Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion 
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Après la sortie du placard, prendre la première à gauche...
MessagePublié: Mar Fév 26, 2008 20:59 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 33
Ca risque d’être long. A vrai dire ca prend 3 pages A4 manuscrites, on verra en numérique…
Alors, déjà pour ceux qui voudraient connaître le contexte et/ou le début de l’histoire, c’est ici : http://www.et-alors.net/forum/setopic_7033-.html

Les nouveautés, c’est que j’ai présenté ma copine à mes parents au mois de juillet. Ca ne s’est pas vraiment mal passé, mais rien de génial non plus. 3 mois après mon CO, ca ne me paraît pas non plus très étonnant.
A la Toussaint mes parents sont venus passer quelques jours chez nous. C’est plutôt une avancée dirait-on : ils acceptent de nous voir chez nous ca semble une forme de reconnaissance. Mais on a quand même droit à une soirée « discussion » qui ressemble fort, de mon point de vue, à celle qu’on avait pu avoir au mois de juillet. Ces genres d’interrogatoires ont le don de m’horripiler.
Je sais que c’est normal que les parents aient des interrogations et qu’il vaut mieux y répondre si on veut faire avancer le schmilblick. Mais la forme de ces discussions (très solennelles, je ne sais pas trop comment décrire, mais j’imagine que vous y avez sans doute eu droit aussi) me met très mal à l’aise, j’ai l’impression qu’on me somme de m’expliquer, qu’ils ont droit à des explications, pour comprendre, pour « avancer » comme ils disent. Seulement il me semble que ça ne fait rien avancer, et je ressors de cette soirée aussi frustrée que quand je les avais quittés en juillet.

Depuis mon mot d’ordre c’était « il faut leur laisser du temps, ils disent qu’ils avancent, on verra bien ». En effet quand je téléphone, ils me demandent des nouvelles de ma copine, ils me disent qu’ils l’aiment bien, que ca leur a fait plaisir de nous avoir vu chez nous, etc.…

Au passage, je me souviens plus si c’était lors d’une de ces deux grandes discussions ou une autre fois où je les ai vus seule, ma mère a réussi à me glisser qu’elle aimerait me parler de certains sujets seule, c’est à dire sans ma copine, et qu’elle craignait que ma copine m’ait influencée dans mon « choix ». J’ai beau lui expliquer que je ne savais pas qu’elle était lesbienne avant de vouloir sortir avec elle, ça n’a pas l’air de suffire.

Il faut dire aussi que j’ai commis l’erreur de sortir avec un mec avant de connaitre ma copine. L’erreur était plutôt de l’avoir dit à mes parents, dans le cas présent. Je sens bien qu’elle se raccroche à ça, ma mère. Avec le fait que je n’aie pas répondu à sa question, parmi de nombreuses autres du même acabit : « pour vous c’est inenvisageable de coucher avec un garçon ? », alors que ma copine a répondu du tac au tac.

Bon tout ça finalement c’était encore le contexte. D’ailleurs, bravo à ceux qui sont encore éveillés :wink: !

Le point déclencheur c’est maintenant. Ta dam :!: Je sais depuis plusieurs mois que je veux descendre chez mes parents une grosse semaine au mois de mars. C’est le festival du cinéma a Alès, et je ne le manque jamais. Au départ, j’ai dis a mes parents que je venais seule, ce qui était prévu. Mais ma copine étant en vacances, on s’est dis qu’elle pourrait venir aussi.

J’ai donc pris mon courage à deux mains et appelé mes parents hier soir. J’appelle essentiellement pour demander s’il est possible, qu’on dorme dans ma même chambre, ma copine et moi. La réponse est : « on est pas d’accord ». Ce a quoi je réponds que « quand ma grande sœur est venue pour la 1er fois avec son copain, ils ont eu droit a une chambre commune avec un grand lit ». Là je les entends dire, même s’il je le soupçonnais, « ça avait déjà demandé beaucoup de réflexion ». Et oui, des parents qui reçoivent des petits amis de leur fille et envisage de les faire dormir dans des lits séparés, ça existe encore ! Je précise que ma sœur avait 20 ans et son copain 23.

Pour revenir à la conversation téléphonique, ma mère me dit qu’elle m’aime, que le but n’est pas qu’on s’éloigne, qu’ils ont fait beaucoup d’efforts, qu’il faut qu’on soit chacun respectueux de l’autre, qu’ils ont fixé une limite (chambre séparée) mais que ce n’est pas une interdiction bête, etc.… je sens quasiment une invitation à transgresser l’interdit : « nous on a bonne conscience on a fixé un interdit, on est cohérents avec nos valeurs morales d’éduction »
Tout ça agrémenté de « ca nous ferait plaisir de la voir, mais peut être pas toute la semaine on veut pouvoir parler avec toi, mais on l’aime bien … »
Je me souviens pas trop de toute la conversation, mais c’est à priori le plus important. Je les ai quittés en disant qu’on allait réfléchir.

Je vous expose les solutions que j’ai envisagées :
1- On va chez eux et , selon leur désir, on dort dans des chambres séparées : impensable, ils peuvent mettre les règles à la con qu’ils veulent chez eux, mais je ne rentrerai pas dans ce jeu où ils font semblant qu’ils acceptent. Je rappelle que ça les a pas dérangé de venir 4 jours chez nous.
2- Je vais seule chez eux : je me plie quasiment plus à leur volonté. En plus de ça, je vais encore devoir subir des soirées discutes les rares fois où je ne serai pas de sortie au festival.
3- On va toutes les deux à Alès mais on ne dort pas chez eux : c’est ce qui me paraît le plus explicite vis à vis de mes parents. Mais ca gêne ma copine de dormir chez des connaissances à moi (on ne peut pas se payer l’hôtel toute la semaine, quand même), dans le sens où elle les connaît pas et en plus comme la plupart connaît mes parents ca risque de les mettre en porte-à-faux.
4- Je descends toute seule à Alès et je loge chez des connaissances à moi : finalement c’est ce qui me paraît le plus faisable. Il faut juste que j’explique à cette connaissance pourquoi je ne vais pas chez mes parents.
5- On les emmerde
6- on eur explique notre point de vue, et on leur met un ultimatum

Pour conclure, est ce que vous avez un avis sur la question ? Ma plus grosse interrogation c’est est ce que je suis trop impatiente ? ca fait 10 mois que je leur ai fait mon CO, c’est peut être trop tôt pour s’affronter comme ça. D’un autre côté je ne vois pas ce qui pourrait les faire évoluer plus si je reste gentille, juste laisser passer le temps. Jusqu’à quand ?

Merci à toutes et tous de votre attention. Bonne nuit :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 12:17 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Nov 02, 2007 22:08
Localisation: Paris
Mes parents avaient toujours dit depuis que je suis petite qu'ils ne souhaitaient pas que "la vie sexuelle de leurs filles se passe sous leur toit".
Quand je sortais avec un mec, j'ai jamais abordé la question, et puis ça n'a jamais duré assez longtemps pour que j'ai envie de leur présenter quelqu'un.

Ma soeur qui est avec son copain depuis 3 ans n'a jamais été autorisée à faire dormir son mec à la maison, et elle a mis genre 6 mois à avoir le droit d'aller dormir chez lui...

Alors quand à Noël, ma copine m'a accompagnée pour quelques jours chez mes parents, je savais que ma soeur ne serait pas là, et que donc sa chambre serait libre, j'avais peur que ma mère prépare les deux chambres, pour qu'on ne dorme pas ensemble.
Même si elle disait qu'elle trouvait ça normal que ma copine vienne, qu'on était ensemble depuis longtemps, qu'on vivait ensemble; j'avais un peu peur de ça, je voulais pas qu'il y ait de conflit, mais je voulais vraiment sentir qu'elle nous considérait comme un couple normal.

Je pense que l'idée qu'on fasse "des trucs" dans leur maison pendant qu'ils dormaient leur a traversé l'esprit, mais ils nous respectent, on a dormi toutes les deux ensemble. On n'a pas abordé le sujet.

Je pense que tu ne dois pas accepter d'aller chez eux avec elle mais de dormir séparée d'elle, soit ils vous acceptent, soit ils vous acceptent pas. Et si t'y vas toute seule, c'est encore pire, ils auront vraiment gagné.

Si tu vas quand même au festival de ciné, mais sans dormir chez eux, et que t'y vas avec elle, je pense qu'ils comprendront qu'ils ne peuvent pas avoir de toi seulement la partie qui leur plait, tu es leur fille, et ton homosexualité fait partie de toi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 14:42 
Homo ?
Homo ?
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Fév 20, 2008 22:11
Localisation: 77
Bon alors moi je vote pour la solution 6 suivie de la 3 :wink:

_________________
La vida es un carnaval!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 16:47 
Khîpe-pidon
Khîpe-pidon
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 19:10
Localisation: La Nièvre. Si,si, ça existe.
Age: 55
Genre:
Oui, tu peux encore négocier : "Non, il n'est pas possible de dormir séparée, si vous voulez me voir, c'est avec elle, sinon, on se retrouve mardi soir au resto et le reste du temps je suis chez les copains avec elle ! Mais je regrette, j'aimerais tellement passer la semaine avec vous."
(Ouah l'autre ! facile à dire avec ton clavier !)
En espérant que la barrière tombe parce que concrètement, ça va pas être facile !

_________________
Surtout ne lâchez rien !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 18:10 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Août 13, 2007 13:42
Age: 57
Genre:
zphyr a écrit:
Oui, tu peux encore négocier : "Non, il n'est pas possible de dormir séparée, si vous voulez me voir, c'est avec elle, sinon, on se retrouve mardi soir au resto et le reste du temps je suis chez les copains avec elle ! Mais je regrette, j'aimerais tellement passer la semaine avec vous."

(Ouah l'autre ! facile à dire avec ton clavier !)

En espérant que la barrière tombe parce que concrètement, ça va pas être facile !




+ 1 8)

mais je plussoie aussi la phrase de Zyphyr, c'est vrai que ce n'est pas facile du tout à faire :?

Courage :copain:

_________________
"Plussoiement a ses raisons que la raison ignore. Mais si la raison s'en mêle, arraisonné l'on faute et plussoiement se délite au bois déraisonné. Et l'on dédit ce que l'on avait dit par le vent emporté. Mais le coeur y reste." Kliban
Membre du Club des NIAIS.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 18:31 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 33
Merci à tous !

j'ai plus qu'à trouver un endroit sûr où dormir, pour commencer. Et puis après faudra que je trouve le courage de les rappeler... :?

> pieuvre : ca veut dire que t'as eu le droit de dormir avec ta copine alors que ta soeur a toujours pas le droit de dormir avec son copain chez tes parents ? C'est assez cocasse, ça...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 18:53 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 21:36
Genre:
Chez les parents de ma meilleure amie c'est la même : son copain ne dort chez elle (avec elle) que quand ils sont en vacances.
Sinon c'est elle qui va chez lui...et même chose pour une autre amie qui est avec son copain depuis 4 ans (maintenant ils vivent ensemble en plus!!) ben tant qu'ils ne sont pas mariés, le jeune homme va dormir dans la chambre d'amis!

Pour en revenir à ton problème, je pense comme Pieuvre que l'intérêt serait de descendre toutes les deux et de toutes les deux aller chez des amis.Comme ça tes parents comprendront comme elle l'a dit qu'ils ne peuvent pas avoir de toi uniquement la partie qui leur plaît.
Il faut qu'ils comprennent qu'elle fait partie de ta vie et que c'est normal pour vous de dormir ensemble en tant que couple à part entière.
Courage quoi qu'il en soit ! :)

_________________
Tatan, elle fait des flans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Mer Fév 27, 2008 22:14 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Nov 02, 2007 22:08
Localisation: Paris
Ben ma soeur peut aller dormir chez son copain qui habite pas loin, alors que ma copine aurait mis 5h en train pour rentrer à la maison lol

Et puis nous on vit ensemble, j'imagine que ça change quelque chose, je sais pas...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Jeu Fév 28, 2008 10:05 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Juin 10, 2007 17:30
Age: 31
J'ai jamais eu ce problème, la première fois que j'ai amené ma copine chez moi, c'était un mois après mon CO, et la question ne s'est même pas posée. Ma mère m'a même proposé de m'installer dans une autre chambre que la mienne, comme on a un mur commun ! Je me demande bien pourquoi :lol:

Quoiqu'il en soit, je suis de l'avis général, essayez autant que possible d'aller à ce festival toutes les deux, mais sans aller chez eux.
Pendant la période du festival, y'a pas un système de couchage genre chambres d'hôtes, de camping, etc ? C'est moins cher que l'hôtel, et vous pourriez y passer un ou deux nuits et quelques unes autres chez des amis ! Si c'est que la moitié de la semaine, peut-être que ça gênerait moins ta copine d'aller chez tes amis !

Et puis si vous êtes en chambre d'hôtes et si vous avez l'occasion de manger un jour avec tes parents, essayez de sortir un truc comme "ouais c'est pas mal où on est, mais c'est pas bon marché... Tant pis, c'est comme ça" et avec un peu de chance, ils seront pris de remords et vous proposeront de finir la semaine comme vous le vouliez !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Fév 29, 2008 0:40 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Sep 21, 2005 12:43
Localisation: Ici et la... ca change tout le temps
Je dois etre vieux jeu, mais moi je pense que vous devriez y aller, mais vous plier a leurs "exigences". Tes parents t ont deja montre qu ils vous acceptaient en venant vous voir chez vous, plusieurs jours si j ai bien compris. Personnellement, je pars du principe que lorsqu ils viennent chez vous, ce sont VOS regles qui s appliquent, mais que qd vous allez chez eux, c est a VOUS de vous plier a LEURS regles....

Renversons la situation, si vous leur mettez un ultimatum en disant que vous ne dormez chez eux qu a la condition de dormir dans le meme lit, ou bien a la condition d aller ailleurs. Imagine qu ils en aient fait de meme lorsqu ils sont venus chez vous, et vous aient dit qu ils n entreraient dans votre appart qu a la condition que vous fassiez chambre a part pendant leur sejour... je pense que cela vous aurait fait sortir de vos gonds (a raison!). A mon sens, la situation telle qu elle se presente ici est la meme que chez tes parents, et dans la mesure ou ils sont chez eux... ils devraient avoir le dernier mot.

Maintenant, c est mon avis et n engage que moi, et je ne doute pas que bien des gens vont desaprouver!

PS: considere toi qd meme chanceuse d avoir des parents qui acceptent de vous recevoir toutes les 2 qq mois seulement apres ton CO... perso, mon pere refuse tjs de rencontrer ma copine, bientot 2 ans apres mon CO, et sachant qu on vit ensemble depuis plus de 3 ans...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Fév 29, 2008 18:22 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 33
Cheeky,

Je comprends parfaitement ton raisonnement comme quoi chez nous on fait ce qu'on veut, chez eux on fait comme ils veulent. Ca me paraît logique.
Soit dit en passant, on ne leur a pas demandé de faire chambre séparée quand ils sont venus (mais on y a pensé :lol: ).

Le problème, c'est que, contrairement à ton père, ils ne sont pas logiques : ils acceptent de voir ma copine, mais pas qu'on dorme ensemble, alors que ma soeur et son copain y ont droit. Pour moi ça veut dire qu'ils n'acceptent pas réellement. Ils font un peu comme si c'était juste une copine, tout en sachant très bien que ce n'est pas le cas.
En plus, la même règle ne s'appliquant pas à tout le monde, elle me paraît moins respectable (merci à ma grande soeur qui a commencé le travail :) )

C'est sûr que c'est déjà mieux que s'ils refusaient totalement de nous recevoir, mais j'ai peur qu'ils prennent ce prétexte (c'est déjà bien) pour en rester là et ne jamais accepter totalement.

Normalement ils me rappellent ce soir. je vous tiens au courant


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePublié: Ven Fév 29, 2008 18:28 
Homo ?
Homo ?
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Avr 30, 2007 15:42
Localisation: Paris
T'inquiète pas "j't'en trouverai d'autres... de gauche". :lol:
Non, mais t'inquiète pas, la prochaine fois qu'ils viennent chez nous, un dans le canapé du salon et un dans la baignoire... hihihi


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Après la sortie du placard, prendre la première à gauche
MessagePublié: Ven Août 15, 2014 18:01 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 33
Bon.
Les enfants, j'ai besoin de vous.
J'ai chialé une bonne partie de l'après-midi. On s'est encore engueulées avec Céc. Au sujet de mes parents bien sûr.

Vous voyez le premier post du sujet ? Ben j'ai l'impression qu'on en est toujours au même point, presque.
Jusque là, ma politique, c'était de laisser couler, de leur laisser du temps, de gérer les crises ponctuellement. Mais là il semblerait que ce ne soit plus possible. Je crois que je ne me rends pas compte à quel point cette situation fait souffrir Cécile. Je n'arrive pas à comprendre. Moi je laisse couler. Ca me fait chier sur le moment, mais je m'empresse d'oublier les propos limites et autres expressions d'opinions rétrogrades. C'est ma façon de me protéger.
Sauf que, elle, elle fonctionne pas comme ça et leur dit sa manière de penser. Du coup ça clashe et je suis coincée entre la chèvre et le chou. Et elle retient tout. Elle me reproche de ne pas faire de même, de tout leur passer, de ne rien leur reprocher, voire de prendre leur parti contre elle (j'ai souvent tendance à me faire l'avocat du diable :mrgreen: ).

Le nouvel élément dans l'équation, c'est qu'on attend un gosse. Pour le début d'année. C'est Cécile qui le porte.
Mes parents sont au courant. Ils disent qu'ils sont contents d'être grands-parents (il y a de fortes chances que mes sœurs n'aient pas d'enfants). Mais ils ont encore clairement un problème avec l'homosexualité. En gros ils disent qu'ils acceptent pour nous, parce que finalement on rentre pas si mal que ca dans leur conception du couple, stable, marié, etc., mais homosexualité en général rime quand même avec coucher à droite à gauche, de préférence dans des backrooms glauques, et propager le sida... Et comme je le disais plus haut, j'en ai certainement oublié bien d'autres.
Donc, Cécile veut que je prenne une décision quant à la relation que notre enfant aura avec mes parents. Elle ne veut pas qu'il apprenne, subisse ou vive l'homophobie par eux. Sur le principe j'adhère. Sauf que pour elle ça signifie pas de contact, ou ,au mieux, pas de contact sans notre présence. Et moi ça me gêne de priver mon enfant de 2 grands-parents et je me sentirai coupable de priver mes parents de leur petit-enfant aussi. Je sais bien que je n'ai pas à me sentir coupable de quoi que ce soit et que c'est à eux de faire des efforts, d'accepter au lieu de chercher à comprendre, mais le sentiment persiste. Je ne peux m'empêcher de penser qu'ils ne feront pas de si mauvais grands-parents que ça. Mais je suis également persuadée que viendra un moment où leur attitude ou leurs propos sèmeront le doute chez mon gosse (même si je ne le reconnaitrais jamais devant Cécile).
Je n'arrive pas à prendre de décision. Je ne veux rien faire d'irréversible. Je sais qu'il faut que je fasse quelque chose pourtant.

Merci,


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Re : Après la sortie du placard, prendre la première à g
MessagePublié: Ven Août 15, 2014 20:28 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Fév 21, 2009 18:37
Localisation: Lyon
Age: 29
Salut michka,

Alors déjà, félicitations !! C'est une chouette nouvelle que d'apprendre que vous allez avoir un enfant :-)

Concernant sa relation avec ses grands-parents, je ne suis pas sûre qu'il faille prendre une décision maintenant. Tes parents le considèrent comme leur petit-fils (fille ?), c'est bête mais ça aurait pu ne pas être le cas. Il y a donc un espoir, j'ai l'impression, qu'ils ne portent aucun jugement sur votre couple en tant que foyer pour l'enfant. Ce côté là semble acquis. A partir de là, ils n'auront pas de mot déplacé sur vous qui puisse le perturber. Le seul risque serait qu'ils parlent de momosexuels à la tv et qu'ils en profitent pour sortir une saloperie. Mais je pense, et j'espère, que vu qu'ils vont s'attacher au môme, ils auront la présence d'esprit de ne pas le faire pour ne pas le perturber.
Ce que je veux dire, c'est que si vous décidez maintenant, vous ne laissez pas la possibilité au lien de se créer, lien qui fera que tes parents, en devenant grands-parents gagas, sauront d'eux mêmes se censurer pour ne pas faire de mal à leur petit-fils chéri.
Je sais pas si c'est très clair, et c'est peut être un peu idéaliste, mais dans tous les cas pas besoin de décider maintenant. L'option 'il n'est pas chez eux sans nous' me semble un bon compromis pour l'instant, le temps de voir comment ils se comportent en présence du gamin.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Après la sortie du placard, prendre la première à gauche
MessagePublié: Sam Août 16, 2014 14:03 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 33
Merci Mashiro pour ta réponse.

Je suis bien consciente que le fait qu'ils se considèrent comme grands-parents est déjà un point positif en soi. Mais je doute que cela suffise à ce qu'il n'y ait pas de mots ou d'attitudes déplacés. En fait ce qui me fait peur, et qui me paraît inéluctable les connaissant, ce n'est pas tant ce qui est dit consciemment mais tous les non-dits, le malaise général face au sujet de l'homosexualité ou de l'homoparentalité. Et à priori, s'il existe un malaise, l'enfant le ressentira.
Alors certes, on peut se dire que la proximité (toute relative vu la distance géographique qui nous sépare) d'un enfant de lesbienne les fera revoir leurs positions, mais je crains que ce ne soit que de manière superficielle et égoïste, pour pouvoir profiter de leur petit-enfant. Tout comme ils évitent les sujets qui fâchent dans nos conversations téléphoniques, pour garder contact avec moi.

Mon problème, c'est qu'à eux je n'arrive pas à leur dire. Ou quand j'arrive à en dire un peu, ils nient farouchement et jouent les offensés genre "tu ne nous fait pas confiance, ça nous blesse".


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2019 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .