de ta maman !

Et hop, vous vous quittez.

Résultat : sa maman gardera de toi, cette image de départ, positive.


Popietteracontesavie.fr
Quand j'ai rendu visite à ma mère, je lui avais présenté mon ex copine.
Ma mère a levé la tete pour la regarder et là, lui dit : hu (bruit du fond de la gorge) puis a parlé d'autre chose.
Et à un moment de la journée, ma copine était à coté de ma mère durant 10 min qui l'a superbement ignoré.

:lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Ven Oct 25, 2013 19:28 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
popy a écrit:
Conseil de popiette : Si ta copine rend visite à ta maman chez elle, tu arrives tout à la fin du rdv, tu reste 5 min, tu lui offres un cadeau, tu ris, tu parles de tout et de rien, des choses neutres mais positifs de la vie, de ta maman !

Et hop, vous vous quittez.

Résultat : sa maman gardera de toi, cette image de départ, positive.

Je l'aurais sans doute tenté si ses parents n'habitaient pas à plusieurs heures de train. Et quand c'est sa mère qui est sur Paris, c'est elle qui s'arrange pour ne jamais me croiser !

Merci popy :biz:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Dim Oct 27, 2013 12:54 
Administrateur
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Oct 26, 2011 21:54
Age: 28
Genre:
Tiens, j'avais pas vu ce post.

Comme quoi avoir des parents ouvert sur le sujet ne veut pas tout dire... Bref.

Je pense qu'il faut juste lui laisser un peu de temps. Comme l'a si bien dit Gé (et son frère), tu arriveras (et ce sans problème j'en suis sûr) à lui montrer que tu es une super nana qui rend sa fille heureuse. Elle finira bien par se rendre compte qu'elle fait fausse route et que son caractère fait du mal à tout le monde.

J'ai pas grand chose à te conseiller pour le coup, Gé a tout dit. Je peux juste te souhaiter bonne chance. :copain:


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Nov 20, 2013 16:41 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Juin 10, 2007 17:30
Age: 31
Salut Queen of Leon :gentil:

Ca fait un moment que je tourne autour de ton topic, j'avais envie d'y répondre mais je ne trouvais pas le temps. Cette fois-ci, je le prends !

Comme je comprends ton désarroi... J'ai été, à quelques détails près, dans ta situation. Mon témoignage pourrait se résumer ainsi : tout est bien qui finit bien ! (Ca, c'est pour enlever tout suspens!)

Je reprends depuis le début :

Je rencontre ma copine au lycée, 1ère histoire pour chacune, le coup de foudre, l'amour-passion, comme ça peut l'être à cet âge pour un premier amour. Les parents de ma copine sont profs, de gauche, sa mère fait de la moto, son père va a des concerts de reggae. Tu vois le genre... Après à peine quelques semaines de relation, sa mère, "tombe par hasard" (hum hum) sur le portable de ma copine, lit mes SMS enflammés et découvre tout… On est en novembre 2005, par là. Je ne te refais pas tout le topo, mais en gros c’est crise de larmes, culpabilisation envers elle-même et envers ma copine ; c’est moi qui ait manigancé un coup monté pour la détourner du droit chemin ; c’est elle qui est encore trop jeune pour connaître la véritable nature de ses sentiments (à 16 ans, euuuh…). C’est la honte qui s’abat sur la famille, ne le dis à personne, ce n’est qu’une passade, tu vas changer. Je vais te faire changer. C’est la guerre. Ma copine, elle, elle n’a pas trop confiance en elle, elle n’assume d’ailleurs encore pas d’être en couple avec une fille, malgré tout l’amour qu’elle me porte. Elle essaie de combattre mais leurs armes ne sont pas égales, et pour finalement rassurer sa mère et avoir la paix, elle lui dit qu’elle « ne se voit de toute façon pas lesbienne à 30 ans » (à l’époque, elle le pensait sûrement) et qu’elle « ferait sa vie avec un garçon ». Sa mère ne la lâche pas, à la maison c’est infernal, ce jeu qui se joue entre mère et fille, tenant à l’écart le père et la sœur qui ignorent encore tout. Finalement, sa mère l’oblige à en parler à son père, qui le prend bien, puis, peut-être un peu lâchement dans la bataille choisit finalement le camp de la mère.

Ma copine abandonne vite la partie, choisit de rester avec moi malgré tout mais de dire à ses parents que tout est fini. Les choses s’apaisent, mais ma copine est malheureuse, choquée par les semaines qui viennent de s’écouler : l’homophobie de ses parents ne passe pas par les insultes, encore moins de la violence physique, mais une pression perpétuelle pour la faire revenir du bon côté. En outre, sa mère est méfiante malgré tout : elle rode de temps en temps autour du lycée pour voir si on se voit encore. Lorsqu’on se balade en ville, on emprunte des itinéraires différents avant de se retrouver à l’abri de tout regard. C’est pas facile. Alors un jour, l’envie d’aider cette maman à prendre conscience qu’elle est en train de détruire sa fille à petit feu prend le dessus. Je sais où et à quel moment sa mère se rend au marché. Tôt un matin, alors qu’elle nous croit toujours séparées, je vais lui causer deux mots…

Très poliment, je demande à lui parler, et, très poliment, elle accepte. J’essaie de trouver les mots pour lui faire prendre conscience qu’on n’a rien fait de mal, mais que c’est elle qui a fait souffrir sa fille, qu’elle aurait dû l’aider. Elle me répond que c’est compliqué quand même tout ça, et puis que ce n’est pas à elle d’aider sa fille à s’assumer, que ce n’est pas son rôle. Je lui réponds que si, c’est le rôle d’une mère d’aider son enfant à vivre sereinement. Elle me lance : « M. m’a dit que vous n’êtes plus ensemble… ». Je sens l’inquiétude du contraire poindre dans sa voix, je maintiens le mensonge en confirmant. Mais, ça me fendait le cœur qu’elle puisse le croire alors je le lui précise : « Vous savez, je ne veux aucun mal à M., je l’AIME ». On n’a plus rien à se dire, et c’est toute tremblante que je reprends mon chemin vers le lycée.

Quelques mois passent encore, on est à la fin de l’année scolaire. Pour moi, le lycée c’est fini. Pas pour ma copine. Les perspectives de se voir s’amenuisent considérablement : il n’y a finalement qu’en journée la semaine qu’on pouvait être ensemble. Et l’été approchant, ç’allait être encore plus compliqué. On déprime. Un soir, ma copine ne tient plus : elle craque, en larme elle va voir sa mère et lui dit qu’elle m’aime plus que tout, qu’elle ne peut pas faire sa vie sans moi, qu’il faut qu’elle l’accepte parce qu’elle n’en peut plus. Je crois que c’est à ce moment-là que la mère de ma copine va réaliser la souffrance dans laquelle est sa fille et qu’il va falloir se mettre au travail. Sérieusement. Et dans le mois qui suit, ma copine a l’autorisation de venir passer une semaine chez mes parents.

L’année qui suit, j’ai réussi à poursuivre pour un an mes études dans la même ville : j’ai mon petit studio estudiantin, elle vient tous les vendredis soir chez moi. Je croise peu ses parents, l’ambiance est froide mais toujours cordiale.
L’année d’après, nous débarquons à la « grande ville » pour nos études. On a chacune notre appart’ sur le papier, mais toujours fourrées ensemble (pas de jeux de mots). Je ne vois toujours presque pas ses parents, ils ne demandent pas de mes nouvelles, je n’existe toujours presque pas.

L’année suivante, ma copine a 20 ans, et un premier miracle se produit. 2 semaines avant, sa mère m’appelle : les parents de ma copine veulent l’inviter dans un très bon resto pour son anniversaire, et ils voudraient que je sois là. J’ai dû me pincer une bonne quinzaine de fois pour réaliser ! (Après, c’est la merde parce que j’étais en formation à 180km de là le fameux week-end, alors merci ma maman qui a bien compris l’enjeu et a fait 2x180km en 12h pour venir me chercher et me ramener à temps :copain: )

Les mois qui ont suivi, j’avais droit à un « Tu passeras le bonjour à Gina » quand mère et fille se parlaient au téléphone. J’ai été invitée à manger chez eux (mais pas à dormir), on a emménagé ensemble et le Noël suivant, j’ai même eu droit à un cadeau !
Petit à petit, les relations s’amélioraient, s’apaisaient, même si ce n’était toujours pas l’éclate totale.

Il y a ensuite eu 2 choses qui ont fait, à mon sens, définitivement basculer ses parents du côté de l’acceptation pleine et entière.
Nous sommes parties 6 mois à Montréal (la veille du départ de ma copine (qui partait un mois avant moi), j’ai eu le droit de dormir chez elle, avec elle. Ca faisait 6 ans qu’on était ensemble). Ces 6 mois loin de leur fille ont dû provoquer quelque chose en eux parce que même de loin, ils ont été très présents, et enfin j’existais totalement et légitimement comme la compagne de leur fille. Tout ça a été plus que confirmé à notre retour.
6 mois plus tard, je perdais brutalement mon frère. Et depuis (ça ne fait que quelques mois), ils sont très présents et attentionnés envers moi. Ils me réclament quand je ne suis pas venue les voir depuis un moment, on partage de vrais moments tous ensemble.

Ce sont mes beaux-parents, et je suis leur belle-fille.


Pour résumer, je n’ai pas vraiment de conseils, parce que chaque histoire est sans doute différente.
Il y a plusieurs stratégies qui se présentent à vous.
- Ta copine peut tout nier pour avoir la paix (comme l’a fait la mienne), MAIS ça n’apaisera pas sa blessure intérieure et ça déplace le problème. Mais elle aura la paix, mais ce n’est pas idéal. Pleins de « mais », donc.
- Vous laissez passer le temps, beaucoup de temps. Nous, ça a bien pris 7 ans. C’est long, et c’est pas garanti. Mais vous, ou juste ta copine, pouvaient prévoir de partir à l’étranger : c’est loin alors les parents s’inquiètent, mais vous êtes deux donc c’est rassurant malgré tout (malgré toi).
- Vous pouvez essayer de brusquer les choses pour qu’il y ait un déclencheur. Mais je suis assez septique parce que si je regarde notre histoire, les parents de ma copine ont dû faire leur propre chemin, qui n’a pas été celui de mes parents, qui n’a pas été celui des tiens, ni celui de ceux de ta copine, et etc. C’est à eux de faire, avec leurs angoisses, leurs préjugés, leurs peurs. Ta copine peut essayer de les accompagner en insistant et soulignant sur tous les aspects positifs de votre relation (« ce week-end on a fait [blabla] et c’était trop génial »), mais ce n’est probablement pas évident pour elle.

On pourrait continuer longtemps comme ça, mais ce que je veux vraiment te faire passer dans mon témoignage c’est que le temps peut parfois faire son œuvre et que tout n’est pas nécessairement perdu d’avance. Par contre, il ne faut pas que vous oubliez de prendre soin de vous : ce que ta copine vit est difficile à gérer (la mienne, même après 8 ans et même si maintenant les relations vont bien, elle n’a pas encore digéré). Et toi aussi, ce que tu vis n’est pas évident et il ne faut pas que tu t’oublies non plus. Prenez-soin de vous, et même si les parents ou l’entourage prennent parfois beaucoup de place dans la tête et dans la vie, votre histoire d’amour passe avant tout et vous portera !

Bon courage ! :gentil:

_________________
.I'll be a rock'n'rollin' bitch for you.
[Moonagedaydream]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Déc 04, 2013 18:57 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Gina, ton histoire m'a donné beaucoup d'espoir. Merci infiniment d'avoir pris le temps d'écrire tout ça.



Du nouveau, les amis : samedi soir prochain, rencontre officielle avec belle-maman. C'est notre remise des diplômes à ma copine et moi. Tout le monde sera là, les profs, les diplômés, les parents, le champagne, les discours. J'y serai avec mon père. Elle va être obligée de me croiser et de me dire bonsoir. Je flippe mais c'est pas grave, au moins cette fois elle ne pourra pas se défiler.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Déc 04, 2013 19:03 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 21:36
Genre:
Queen of Leon a écrit:
Gina, ton histoire m'a donné beaucoup d'espoir. Merci infiniment d'avoir pris le temps d'écrire tout ça.



Du nouveau, les amis : samedi soir prochain, rencontre officielle avec belle-maman. C'est notre remise des diplômes à ma copine et moi. Tout le monde sera là, les profs, les diplômés, les parents, le champagne, les discours. J'y serai avec mon père. Elle va être obligée de me croiser et de me dire bonsoir. Je flippe mais c'est pas grave, au moins cette fois elle ne pourra pas se défiler.


On va penser fort à toi alors!
Et on va croiser les doigts en espérant une évolution positive d'ici là pour que ça se passe bien!!
:gentil:

_________________
Tatan, elle fait des flans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Déc 04, 2013 19:07 
Khîpe trotter
Khîpe trotter
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Juil 01, 2005 8:54
Localisation: panam
Genre:
grillée par bloue, mais tout pareil!

Tiens nous au jus! :^^:

_________________
Ce qui empêche les gens de vivre ensemble, c'est leur connerie, pas leurs différences...Gavalda dans "ensemble, c'est tout!"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Sa mère nie mon existence
MessagePublié: Mer Déc 04, 2013 19:52 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Sarablue a écrit:
On va penser fort à toi alors!
Et on va croiser les doigts en espérant une évolution positive d'ici là pour que ça se passe bien!!
:gentil:

Gé a écrit:
grillée par bloue, mais tout pareil!

Tiens nous au jus! :^^:

Merci les filles !! Je vous raconterai tout ça :biz:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 51 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2019 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .