Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Lun Oct 02, 2017 11:03 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Mars 13, 2010 12:54
Localisation: Bordeaux
Age: 29
Genre:
Hoy,

J'savais pas trop où poser ce topic, mais je pense qu'ici c'est pas mal. M'enfin j'sais pas par où commencer non plus.
Bon. Comme vous l'aurez compris, ces histoires de "genre", de cis, de trucs, ce gros bordel me fatiguent. Ce n'est pas la question d’appellation, ou de comprendre qui est quoi dans l'histoire, qui me fatigue, mais l'ENSEMBLE.

Je n'ai JAMAIS eu de problème avec les personnes translgbtq+++++, mais j'ai l'impression plus que le temps passe, plus j'en développe. Je m'explique. Je suis fatiguée d'entendre "nan mais en vrai y'a pas que deux genres heiiiiin, c'est pas soit femme, soit homme", déjà de base ça m'fatigue, alors quand j'le vois tous les deux jours sur des réseaux sociaux, ça me fatigue d'autant plus. Je ne comprends pas ce "besoin" d'en faire toute une histoire, chaque jour. D'ailleurs c'est un peu comme les feminazi toussa, j'suis plus très loin de finir miso.

Non plus sérieusement, j'ai un très très très gros problème avec les """""agenders"""", le fait de vouloir l'imposer aux autres, ça me met limite hors de moi. Et ce qui m'attriste, c'est que j'arrive pas à relativiser, et m'dire "mais nan tkt c'est rien, t'as juste un peu de mal, ça va passer", alors que non, c'est pas que j'ai un "peu de mal", c'est que vraiment, je ne peux pas, et ça ne passe pas. C'est comme le terme "cis" qui est employé à toutes les sauces aujourd'hui, mais merde quoi, tu peux pas juste dire "c'est un mec hétéro" au lieu de dire "c'est un cis-genre-hetero" o_o". Il s'est passé quoi, sérieusement, pour qu'on en arrive là ?

Alors je sais que ça leur fait du bien d'en "parler", qu'ils ont besoin de reconnaissance et d'être acceptés, mais je trouve qu'au contraire, ils en font tellement que ça attise la "haine". Bon, le mot "haine" est un peu exagéré, mais c'est ce que je ressens. Avant j'en avais rien à foutre, j'avais même un(e) pote qui se considérait agenre et qui utilisait des pronoms neutres, ça m'passait complètement au dessus d'la tête. Mais pareil pour cette personne, elle a commencé à poster des messages par rapport à ça sur FB, au point que sa vie ne tourne plus qu'autour de ça, et je n'ose même plus lui parler. Enfin, pas que je n'ose pas, non, j'ai plus envie, en fait. Cette personne m'exaspère. Et encore ce matin j'ai lu un truc qui m'a desespéré, venant d'une autre personne, et ce fût l'élement déclencheur de ce topic. En gros la personne disait "blabla on parle de transmisogynie pour le cas d'untel, mais en fait c'est un cis homo blanc qu'est dragqueen blabla" MAIS PUTAIN, on s'en fout, le fait est que cette personne s'est faite AGRESSER, bordel ! Vous allez vraiment DÉBATTRE sur son GENRE alors que la personne s'est faite agresser ?!

Vous allez m'dire, mais ptn pourquoi elle poste ça sur un forum LGBT++ ? Bah justement c'est l'endroit idéal pour en parler. Je ne fais pas ce topic pour attiser la haine, bien au contraire, j'aimerais comprendre quoi. S'il y a des personnes agenre/non-binaires ici, j'aimerais qu'on m'éclaire sur ce besoin d'en faire étalage à tout bout de champs, et surtout pourquoi vouloir à tout prix mettre un mot pour chaque "genre". Honnêtement je suis complètement dépassée par la situation, vous ne pouvez juste vous considérer comme une personne à part entière ? J'sais pas, quand je parle de moi j'dis pas "bah voilà je suis une cis-homo-jsaispasquoi", non, on s'en bat les couilles, d'ailleurs je ne sais pas quel genre je suis avec toutes ces conneries.

Bref. J'espère n'avoir blessé personne, c'est pas le but, j'veux juste comprendre ce qu'il se passe en 2017 :ninja:.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Lun Oct 02, 2017 16:56 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 30
Genre:
Sugar a écrit:
Hoy,

J'savais pas trop où poser ce topic, mais je pense qu'ici c'est pas mal. M'enfin j'sais pas par où commencer non plus.
Bon. Comme vous l'aurez compris, ces histoires de "genre", de cis, de trucs, ce gros bordel me fatiguent. Ce n'est pas la question d’appellation, ou de comprendre qui est quoi dans l'histoire, qui me fatigue, mais l'ENSEMBLE.

Je n'ai JAMAIS eu de problème avec les personnes translgbtq+++++, mais j'ai l'impression plus que le temps passe, plus j'en développe. Je m'explique. Je suis fatiguée d'entendre "nan mais en vrai y'a pas que deux genres heiiiiin, c'est pas soit femme, soit homme", déjà de base ça m'fatigue, alors quand j'le vois tous les deux jours sur des réseaux sociaux, ça me fatigue d'autant plus. Je ne comprends pas ce "besoin" d'en faire toute une histoire, chaque jour. D'ailleurs c'est un peu comme les feminazi toussa, j'suis plus très loin de finir miso.

Non plus sérieusement, j'ai un très très très gros problème avec les """""agenders"""", le fait de vouloir l'imposer aux autres, ça me met limite hors de moi. Et ce qui m'attriste, c'est que j'arrive pas à relativiser, et m'dire "mais nan tkt c'est rien, t'as juste un peu de mal, ça va passer", alors que non, c'est pas que j'ai un "peu de mal", c'est que vraiment, je ne peux pas, et ça ne passe pas. C'est comme le terme "cis" qui est employé à toutes les sauces aujourd'hui, mais merde quoi, tu peux pas juste dire "c'est un mec hétéro" au lieu de dire "c'est un cis-genre-hetero" o_o". Il s'est passé quoi, sérieusement, pour qu'on en arrive là ?

Alors je sais que ça leur fait du bien d'en "parler", qu'ils ont besoin de reconnaissance et d'être acceptés, mais je trouve qu'au contraire, ils en font tellement que ça attise la "haine". Bon, le mot "haine" est un peu exagéré, mais c'est ce que je ressens. Avant j'en avais rien à foutre, j'avais même un(e) pote qui se considérait agenre et qui utilisait des pronoms neutres, ça m'passait complètement au dessus d'la tête. Mais pareil pour cette personne, elle a commencé à poster des messages par rapport à ça sur FB, au point que sa vie ne tourne plus qu'autour de ça, et je n'ose même plus lui parler. Enfin, pas que je n'ose pas, non, j'ai plus envie, en fait. Cette personne m'exaspère. Et encore ce matin j'ai lu un truc qui m'a desespéré, venant d'une autre personne, et ce fût l'élement déclencheur de ce topic. En gros la personne disait "blabla on parle de transmisogynie pour le cas d'untel, mais en fait c'est un cis homo blanc qu'est dragqueen blabla" MAIS PUTAIN, on s'en fout, le fait est que cette personne s'est faite AGRESSER, bordel ! Vous allez vraiment DÉBATTRE sur son GENRE alors que la personne s'est faite agresser ?!

Vous allez m'dire, mais ptn pourquoi elle poste ça sur un forum LGBT++ ? Bah justement c'est l'endroit idéal pour en parler. Je ne fais pas ce topic pour attiser la haine, bien au contraire, j'aimerais comprendre quoi. S'il y a des personnes agenre/non-binaires ici, j'aimerais qu'on m'éclaire sur ce besoin d'en faire étalage à tout bout de champs, et surtout pourquoi vouloir à tout prix mettre un mot pour chaque "genre". Honnêtement je suis complètement dépassée par la situation, vous ne pouvez juste vous considérer comme une personne à part entière ? J'sais pas, quand je parle de moi j'dis pas "bah voilà je suis une cis-homo-jsaispasquoi", non, on s'en bat les couilles, d'ailleurs je ne sais pas quel genre je suis avec toutes ces conneries.

Bref. J'espère n'avoir blessé personne, c'est pas le but, j'veux juste comprendre ce qu'il se passe en 2017 :ninja:.
Les femmes ont eu besoin de l'ouvrir pour se rendre visibles et obtenir des droits. Les noirs pareils, les homos pareil, les transgenres pareils.

Quand une minorité veut obtenir des droits, elle doit l'ouvrir et se définir comme étant différente des dominants. D'où le féminisme, les luttes pour les droits sociaux et les droits lgbt. D'où la nécessité de nommer les trans et les cis, par exemple.

Donc si tu es incommodée par quelques statuts Facebook, arrête de les suivre, tout simplement. Toi ca t'aggace et tu ne comprends pas car tu n'as jamais été confrontée à ces difficultés. Mais pour eux/elles, c'est peut être l'une des seules safe place d'expression.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Lun Oct 02, 2017 17:13 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
OFF-Topic :


OFF-Topic :
Bon, plus sérieusement, si tu veux parler de ça je pense que ça peut se faire. Mais pour que ce soit dans de bonnes condition évite les "ils" comme si tu parlais de gens qui étaient pas là et que tu parlais dans leur dos.
Parce que tu leurs parles là, à ces gens. Directement. Donc ne sois pas plus irrespectueuse dans ta manière de parler aux gens que s'ils étaient en face de toi. Et là, si tu cherche un dialogue et pas une polémique style "on est pas couchés", tu pourras espérer parvenir à ton but.


Ensuite, pour ton ressenti sur internet, de personnes qui tournent en boucle sur un sujet, bin .... c'est un effet "bulle de filtre". C'est pas les gens le problème, c'est l'algorithme.

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Lun Oct 02, 2017 17:26 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
Norma a écrit:
Ensuite, pour ton ressenti sur internet, de personnes qui tournent en boucle sur un sujet, bin .... c'est un effet "bulle de filtre". C'est pas les gens le problème, c'est l'algorithme.


Soit. Mais dans le cas de Sugar, l'algorithme ne fonctionne pas. Ou alors c'est que Sugar n'a pas encore découvert la fonction "masquer/ne plus suivre machin". =] Ou alors (bis), en vrai, avoue-nous Sugar que c'est ta grande passion les études de genre et que tu likes, commentes et partages à tout va ! :mrgreen:

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Lun Oct 02, 2017 19:11 
Khipe-itaine Flam
Khipe-itaine Flam
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Avr 30, 2015 21:54
Age: 41
Genre:
Je crois que c'est comme tous les groupes. Tu as des cas où les gens ont une vraie réflexion qui vise à faire évoluer la société, et le langage est une base indéniable...et puis tu as ceux que j'appelle !es " plus plus" qui font le concours de celui qui, dans le même groupe veut démontrer qu'il est plus que parce qu'il fait encore plus et va plus loin au point que sa vie tourne autour de l'obsession du " plus parfait membre du groupe dans lequel il se définit"

Dans les groupes zéros déchets tu auras toujours ceux qui diront qu'ils font pousser des végétaux spéciaux pour confectionner eux mêmes leurs éponges biodégradables au tricot, pour les mettre au compost après bien sûr, et qui hurlent sur ceux qui osent utiliser des chiffons en coton parce que c'est tellement pas assez "clean pour la planète" ( à savoir, est ce que c'est du coton bio, responsable, biodégradable et lavable à la main à 30 degrés dans une bassine chauffée à la bougie en véritable cire d'abeille française hein ? )

Dans les groupes vegans, tu as une majorité de gens zen, et toujours des plus, plus qui diront à quel point ils se privent par bonté d'âme et qui insultent ceux qui laissent chasser leur chat ou qui leur donnent des croquettes machines avec de la viande dedans alors qu'eux, ils ont aménagés un parc spécial pour que le chat gambade sans attaquer les oiseaux et les rongeurs, et font eux mêmes leurs croquettes à base de graines de chia.

Etc etc déclinable à l'infini de tous les groupes possibles et imaginables.

Il faut savoir prendre du recul et de souvenir que ces personnes là ne représentent pas l'ensemble du groupe, ni leur lutte.
Ce serait dommage de rester sourde au message de fond, qui est ouvert et positif, parce que certains en font un jeu du langage en mode casse tête chinois.

Perso, je fais encore pas mal de maladresses. J'ai rien contre le fait qu'on me reprenne si ça risque de blesser des gens. C'est pas un effort surhumain.
Après, tout dépend de la manière dont on me communique les infos. Si une personne me saoule, je vais lui dire gentillement, voire je vais tourner les talons. C'est pas pour autant qu'elle aura fondamentalement tort, c'est juste que sa manière à elle de faire ne me conviendra pas.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mar Oct 03, 2017 8:56 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mars 06, 2017 3:20
Genre:
Etant plus ou moins concernée par le problème, je souhaiterais essayer d'apporter des éléments de réponses à la question de "pourquoi en faire tout un plat ?" (Si je peux résumer tes propos ainsi)
Et cela passe par l'une de tes dernières questions qui est de se demander pourquoi vouloir créer cinquante cases et ne pas seulement être des personnes.

Les cases ont l'utilité de permettre de se trouver, de permettre d'échanger avec des personnes qui ressentent les même choses, qui "sont comme nous". Mais aussi de gagner en visibilité (celle qui est donc trop présente selon toi). Précisons ici que je trouve le concept même de case, que je trouve assez réducteur aussi, privilégiant tout comme toi la notion d'individu.
Cependant, pour se faire comprendre, et pour cela, il faut bien un minimum se réunir en "cases"... Je pense donc que l'idée de toutes ces histoires de genre est de partager des ressentis différents de ce que l'on peut imaginer.

Voilà ce que je voulais essayer de faire passer.
Après, je mets sur le même plan toute notion de case, je trouve cela tout aussi de ridicule de se dire hétéro qe de se dire agender. Dans tous les cas, ce ne sont que des cases dont on débordent plus ou moins, mais qui nous caractérisent à peu prêt et dont on peut donc se réclamer. J'ai donc peur, mettant toutes les cases au même plan de ne pas forcément comprendre ton exaspération pour les "nouvelles" cases de genre spécifiquement, et je me dis donc que je suis peut-être complètement à coté de la plaque.

J'espère ne pas non plus avoir été blessante/condescendante ou je ne sais quoi, j'avoue que c'est une question qui m'importe pas mal.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mar Oct 03, 2017 13:56 
Rainbow-warrior
Rainbow-warrior
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 30, 2010 10:02
Localisation: saone et loire
Age: 35
Genre:
je suis d'accords avec toi Eliona mais a force de vouloir se mettre dans une ou des cases n'oublie t on pas un peu d'être nous même ? pour prendre un exemple je me suis fait " traité" " d'hétéro refoulé" par ce que je disais ne pas ( vouloir ) faire partie de la " case " LGBT... même si ca me fait rigolé cette personne était sérieuse en disant cela

Et a voir les guerres qu'ils se passent sur internet pour savoir qui rentre dans tel case ou pas ca me donne encore moins envie de rentrer dans ces cases ...

_________________
Ramener l'existence de l'univers à Dieu est aussi simpliste que le raisonnement de ces poissons rouges qui se disent: Dieu existe, sinon qui change l'eau du bocal?


Je déteste le mot "homophobie". Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur,
vous êtes juste des connards. "
Morgan Freeman


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mar Oct 03, 2017 15:02 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
C'est-à-dire qu'à la base ces termes sont nés en réaction d'un manque identitaire, justement. Manque de visibilité, manque de droits, de liberté, d'action, de parole, j'en passe. Quand on ne correspond pas à la norme dominante hétérosexuelle, quand on ne pense pas qu'une fille doit s'habiller en jupe rose et jouer à la poupée, ou qu'un garçon doit porter le pantalon bleu et jouer aux pompiers, bah fatalement on en arrive à se poser des questions sur ce que l'on accepte de faire et de penser, d'entendre dire ou voir. Parce que justement l'identité c'est en permanence tenter de répondre à la question "Mais je pense quoi de ceci ou cela?" sans que quelqu'un ne vienne nous dicter quoi penser de ceci ou cela.

De ce point de vue là, c'est sûr que si l'on a rien à redire sur ce que l'on vit au quotidien, on passe à côté du problème. Combiné au fait que tout un tas de pensées sont dictés et emmagasinés de manière plus ou moins insidieuses dans les têtes, même aujourd'hui je ne pense pas que parler de libido fluctuante par exemple soit un questionnement acquis et compréhensible par la majorité. Le nombre d'articles que j'ai vu passer où des personnes à faible libido se font lyncher/humilier par leur partenaire me laissent songeur...

La semaine dernière, je parlais avec un homosexuel qui m'expliquait que pour lui, il ne se voyait pas faire l'amour autrement qu'en étant au-dessus de son partenaire, parce que c'était comme ça qu'il faisait avec les filles avant de se découvrir homo, et que c'est juste cette position à laquelle il pense. Ce sur quoi je lui ai répondu qu'une lecture du kama sutra ne lui ferait pas de mal, et que de base fille ou garçon peu importe, la personne pénétrée pouvait très bien être au-dessus, voire même ailleurs.

Ca parait anodin dit comme ça, ou hors-sujet, mais à y réfléchir on a encore du chemin à faire pour déconstruire tout un tas de préjugés sur les rapports femmes-hommes, pénétrés-pénétrants, et les rôles sociaux que l'on nous attribue ou que l'on joue au quotidien, aussi bien en privé qu'en public. Sans le savoir, on reproduit tout un tas de choses sans y penser alors qu'on pourrait très bien procéder différemment sans que ça ne perturbe nos modes de pensée, puisqu'ils sont constitutifs de notre identité.

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mar Oct 03, 2017 15:26 
Rainbow-warrior
Rainbow-warrior
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 30, 2010 10:02
Localisation: saone et loire
Age: 35
Genre:
je suis d'accords , il faudrait aussi que ces même personnes qui sont dans des case comprennent que tout le monde ne ressent pas l'envie ni le besoin d'y être même si elles correspondent aux critère de cette dite case
Peut être que je suis privilégié et perso je me sens aussi un peu comme tel quand je vois se qui se passe en France et a l'étranger ... mais depuis que je m'assume en temps que gay je n'ai jamais eu de problème ni a en parler ni a parler de moi même quand on me le demande.

j'ai un peu de mal a mettre des mots sur se que je ressens mais en gros je ne ressens pas l'obligation de mettre mon coté gay en avant plus qu'autre chose et ca me mets un peu sur les nerfs quand certain ne le comprennent pas ... bien que je comprenne aussi que certain ait besoin de le mettre en avant ;)

_________________
Ramener l'existence de l'univers à Dieu est aussi simpliste que le raisonnement de ces poissons rouges qui se disent: Dieu existe, sinon qui change l'eau du bocal?


Je déteste le mot "homophobie". Ce n'est pas une phobie, vous n'avez pas peur,
vous êtes juste des connards. "
Morgan Freeman


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 10:43 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Mars 13, 2010 12:54
Localisation: Bordeaux
Age: 29
Genre:
Queen of Leon a écrit:
Donc si tu es incommodée par quelques statuts Facebook, arrête de les suivre, tout simplement. Toi ca t'aggace et tu ne comprends pas car tu n'as jamais été confrontée à ces difficultés. Mais pour eux/elles, c'est peut être l'une des seules safe place d'expression.

Je parlais de réseaux sociaux en général, les deux statuts Facebook ne sont qu'un exemple. Et je ne trouve pas que Facebook soit une place d'expression très safe, mais c'est un autre sujet.

Norma a écrit:
OFF-Topic :
Bon, plus sérieusement, si tu veux parler de ça je pense que ça peut se faire. Mais pour que ce soit dans de bonnes condition évite les "ils" comme si tu parlais de gens qui étaient pas là et que tu parlais dans leur dos.
Parce que tu leurs parles là, à ces gens. Directement. Donc ne sois pas plus irrespectueuse dans ta manière de parler aux gens que s'ils étaient en face de toi. Et là, si tu cherche un dialogue et pas une polémique style "on est pas couchés", tu pourras espérer parvenir à ton but.

Ah ouais, pas con, je n'ai pas fait attention pour le coup. Je ne voulais pas paraître irrespectueuse, et je ne cherche pas non plus la polémique.

Daisy.Adair a écrit:
Norma a écrit:
Ensuite, pour ton ressenti sur internet, de personnes qui tournent en boucle sur un sujet, bin .... c'est un effet "bulle de filtre". C'est pas les gens le problème, c'est l'algorithme.


Soit. Mais dans le cas de Sugar, l'algorithme ne fonctionne pas. Ou alors c'est que Sugar n'a pas encore découvert la fonction "masquer/ne plus suivre machin". =] Ou alors (bis), en vrai, avoue-nous Sugar que c'est ta grande passion les études de genre et que tu likes, commentes et partages à tout va ! :mrgreen:

Bah, on rigole, on rigole, mais effectivement je n'ai pas découvert cette fonction :ninja:.
Cela dit j'ai oublié de dire à Norma que je connaissais pas ce terme de "bulle de filtre", mais je sais que les réseaux sociaux fonctionnent ainsi, donc oui c'est bien une question d'algorithme, mais pas que.

Minipoussin a écrit:
[...]
Il faut savoir prendre du recul et de souvenir que ces personnes là ne représentent pas l'ensemble du groupe, ni leur lutte.
Ce serait dommage de rester sourde au message de fond, qui est ouvert et positif, parce que certains en font un jeu du langage en mode casse tête chinois.

Perso, je fais encore pas mal de maladresses. J'ai rien contre le fait qu'on me reprenne si ça risque de blesser des gens. C'est pas un effort surhumain.
Après, tout dépend de la manière dont on me communique les infos. Si une personne me saoule, je vais lui dire gentillement, voire je vais tourner les talons. C'est pas pour autant qu'elle aura fondamentalement tort, c'est juste que sa manière à elle de faire ne me conviendra pas.

Je suis bien consciente de tout ce que tu as cité, et que le "problème" est le même pour tous les autres groupes, mais je ne sais pas pourquoi, ce matin-là ça m'a irrité.
Je me considère comme une personne assez "ouvert d'esprit", mais j'ai de plus en plus de mal à garder cet esprit ouvert, notamment à cause de ces minorités dont tu parles. Sérieusement, il m'est déjà arrivé de tomber sur des vidéos Youtube parlant d'agender, et c'était pas beau à voir. Au final, c'est surtout triste pour ceux qui prennent le sujet au sérieux, qui ont besoin d'en parler etc; ça dessert grandement la cause je trouve.

Eliona a écrit:
Les cases ont l'utilité de permettre de se trouver, de permettre d'échanger avec des personnes qui ressentent les même choses, qui "sont comme nous". Mais aussi de gagner en visibilité (celle qui est donc trop présente selon toi). Précisons ici que je trouve le concept même de case, que je trouve assez réducteur aussi, privilégiant tout comme toi la notion d'individu.
Cependant, pour se faire comprendre, et pour cela, il faut bien un minimum se réunir en "cases"... Je pense donc que l'idée de toutes ces histoires de genre est de partager des ressentis différents de ce que l'on peut imaginer.

Voilà ce que je voulais essayer de faire passer.
Après, je mets sur le même plan toute notion de case, je trouve cela tout aussi de ridicule de se dire hétéro qe de se dire agender. Dans tous les cas, ce ne sont que des cases dont on débordent plus ou moins, mais qui nous caractérisent à peu prêt et dont on peut donc se réclamer. J'ai donc peur, mettant toutes les cases au même plan de ne pas forcément comprendre ton exaspération pour les "nouvelles" cases de genre spécifiquement, et je me dis donc que je suis peut-être complètement à coté de la plaque.

J'espère ne pas non plus avoir été blessante/condescendante ou je ne sais quoi, j'avoue que c'est une question qui m'importe pas mal.

Je veux bien entendre qu'on ait "besoin" de case, mais j'ai beaucoup de mal à le comprendre. J'ai toujours trouvé ça triste à mourir d'avoir besoin de "traîner" avec des gens "comme nous" pour se sentir "bien", ou "accepté". Je n'ai jamais approché de près ou de loin à des trucs LGBT (hormis ce forum, et c'est surtout parce-que j'me faisais chier en cours à l'époque, et j'viens une fois tous les six mois). Ah si, je suis allée à une Gaypride, une fois, et j'ai regretté. Je trouve que c'est vraiment le bas fond de la cause LGBT, mais encore une fois c'est un autre sujet. C'est très égoïste, je le conçois, parce-que tout le monde n'est pas comme moi, chacun réagit différemment etc; mais j'ai l'impression qu'on s'enferme (consciemment ou non) de plus en plus dans ces fameuses cases, et que ça fait plus de mal que de bien. Mais si j'en parle aujourd'hui, c'est parce-qu'il y a une infime partie de moi qui m'dit "beeeeh, p'tet que tu te trompes hein, si ça se trouve y'en a VRAIMENT besoin tsé".

zigomio a écrit:
je suis d'accords avec toi Eliona mais a force de vouloir se mettre dans une ou des cases n'oublie t on pas un peu d'être nous même ? pour prendre un exemple je me suis fait " traité" " d'hétéro refoulé" par ce que je disais ne pas ( vouloir ) faire partie de la " case " LGBT... même si ca me fait rigolé cette personne était sérieuse en disant cela

Et a voir les guerres qu'ils se passent sur internet pour savoir qui rentre dans tel case ou pas ca me donne encore moins envie de rentrer dans ces cases ...

This.

Daisy.Adair a écrit:
[...]

Ça parait anodin dit comme ça, ou hors-sujet, mais à y réfléchir on a encore du chemin à faire pour déconstruire tout un tas de préjugés sur les rapports femmes-hommes, pénétrés-pénétrants, et les rôles sociaux que l'on nous attribue ou que l'on joue au quotidien, aussi bien en privé qu'en public. Sans le savoir, on reproduit tout un tas de choses sans y penser alors qu'on pourrait très bien procéder différemment sans que ça ne perturbe nos modes de pensée, puisqu'ils sont constitutifs de notre identité.

Ok on a encore du chemin à faire, je suis d'accord avec ça, mais est-ce qu'on a vraiment besoin d'aller dans des extrémités pour ça ?


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 12:17 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
Alors deux choses à se rappeler quand même :

D'une :

https://www.sos-homophobie.org/article/ ... veree-de-l’homophobie-et-de-la-transphobie
(bon je sais pas pourquoi ça se met pas en bleu, donc faudra saisir le lien et le copier-coller dans une autre fenêtre pour voir l'article)

Citer:
les jeunes LGBT ont ainsi 2 à 7 fois plus de risques d’effectuer une ou plusieurs tentatives de suicide au cours de leur vie que le reste de la population. Ces risques sont de 2 à 4 fois supérieurs pour les filles, et de 5 à 10 fois pour les garçons.


Citer:
A l’école, les jeunes LGBT sont d’autant plus sensibles à l’homophobie et la transphobie qu’ils et elles découvrent alors leur orientation sexuelle et/ou leur identité de genre. Ils et elles peuvent en plus subir des réactions hostiles de leurs proches, sans trouver ainsi le soutien et l’aide nécessaires qui leur permettraient de traverser cette période difficile de questionnement et parfois de rejet.



De deux :

"L’anticommunautarisme est souvent le voile d’un communautarisme majoritaire qui ne dit pas son nom."

https://blogs.mediapart.fr/maryam-al-sh ... nautarisme.

Citer:
Reprenons donc ici la « leçon » de Christine Delphy, citée en début de chapitre. Elle part d’un réquisitoire formulé lors d’une émission de télévision sur le « communautarisme » du professeur suisse de confession musulmane Tariq Ramadan. L’objet du litige était cette phrase prononcée par l’intéressé : « Ne restez pas seuls car seuls vous êtes perdus. Réunissez-vous à cinq ou à six au moins une fois par semaine. » Donc, explique cette auteure, le communautarisme, c’est le fait de conseiller aux gens de se réunir entre eux ; à moins que cela ne soit le fait pour les gens de suivre ce conseil. Une réunion hebdomadaire entre six personnes est du communautarisme. Je suis surprise. Les catholiques se réunissent toutes les semaines (et parfois à plus de six) dans des grands et souvent vieux, mais très prisés, bâtiments appelés « églises », voire « cathédrales », et je n’ai jamais entendu parler de leur communautarisme. A tort ? Je connais des joueurs de pétanque qui se réunissent toutes les semaines et peut-être plus fréquemment. Comme Tariq Ramadan le recommande, « ils ne restent pas seuls », mais je n’ai pas attendu Tariq pour comprendre que « seuls ils sont perdus », car ça tombe sous le sens : que faire de deux boules et d’un cochonnet sans partenaire ?



Cela posé...

Citer:
Sérieusement, il m'est déjà arrivé de tomber sur des vidéos Youtube parlant d'agender, et c'était pas beau à voir. Au final, c'est surtout triste pour ceux qui prennent le sujet au sérieux, qui ont besoin d'en parler etc; ça dessert grandement la cause je trouve.

J'ai envie de répondre que comme sur tous les sujets, on a du lard et du cochon. Je pourrais par exemple te parler durant des heures de la pauvreté de réflexion intellectuelle de certains galeristes, commissaires d'exposition, journalistes, "experts" en communication et management, ou encore conservateurs de musées dans mon domaine. Je pourrais m'agacer de ce que la vulgarisation de la culture promulguée entre autres par la RMN implique de grave comme répercutions économiques et sociales. Je pourrais m'indigner de l'état du mécénat actuel, et du manque de diversité et valorisation de l'offre culturelle en découlant en conséquence. Ou encore de l'hypocrisie grotesque de ces vlogueurs du pauvre qui te parlent de cinéma et méprisent grandement la télévision (mon respect ira toujours plus du côté de Natoo ou du Joueur du Grenier que de celui de Durendal ou du Fossoyeur de films). Ou t'expliquer pourquoi Netflix c'est le mal. Tout comme il serait facile de taper sur la plupart des interventions de Marlène Schiappa, mais ce n'est pas le sujet.

Citer:
j'ai toujours trouvé ça triste à mourir d'avoir besoin de "traîner" avec des gens "comme nous" pour se sentir "bien", ou "accepté"


Pose-toi la question différemment : qu'est-ce qui te motive à traîner avec tes potes ? qu'est-ce que vous avez en commun ? ou pas ? pourquoi d'autres tu peux pas les encadrer, ou ne te sens-tu pas proche d'eux ?

Est-ce que tu trouves ça triste des associations sportives ou plein de gens se réunissent pour faire de l'escalade ? un conservatoire où des gens viennent pianoter ou siffler dans un pipeau ? des soirées jeux-vidéos ? soirées cinoches ? des laboratoires de recherche en x ou y domaine ?

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 12:55 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
OFF-Topic :
En même temps quand tu vois la pauvreté analytique du fossoyeur de film c'est pas trop trop dur de déléguer son respect intellectuel à quelqu'un d'autre.
Et pendant ce temps, certes, Netflix pose des pb, mais on pourrait aussi rire ensemble de France Inter qui titre une émission "Et si Netflix était en train de détruire nos familles?" hier ....

Oui, là pour le coup j'assumes parfaitement d'être 100% hors sujet :lol: :lol:

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Dernière édition par Norma le Mer Oct 04, 2017 13:25, édité 1 fois au total.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 13:16 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
OFF-Topic :
:lol: :lol: :lol:

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 16:05 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Mars 13, 2010 12:54
Localisation: Bordeaux
Age: 29
Genre:
Je suis sur smartphone donc je ne pourrais pas citer la fin de ton message, Daisy.adair, et je ne sais pas si mon message sera très clair, donc sry pour ça.

Traîner avec des gens qui ont la même passion/les mêmes loisirs que toi c'est complètement différent de "je traîne avec toi parce que t'es gay." (j'ai pris gay en exemple, j'allais pas tout citer). Déjà dans le fait de fréquenter exclusivement des personnes homosexuelles c'est très communitariste, et les communautés c'est pas super super pour l'intégration.

Alors OK y'a plus de suicides chez les jeunes du côté LGBT mais c'est.pas uniquement à cause de remarques blessantes de parfaits inconnus. Y'a une grosse part de responsabilité de l'entourage (plus ou moins proche) et de toute façon les gens qui sont "homophobes", je suis profondément persuadée que ce n'est pas qqs publicités pro-LGBT et le forcing qui les changeront.

Je vais prendre un exemple tout bête mais bien réel. Je fréquente depuis plus dix ans, le plus gros forum de France (d'un site de jeux vidéo blabla), eh bien la mentalité sur ce dernier a bien changé, c'est limite cancer. Il y a encore qqs années de ça, l'ambiance était cool, chacun respectait les croyances de l'autre, on en avait rien à faire que tu sois de telle ethnie, ou homo etc. Aujourd'hui, il y a bien plus de la moitié qui sont devenus racistes/homophobe/miso toussa. On peut se dire "ah OK ce sont juste des puceaux frustrés qui ne fréquentent personnes et donc se réconfortent dans la haine de l'autre", mais le mal est bien plus profond que ça. Alors oui y'a une grosse part de "je me sens exclu de la société donc je suis haineux" mais c'est surtout les changements qui influent sur leur personnalité. Le fait de vouloir toucher aux moeurs, les extrémistes qui veulent nous empêcher de manger de la viande, ou ces féministes qui se prétendent au dessus des hommes, ou encore ces agenders qui veulent supprimer des choses ancrées depuis toujours etc. (je précise que ce n'est pas une pensée personnelle, hein.)

Je conçois que je suis partie assez loin avec mon exemple, mais c'est pour que tu comprennes un peu mon état d'esprit ces temps-ci. Je sais vraiment plus où me mettre, j'ai l'impression que je dois absolument me ranger qqpart et j'ai un poil peur de finir comme eux, et de me ranger de leur "côté".


Et sinon, pourquoi c'est le mal Netflix ?!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 16:42 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mars 06, 2017 3:20
Genre:
Je vais essayer de ne pas trop répéter ce que dit Daisy Adar, mais je suis tout de même bien d'accord
Mais, Sugar, tu parles "d'extrèmes", en quoi le fait de rentrer dans une case ou un groupe est un extrème (J'adore le communautarisme des joueurs de pétanque dit en passant !) ? Après, il doit y avoir des extrèmes, il y en a partout, mais je ne pense pas que ce soit ici de la faute des groupes.

Oui, les cases peuvent enfermer, oui, certaines associations peuvent paraitre étrange (j'avais vu une association de randonnée Lesbienne sur Paris, je m'étais posée des questions), mais finalement, si le groupe convient, si on en tire quelque chose, est-ce vraiment un mal ?
Je réalise que oui, c'est un mal, dans le sens où cela n'encourage absolument pas à la diversité, cependant, cela permet aux personnes de vivre sans trop de problèmes. Ce qui est nécessaire sur le court terme, même si cela provoquera des lacunes éventuelles.

Je ne vais pas chercher à te dire que les cases, c'est bien, ça a des tas de défauts. Cependant, il ne faut pas négliger les avantages, visibilité, engagement politique (car il y a du boulot, comme le dit très bien Daisy Adar, difficile de changer les préjugés (ou les lois) dans son coin, c'est bien les organisations qui l'ont fait et le font), communauté, vie à découvert possible au sein de ces groupes (car même si on peut trouver ça triste à mourir, c'est peut-être mieux que de ne pas pouvoir vivre en tant que soi), et pleins d'autres que j'oublie. J'aurais tendance à dire, à chacun d'utiliser les cases comme il lui semble judicieux de le faire.


Mince, je n'ai pas trop de temps, mais pour réagir rapidement à un point qui me semble important, les actions des associations n'ont que rarement pour but de faire changer les gros homophobes, mais plutôt d'informer, que les homosexuels ne se sentent pas mal, ou encore d'informer sur l'homophobie ordinaire et parfois complètement cachée (combien de fois des personnes correctes ont sorti des propos sexistes sans s'en rendre compte...). Puis, l'entourage proche aussi, il faut l'éduquer, et ça passe aussi par les actions de ses groupes. Après, je ne parle pas du tout ici des extrémistes, pour la simple raison que je ne sais pas vraiment quoi en penser.

Et, bien évidement, il n'est pas nécessaire de se ranger où que ce soit. Inutile de se "mettre quelque part", on peut appartenir à un groupe, ou à des cases, ou à rien, ou à autre chose, ou...


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2021 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .