Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 16:49 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Genre:
Alors, qu'on s'entende : le concept d"'intégration", ça désigne des personnes étrangères à un groupe pré-existant qui veulent s'installer là où le groupe pré-existant est, et dont "on" attend du coup qu'elles s'adapte au groupe qui était là en premier.

Or donc, pour le domaine des orientation sexuelle ou de genre (comme pour les descendants d'immigré qui sont nés dans le pays, mais c'est une autre histoire) ça n'a AUCUN PUTAIN DE SENS de parler d'intégration.

Je suis bi, née à Colmar en 88.
En quoi je devrais m'adapter aux hétéros nés à Colmar en 88 ?
En quoi je devrais m'"intégrer" ???
Ils étaient pas là avant, ils ont pas plus de droit que moi d'être là.
Si je m'installe à une table au restaurant avec trois copains, qu'ils commandent tous un coca et que moi je commande un thé à la menthe, j'ai pas à m'"intégrer" à cette table en buvant mon thé avec une paille. On est arrivés en même temps.

Donc cette idée d'"intégration" au groupe dominant que devrait effectuer le groupe dominé, tu te la rayes de la tête et pour de bon.

Ensuite, ta réflexion sur jvc ... tu peux pas dire que la montée du conservatisme de tout poil est causé par les mouvements d'affirmations des minorités. C'est bien plus compliqué que ça, y'a des kilomètres d'études sociologiques/historiques sur le sujet.
La montée des radicalisations de tout poil stimulé par les médias/réseaux communautaire compte, le contexte politique-sociologique aussi.

Et toi, tu ne peux pas reprocher aux autres ton sentiments de devoir te ranger dans une case.
Si tu l'as, c'est simplement un signe de surconsommation de données/ sur connexion/ sur socialisation.

Forcément si tu te confronte en permanence à des zones de discussions qui traitent de l'identité, tu vas saturer d'identité.
Mais c'est pas parce que la zone de discussion existe qu'elle t'étouffe : c'est parce que tu reste passivement à prendre les discussions/ débat plutôt que de prendre une part active à ce que tu reçois.

Filtre, déconnecte, ne vas sur les sujets de discussions que quand tu as envie de parler du sujet ! Reprend le controle !

Et tu verras, ça ira grave mieux.

Et ce que je dis est valable pour le genre comme pour tout autre sujet.

Je suis septique, et y 'a pas longtemps j'ai failli burn-outer des conversations tournant autour des anti-vax. Et bien j'ai lâché du leste, mis des groupes en sourdine, je ne me suis plus connectée sur certains sites. Et j'y retournerais quand j'aurais envie de parler de ces sujets.

C'est pas si compliqué, mais c'est des réflexes à changer.

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Mer Oct 04, 2017 17:53 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
Sur la conflictualité intrinsèque du social (les 10 premières minutes suffisent) :


_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Jeu Oct 05, 2017 6:43 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Genre:
OFF-Topic :
Je déteste ce type.
Heureusement, il n'est pas propriétaire des concepts qu'il manie.

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Jeu Oct 05, 2017 12:10 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
OFF-Topic :
Tout ça parce qu'il dit du mal du foot ça y est elle nous fait sa rageuse. Ah je te jure. Bah j'ai un scoop pour toi : j'aime pas le foot non plus. Et en 98 non plus, je n'ai regardé aucun match, ni le super documentaire sur les bleus. J'ai même pas acheté le shampooing de Laurent Petit, c'est pour te dire !

J'avais le choix entre une vidéo youtube de Lordon, un lien Eduscol du programme de Terminale ES sur la question, ou frapper les gens avec un dictionnaire de sociologie. On est sur un forum, je peux frapper personne. Ma terminale ES, c'est loin. Et puis la page wiki, on va m'accuser de faire de la propagande Marxiste. Alors bon, VOTEZ POUTOU ! :jesors:

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Jeu Oct 05, 2017 13:27 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Genre:
OFF-Topic :
Hein ?
Pas suivi pour le foot.
Long story short, ce que j'aime pas chez lui c'est sa complaisance avec les complotistes de tout poils et sa tendance à traiter ceux et celles qui se battent contre ces phénomène d'"instrument du système". Ca me donne envie de lui mettre un aller-retour, cette attitude de petit con.

Ceci dit je retiendrais de cette histoire que tu as fait ES et pas L. Je suis choquey.

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Jeu Oct 05, 2017 15:03 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Mars 01, 2009 2:10
OFF-Topic :
Ohlala. C'est toute une histoire, le lycée. Rien que d'en parler ça m'énerve.

Déjà en seconde, on me fout dans une classe option ES, parce qu'il fallait faire plaisir à ma soeur qui voulait rester avec ses copines en classe MPI. J'explique à une prof mon envie de bosser dans les jeux-vidéos, faire des BD parodiques ponctuées de mes blagues idiotes, et tout, ce sur quoi elle me conseille STI Arts Appliqués. J'en parle à mes parents, ils préfèrent que je fasse un bac général. Bref, j'étais un peu contrarié.

Fin de l'année, mes notes me permettent d'aller en ES. Résultat, je me tape deux ans à me lever tous les matins avec la même question en tête : "Mais QU'EST CE QUE JE FOUS LA, BORDEL !"

Je me rappelle que ma prof de français en seconde avait mis sur le livret "De la finesse, et parfois de l'intérêt. Pourra mieux faire" Bah c'était exactement ça : j'en ai pas foutu une rame durant deux ans, parce que j'y voyais pas l'intérêt. La blague ultime étant qu'au bac, mes meilleurs notes se sont avérées être celles obtenues en anglais, philo et arts plastiques. Voilà voilà.

A vraiment, la fac, ça a été la libération ! (Bon en vrai évidemment que ça en a eu de l'intérêt, ce bac, quand j'ai découvert le milieu syndical associatif, les gueguerres entre filières, les laboratoires de recherche, les master pro et recherche, les systèmes de bourse, et autres grèves étudiantes. Ah ça, le lycée ou la fac, pour t'initier entre autres à la conscience de classe et tous les mécanismes de conflits sociaux qui en découlent, ça se pose là.)



Edit : Bref, pour en revenir au sujet, non Sugar, tu ne peux pas dire que c'est différent. Ou plus précisément, le simple fait d'appartenir à un secteur de métiers, avoir certains centres d'intérêts (le jeu-vidéo en l'occurence), être de sexe féminin, avoir ces amis et pas d'autres, tu véhicules entre plusieurs communautés, avec des conflits internes et externes qui leur sont propres, des privilèges ou inconvénients, que tu le veuilles ou non.

Je suis professeur vacataire d'arts plastiques, parce qu'au collège seulement 1h est consacrée à ma discipline, sans surprise, j'ai beaucoup moins de chance d'obtenir de classes qu'un professeur vacataire de français. J'ai fait du piano au conservatoire. Dans un orchestre, soit il n'y a pas de piano, soit il est soliste, ce qui me met directement en concurrence avec tous les pianistes, là où un violoniste a plus de chances de rejoindre l'orchestre puisqu'on a toujours plus besoin d'eux que de pianistes.

Ou encore dans les jeux-vidéos par exemple : ceux qui font de l'anti-jeu, les newbies, quand tu incarnes une elfe ou un mage blanc, que ton alignement est chaotique neutre et pas loyal con, ça s'appelle peut-être pas étude de genres, n'empêche que ce sont des rôles sociaux que l'on s'attribue (ou que l'on nous attribue) avec les répercutions que cela implique durant la partie. Quand Mario de sa petite voix fluette t'invite à sélectionner ton joueur, peu importe qu'il s'agisse de Peach ou Yoshi, c'est encore la même chose. Quand dans un jeu online tu es poussée à rejoindre un clan ou une guilde après avoir atteint le niveau 30, pareil.

Et dans Harry Potter, les gryffondor, serdaigle, serpentard et pouffsouffle, les moldus et les sorciers, les mangemorts, les elfes de maison, on en parle ?

J'en reviens donc à ma première phrase : si vraiment ça te fatigue d'entendre parler des conflits sociaux propres aux études de genre sur Facebook, utilise la fonction masquer.

_________________
« Nan mais écoutez-le : on croirait qu'il va nous jouer une de ces tragédies grecques ! »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Sam Oct 07, 2017 16:50 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Mars 13, 2010 12:54
Localisation: Bordeaux
Age: 26
Genre:
Mouais, je vais essayer de prendre du recul erf:.

_________________
"Il faut des pirates pour arrêter les pirates."
P. Watson


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Sam Oct 07, 2017 17:06 
Qui moi ?
Qui moi ?
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 07, 2017 16:52
Genre:
Salut SUGAR & les autres intervenants de ce topic magique.

Ton premier message m'a laissée perplexe, en fait. Je me suis demandée si tu n'étais pas une petite mamie qui s'offusquait de voir de plus en plus d'arabes & de noirs dans le franprix en bas de chez elle, sans se demander pourquoi. Et c'est un peu pareil toi avec les genres.

Parce que p-e que toi tu reproches à ces personnes de trop "étaler" leur vie et leurs opinions, mais de ton côté, toi, ça ne t'empêche pas de venir étaler ton intolérance. Puis, surtout, ok ça dessert "la cause" mais toi, tu fais quoi ? Parce que c'est en abordant ces sujets que finalement on avance. Alors peut-être que tu vas te retrouver face à des gens qui préfèrent hurler leur mécontentement plutôt que d'avoir une véritable discussion et un bon débat ; mais ça, ma vieille c'est le propre des réseaux sociaux, où c'est la course à l'instantané, du coup c'est assez rigolo de te voir débarquer ici, sur un forum, un espace un poil plus safe pour discuter de ce genre de trucs.... et te lire dire de la merde.

Don't get me wrong, je saisis le fait que tu te poses des questions et que tu sois un peu perdue sur ses notions de genres, binarité, trans et cis. Parfait, mais de là à venir nous dire qu'il s'agit limite de propagande et que merde sur JVC ils sont tous devenus débiles à cause de ça... non. Ou alors, je te conseille de regarder les vidéos du Raptor Dissident, peut-être que ça va te défouler par procuration, qui sait.


Je ne sais plus qui (my bad) disait que les cases c'était nul et qu'il fallait s'en passer... dans un monde idéal, pk pas, mais là franchement les dites cases sont plutôt une béquille, en fait.
Pareil pour le "communautarisme lgbt" que tu dis abhorrer, Sugar, c'est une béquille, plutôt solide en fait et qui permet tout de même de pas trop se sentir isolé.
Peut-être que ton expérience n'est pas la même au regard des questions d'identité et d'expression sexuelle, mais je peux t'assurer que pour d'autres c'est une véritable bataille et que d'avoir des alliés, qui s'expriment, ben ça fait du bien.

Donc non, ne demande pas aux personnes passionnées par les cause identitaires (wait..) de se taire et d'aller discuter de ces problématiques ailleurs... Au contraire, continue ta démarche de comprendre ^^'

Puis t'as déjà un ami non-binaire, reach out !


Much love, tho.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Sam Oct 07, 2017 17:22 
Homo-gène
Homo-gène
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Mars 13, 2010 12:54
Localisation: Bordeaux
Age: 26
Genre:
Hs4t a écrit:
Salut SUGAR & les autres intervenants de ce topic magique.

Ton premier message m'a laissée perplexe, en fait. Je me suis demandée si tu n'étais pas une petite mamie qui s'offusquait de voir de plus en plus d'arabes & de noirs dans le franprix en bas de chez elle, sans se demander pourquoi. Et c'est un peu pareil toi avec les genres.

J'ai un ami noir, je suis pas raciste, okkkkkkk.
"cv je t'ai pas trop explosée.", ça commence plutôt pas mal je trouve !

Hs4t a écrit:
Parce que p-e que toi tu reproches à ces personnes de trop "étaler" leur vie et leurs opinions, mais de ton côté, toi, ça ne t'empêche pas de venir étaler ton intolérance. Puis, surtout, ok ça dessert "la cause" mais toi, tu fais quoi ?

Je suis une personne très intolérante, je suis bien connue pour ça btw.

Hs4t a écrit:
Parce que c'est en abordant ces sujets que finalement on avance. Alors peut-être que tu vas te retrouver face à des gens qui préfèrent hurler leur mécontentement plutôt que d'avoir une véritable discussion et un bon débat ; mais ça, ma vieille c'est le propre des réseaux sociaux, où c'est la course à l'instantané, du coup c'est assez rigolo de te voir débarquer ici, sur un forum, un espace un poil plus safe pour discuter de ce genre de trucs.... et te lire dire de la merde.

Bah justement, je trouve que c'est genre le meilleur endroit pour en parler, je vais pas me lancer dans un débat stérile sur fb, bb.

Hs4t a écrit:
Don't get me wrong, je saisis le fait que tu te poses des questions et que tu sois un peu perdue sur ses notions de genres, binarité, trans et cis. Parfait, mais de là à venir nous dire qu'il s'agit limite de propagande et que merde sur JVC ils sont tous devenus débiles à cause de ça... non. Ou alors, je te conseille de regarder les vidéos du Raptor Dissident, peut-être que ça va te défouler par procuration, qui sait.

Woooowowo, j'ai jamais dit qu'ils étaient tous débiles sur JVC, j'ai dit que l'ambiance s'est vachement dégradée ces derniers temps, j'y traîne H24, je sais de quoi je parle, malheureusement. Mais comme dit Norma, ça s'explique par pas mal de choses qui n'ont pas de rapport avec JVC.

Hs4t a écrit:
Je ne sais plus qui (my bad) disait que les cases c'était nul et qu'il fallait s'en passer... dans un monde idéal, pk pas, mais là franchement les dites cases sont plutôt une béquille, en fait.
Pareil pour le "communautarisme lgbt" que tu dis abhorrer, Sugar, c'est une béquille, plutôt solide en fait et qui permet tout de même de pas trop se sentir isolé.
Peut-être que ton expérience n'est pas la même au regard des questions d'identité et d'expression sexuelle, mais je peux t'assurer que pour d'autres c'est une véritable bataille et que d'avoir des alliés, qui s'expriment, ben ça fait du bien.

Donc non, ne demande pas aux personnes passionnées par les cause identitaires (wait..) de se taire et d'aller discuter de ces problématiques ailleurs... Au contraire, continue ta démarche de comprendre ^^'

Bah c'est c'que j'essaie de faire, ouais.

Hs4t a écrit:
Puis t'as déjà un ami non-binaire, reach out !


Much love, tho.


BAH OUAIS HEIN. xoxo.

_________________
"Il faut des pirates pour arrêter les pirates."
P. Watson


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Sam Oct 07, 2017 17:50 
Qui moi ?
Qui moi ?
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 07, 2017 16:52
Genre:
Sugar a écrit:
J'ai un ami noir, je suis pas raciste, okkkkkkk.
"cv je t'ai pas trop explosée.", ça commence plutôt pas mal je trouve !

Si tu pouvais laisser mes petite piques fb dans leur coin, ça m’enchanterait, blblblblb.


Sugar a écrit:
Je suis une personne très intolérante, je suis bien connue pour ça btw.

Putain, mais ce tissu de mensonges ; je te connais depuis plus de dix ans, tu va arrêter de dire de la merde un jour ou c'est comment ? C'est fou ce que tu m'énerves..
Mea maxima culpa, t'es pas intolérante, tu fais preuve d'intolérance à de nombreux égards, mais ça va, t'es encore capable de te remettre (parfois) en question, hihi.

Sugar a écrit:
Bah justement, je trouve que c'est genre le meilleur endroit pour en parler, je vais pas me lancer dans un débat stérile sur fb, bb.

Cependant, ton ras le bol tu l'exprimes vis à vis des positions de tes contacts facebook.
D'ailleurs, je trouve que j'ai pas assez compris d'où venait ta frustration, j'arrive pas à saisir comment on peut être vnR sur ce sujet, un peu plus d'explications STP ?


Sugar a écrit:
Woooowowo, j'ai jamais dit qu'ils étaient tous débiles sur JVC, j'ai dit que l'ambiance s'est vachement dégradée ces derniers temps, j'y traîne H24, je sais de quoi je parle, malheureusement. Mais comme dit Norma, ça s'explique par pas mal de choses qui n'ont pas de rapport avec JVC.

Curieux, j'ai traîné en lurker sur JVC aussi, et si le comportement de ces derniers s'est franchement dégradé il était déjà bien assez CANCER dès le début, ptn.
Mais ce que je signalais était surtout le fait que ces mêmes internautes disent que le monde va mal à cause de SJW. Du coup ça pue la merde, vraiment. Et tu le mettais en corrélation, toi aussi, signifiant même que tu avais "peur" de devenir comme eux. Rassure-toi, t'es loin d'être un cancer à ce point.

Sugar a écrit:
Bah c'est c'que j'essaie de faire, ouais.

<3



Sugar a écrit:
BAH OUAIS HEIN. xoxo.

Avec tout mon amour, considération etc.
:keur


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Ces histoires de "genre" me fatiguent.
MessagePublié: Sam Oct 07, 2017 19:10 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 11, 2005 14:23
Localisation: Picardie
Age: 34
Genre:
Mon cerveau est trop fatigué pour réfléchir en profondeur, alors je vais juste livrer une impression sans trop creuser : perso, les cases, je trouve ça nul quand on te les impose et qu'on y associe des comportements que tu dois avoir en fonction de ta case (dans ce cas je me sens emprisonnée), mais je trouve ça bien quand c'est un moyen de te situer par rapport à un ensemble bien complexe duquel tu as l'impression d'être à la marge (en gros, comprendre que la société c'est pas juste le gros moule bien visible dont tu te sens étranger, mais plein de petites cases dans lesquelles tu peux trouver des places).

Et je vais juste réagir à une remarque :

Sugar a écrit:
Traîner avec des gens qui ont la même passion/les mêmes loisirs que toi c'est complètement différent de "je traîne avec toi parce que t'es gay." (j'ai pris gay en exemple, j'allais pas tout citer). Déjà dans le fait de fréquenter exclusivement des personnes homosexuelles c'est très communitariste, et les communautés c'est pas super super pour l'intégration.

Alors OK y'a plus de suicides chez les jeunes du côté LGBT mais c'est.pas uniquement à cause de remarques blessantes de parfaits inconnus. Y'a une grosse part de responsabilité de l'entourage (plus ou moins proche) et de toute façon les gens qui sont "homophobes", je suis profondément persuadée que ce n'est pas qqs publicités pro-LGBT et le forcing qui les changeront.


""suicides chez les jeunes du côté LGBT mais c'est.pas uniquement à cause de remarques blessantes de parfaits inconnus"" :arrow: Euh bah oui mais non mais ça y contribue beaucoup, et ça contribue à banaliser les remarques, à entretenir une idée selon laquelle être LGBT+ est un problème, etc. Toutes ces remarques participent à l'instauration d'un climat LGBT+phobe.


""Y'a une grosse part de responsabilité de l'entourage (plus ou moins proche)"" :arrow: je vois pas bien d'où tu dissocies l'entourage plus ou moins proche et la question des remarques des inconnus. Informer les uns c'est informer les autres, directement ou par effet boule de neige. Les inconnus pour les uns sont les proches pour les autres.

""je suis profondément persuadée que ce n'est pas qqs publicités pro-LGBT et le forcing qui les changeront"" :arrow: Ca peut faire réfléchir des personnes qui reproduisaient des schémas sans s'être jamais posé de questions. C'est certes pas énorme. Mais ça peut surtout être une soupape pour les LGBT+ qui ont du mal à s'assumer, à supporter l'image renvoyée par la société ou les remarques de l'entourage ou les problèmes dans le milieu professionnel. Y'a des gens qui n'ont pas besoin de ça, et il y a des gens qui ont un mal fou à se sentir à leur place et à ignorer les remarques liées à l'orientation sexuelle, il y a des gens qui souffrent de se sentir humiliés, il y a des gens qui arriveront à surmonter leurs difficultés et il y en a qui ne réussiront peut-être jamais à s'accepter. Avoir des lieux LGBT-friendly où on sait qu'on peut être soi, où on sait qu'on est accepté pour qui on est, où on sait que les gens sont pas en train de penser "ah c'est l'autre pédé/gouine/travelo/etc.", où on peut rencontrer des personnes qui sont dans le même bateau, ça peut être un premier pas vers l'acceptation et l'émancipation, ou même être une question de survie pour des personnes qui n'arrivent pas à être elles-mêmes dans leur vie quotidienne et qui n'arrivent pas à se défaire de l'idée (ancrée peut-être depuis l'enfance par l'entourage) qu'il y a une honte à être qui elles sont.
Et pour certains, se battre pour des idées ou en parler continuellement sur des groupes faits pour ça, c'est l'unique moyen d'exprimer toutes les frustrations qu'ils n'arrivent pas à gérer au quotidien. Ca peut être un défouloir ou un exutoire, pas forcément pire qu'un autre. Certains vont passer des heures dessus tous les jours parce qu'ils en ont besoin pour se rappeler qu'ils ne sont pas seuls dans leur situation, alors que le reste du temps ils se sentent marginalisés. Et ces débats, ces propositions de termes, ces réflexions... j'adhère à certaines idées, pas à d'autres, mais je trouve toutes ces réflexions très intéressantes, même quand j'en conclus que je ne suis pas d'accord, ou quand je n'arrive pas à avoir un avis.

N'étant quasiment pas outée dans mon entourage, il y a très peu de situations dans lesquelles je me sens libre d'"être", tout simplement. C'est hyper rare en fait. Je m'auto-censure continuellement (c'est mon problème évidemment, et je pourrais vivre mieux si j'arrivais à m'assumer, mais voilà, peut-être que ça ne sera jamais quelque chose de facile pour moi), et les rares fois où je me retrouve dans un lieu/événement "LGBT", c'est tout simplement un moment de répit. Après, personnellement je trouverais triste de ne vivre QUE dans et par ces espaces, mais c'est personnel, car je déteste me sentir cloîtrée dans une case unique, et si d'autres veulent y passer leur vie je ne vois pas le problème (surtout en partant du principe qu'ils ont peut-être de grandes difficultés à s'assumer en-dehors de ces espaces). Ca ne veut pas forcément dire qu'ils sont sectaires (ça peut aussi exister évidemment) ni qu'ils sont "contre" les gens qui ne sont pas dans leur case (les gens de la masse).

C'était juste une pensée furtive en passant, pas une opinion complètement arrêtée.

_________________
Les conseilleurs ne sont pas les payeurs...!
Ex Vice-Présidente du Club Zero, Co-Fondatrice du CCVE & de l’AHC.

"L'ADAL est ouvert à toutes et à tous, en couple ou pas. L'ADAL c'est un état d'esprit." ©Queen of Leon


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2017 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .