Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Dim Oct 20, 2019 21:25 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Bon, je sais qu'il n'y a plus grand monde qui traîne ici, qu'il y a des forums spécialisés sur l'homoparentalité, voire la parentalité tout court et qu'on pourrait peut être mieux m'y répondre, mais c'est ici que j'ai envie d'écrire.

J'ai deux enfants. La grande a bientôt 5 ans, le "petit" 3 et demi. Je voulais pas d'enfants. Depuis toujours. Je me suis laissée convaincre par mon ex, qui elle en a toujours voulu. Convaincre que je pourrais jouer un rôle d'éducateur, qui lui, me convenait. Sauf que quand les enfants sont là, tu t'attaches. Et puis étant avec eux au quotidien, tu te retrouves à devoir gérer, à prendre un rôle que tu n'avais pas imaginé. La psy de la PMA m'avait scotché en me demandant "êtes vous prête à endosser le rôle du père ?" Je m'étais foutu de sa gueule parce que ça me paraissait tellement pas adapté comme question. Par ce que je pensais que je construirais mon rôle/ma place, naturellement. Mais ça marche pas.

Je ne me sens pas mère. Je ne veux pas être mère. Je le suis trop. Trop centrée sur eux. Trop laxiste. Trop fière d'eux. Trop vénère quand quelqu’un se mêle de la manière dont je les éduque. Trop flippée de mal faire. Tellement centrée sur eux que j'en ai oublié mon couple. Ajouté aux divergences éducatives, ça nous a flingué. J'ai été voir ailleurs. Ca se passait bien. Jusqu'à ce qu'elle me voie avec eux. Parce que le schéma se reproduit : quand ils sont dans le coin je ne suis plus disponible pour qui que ce soit d'autre. Ca craint. C'est nul. J'en voulais pas, je voulais pas m'attacher.

J'imagine bien qu'il y a un lien avec ma propre mère, et ça me casse encore plus les couilles.
Et putain, à quoi ça sert d'être gouine si on doit en plus se taper cette connerie de maternité ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Oct 21, 2019 9:02 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Yo,

J'ai pas de gosse, j'en ai jamais voulu, j'en veux pas, je peux donc m'identifier à 50% de ton histoire, les 50% autre étant dans mes pires cauchemar.

Cela dit, je pense que tu te goures sur un point : revient deux fois dans ton message le fait que tu t'en veuille de t'être attaché aux mômes et de les faire passer avant tout.
Comme si tu mettais sur le compte de cet attachement les merde de la parentalité, de l'échec du couple et de tes problèmes d'éducation.
Comme si tu avais pensé que ton rôle parental idéal serait d'être distante et sans attachement et que tu te sens trahis par toi même.

En aucun cas ce n'est l'attachement la racine du problème. C'est peut-être même le seul truc cool dans ce bordel.

Tu es parent. C'est pire qu'un tatouage, un gamin, ça part pas au laser. C'est fait, c'est fait.
Oublie le terme de "mère" et les clichés attachés, par contre, tu es parent, tu te dois d'être fière d'eux, flippée de mal faire, vénère quand quelqu'un touche à tes gosses, et de les aimer.

Par contre, c'est pas innée.
Par contre, c'est pas facile.
Et par contre, y a plein de manières différentes de gérer cette parentalité sans remettre en cause le fait d'y tenir, à tes grumeaux.

La première chose, c'est de laisser l'extérieur rentrer.
Laisse des gens te dire ce qui, à leur sens, tu fais bien ou mal ou trop ou pas assez.
Le pire dans la famille c'est l'isolement : ça fait devenir malsains.
Laisse des gens faire différemment que toi tu ferais en face d'eux.
Crée du lien.
Parle avec d'autres parents.
Expérimentes leurs conseils pour apprendre à se relaxer, destresser, faire la part des choses et avoir du temps à vivre en tant que "juste toi" et pas qu'en tant que parent.
Voir comment d'autres font pour être moins laxistes, moins obsédés.

Si j'ai bien compris, t'as eu une nouvelle meuf et elle t'as quittée quand elle a vu comment tu te comportais avec tes gosses ?
C'était quoi ses reproches exactes ?

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Oct 21, 2019 20:04 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Merci Norma, je savais que je pouvais compter sur toi. :biz:

Même le "je suis parent" ne me convient pas. La seule chose que j'arrive à intégrer et verbaliser c'est "j'ai des enfants". Parce qu'ils sont là, je peux pas le nier, et que j'y suis attachée, en effet. Je crois pas que je m'en veuille de m'y être attachée, je me dis juste que ca aurait été plus facile si ça n'avait pas été le cas.

Par contre les faire passer avant tout, c'est bien là le problème. Et laisser l'extérieur rentrer comme tu dis.
Je vois bien que c'est important, j'ai aucun problème avec le fait qu'eux soient en contact avec d'autres gens, déjà un peu plus quand je me rends compte que ces autres gens ont des pratiques éducatives différentes des miennes, et quand je me retrouve moi en situation où on me fait comprendre que je fais pas bien ou pas assez, ou ci ou ça, je pète carrément un plomb. Soit en pourrissant l'interlocuteur quand je n'ai pas de raison particulière de le respecter, soit en me dévalorisant à mort quand c'est l'avis de quelqu'un qui compte pour moi.

En fait j'arrive pas à voir comment articuler le fait de créer ma manière de gérer ma parentalité (j'allais écrire paternité...), avec celui de prendre des conseils à l'extérieur.
Comme si prendre des conseils allait forcément m'empêcher de faire comme je veux.
Comme si tous les conseils étaient des injonctions.
Comme si j'allais inventer un truc totalement inédit et que les conseils des gens seraient forcément inadaptés à mon cas, ou à ce que je veux faire.
C'est con. C'est même hyper prétentieux. Je sais pas comment m'en défaire.

Vous vivez ça comment, vous les autres parents, cachés, là, dans un recoin du forum ? Vous avez eu besoin d'échanger avec d'autres parents ? Trouvé un endroit safe et sympa pour le faire ?

Elle m'a pas quitté, elle évite juste de venir quand j'ai les enfants. Parce que je suis tellement centrée sur eux que je lui laisse pas de place, qu'elle se sent spectatrice. Parce qu'elle ne trouve pas ça "normal" qu'ils réclament autant d'attention, que je leur laisse autant de place. Évidemment, pour faciliter les choses, ils me sollicitent d'autant plus quand elle est là. Je pense que c'est une réaction normale pour des enfants face à un "beau-parent" qui débarque, mais j'ai pas trouvé comment leur expliquer que ça allait pas le faire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Oct 21, 2019 21:43 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 03, 2006 9:23
michka a écrit:
Parce qu'elle ne trouve pas ça "normal" qu'ils réclament autant d'attention, que je leur laisse autant de place. Évidemment, pour faciliter les choses, ils me sollicitent d'autant plus quand elle est là. Je pense que c'est une réaction normale pour des enfants face à un "beau-parent" qui débarque, mais j'ai pas trouvé comment leur expliquer que ça allait pas le faire...

Ils sont tout petit, c'est un peu normal, non ?
Autant cloisonner alors, parce que je ne vois pas comment un enfant de 3 ans peut ne pas solliciter (5 ans, je connais pas encore ...)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Oct 21, 2019 22:38 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 03, 2006 9:23
C'est quoi ton statut légal par rapport aux enfants ? Beau parent ou tu as adopté ?
Tu les as souvent ?

Donc pour revenir aux moutons, moi j'en ai 2 (une que j'ai portée, une dont je ne suis encore que le beau parent, mais adoption sera lancée dès qu'elle aura 6 mois...Attente douloureuse que je ne vis pas toujours bien !

Pour la parentalité, on se forme au quotidien. On est dans des assos de familles homoparentales mais dans une région peu active, donc une fois par an on débriefe avec d'autres familles, mais c'est surtout axé sur les spécificités des familles homoparentales. On a pu en rencontrer qq unes dans le coin, le but étant que les enfants voient qu'ils ne sont pas seuls dans cette configuration (à l'école, y'a que nous).

Après, on côtoie surtout des familles hétéros, et pour le coup, j'échange avec mes amis masculins hétéros papas pour notre seconde... et franchement, ça répond à 99% de nos questions.

Les conseils ont les prend parfois chez la pédiatre/généraliste/SF qui nous connaissent depuis un moment (et nous ont aidé), on les accepte, mais on ne peut pas toujours les appliquer (comment coucher tot un enfant ? LOL !!!!).
Par contre, je ne crois pas que certains se permettent frontalement de me faire des remarques sur l'éducation (et je ne pense pas que je les accepterai). On a bien recadré les beaux parents quand ils ont essayé... et de toute façon je n'écouterais pas...
Pour les divergences éducatives dans le couple, il y en a, mais on est OK sur l'essentiel... et impuissantes aussi sur certaines choses.

Pour le reste, pas sur d'avoir tout bien compris... Pour moi, ta copine ne doit pas rentrer en compétition avec eux. Si tu les as, il faut qu'elle accepte que tu ne sois pas disponible à 100%, ou effectivement éviter qu'ils soient tous ensemble si c'est pas gérable (à moins que tu les aies tout le temps, dans ce cas c'est difficile).

Pour être plus frontale, pour moi, c'est à la copine de s'adapter pour l'instant, et pas aux petits...et quant à leur laisser plein de place, bah oui, petit c'est un peu obligé, et une question de sécurité aussi (dit la fille qui bavassait pendant que sa fille bouffait des champignons dans le jardin...)...

Pour le positionnement par rapport à la parentalité, je me pose même pas la question je crois. Notre ainée nous appelle maman toutes les deux. Moi je voulais bien papa, mais c'est elle qui a choisi. Elles ne portent pas mon nom (pas de nom double), que je porte toujours, donc j'ai refait faire ma CNI pour que leur nom apparaissent dessus en nom d'épouse.
Pour la seconde, ma conjointe allaite et est en congé parental alors que je bosse, donc forcément, je suis moins impliquée qu'elle... mais c'est ce que vivent plein de pères (d'où les échanges) et ce qu'avait vécu ma compagne avec notre 1ère donc je ne me permet pas trop de râler. Surtout que j'ai pris un temps partiel par le passé. Et c'est plus simple que pour elle : l'entourage nous identifie déjà comme une "famille établie", donc ça a été plus simple sur plein de plans (en gros j'étais déjà identifiée comme parent, notamment à la maternité !).

Quant à s'oublier en tant que parent, je ne te donnerai pas de conseils, j'ai plein de boulot, donc le peu de temps libre c'est pour passer du temps en famille... bref. Pas d'organisation de ouf. J'ai du mal à trouver du temps pour me laver des fois... (mais je cache ça sous un soucis d'écologie). Pour l'instant je n'en souffre pas, on a eu des parcours long et donc eu plusieurs fois l'occasion de se remettre en question...

Reste plus qu'à voir si on va assurer sur les 30 ans à venir.

[Je ne me relis pas... désolée...]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Dim Oct 27, 2019 18:41 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Merci pour cet éclairage Paulette. Ca me fait dire qu'effectivement échanger avec d’autres parents peut être intéressant. Reste à trouver le cadre qui me conviendra : quand je suis avec mes potes, j'ai pas forcément envies de parler chiards...

Pour répondre à tes questions, et éclairer un peu ma situation, ce sont mes enfants : je les ai adopté dès que possible.
Il y avait deux raisons : emmerder la manif pour tous, et surtout assurer ce lien. Mais plus dans le sens m'obliger à le reconnaître, à assumer, m'empêcher de les abandonner en cas de pétage de plomb, que m'assurer de pouvoir les voir en cas de séparation houleuse. Parce que le premier cas me paraissait, et reste, plus plausible que le second. Bref, je regrette pas de l'avoir fait. Ils portent pas mon nom par contre. Les noms double, on est d'accord, c'est relou. Je crois que ça m'arrangeait bien aussi, psychologiquement. D'ailleurs, j'ai pas mis mon nom d'épouse sur ma carte d'identité.
Pourquoi attendez-vous les 6 mois de ta dernière, d'ailleurs ? Et la première, elle a changé de nom lorsque ta femme l'a adoptée ?

J'arrive pas à trop à savoir si c'est cette place de "deuxième parent" qui influe sur la manière dont je gère mon rôle. Si ce serait différent si je les avais porté, ou l'un d'entre eux. Surement. Je crois que c'est la dichotomie entre le fait de me considérer moi comme "deuxième parent" et être considérée, en tant que femme, comme "maman" à part entière par tout un chacun, qui fout le bordel. J'ai l'impression que la société en demande plus aux mamans. Et même si j'essaie de m'en foutre, de ces injonctions, ou de ces clichés, j'y arrive pas.
Au moins j'ai le même positionnement par rapport aux deux.
Ca ne m'avait jamais effleuré l'esprit parce que j'ai du mal à intégrer cette différence de rôle entre les deux parents, mais force est de constater qu'elle existe, et devoir jouer à la fois l'un et l'autre me parait carrément sport. Alors chapeau bas et bon courage à celles qui ont fait ce choix de parentalité "croisée" :gentil:

Je les ai en début de semaine, et un week-end sur 2. La moitié du temps en gros, quoi. Du coup c'est totalement faisable de segmenter avec ma copine, en pratique. Sauf que bon, à terme, j'aimerai bien pouvoir passer des moments à 4, où tout le monde en profite.

Ma difficulté se situe sur 2 points en fait :
1.Trouver un équilibre sur ma disponibilité entre les différents protagonistes. Ma copine est bien consciente que je ne vais pas être dispo à 100% pour elle si mes enfants sont là. Mais en gros elle a l'impression que dans ces cas là je suis dispo à 100% pour eux, et rien pour elle. Ce qui nous emmène au point 2 :
2. Évaluer si les sollicitations, demande d'aide ou d'attention de la part des enfants sont justifiées (pour leur âge) ou si c'est de l'entourloupe pour ne pas me "partager". Difficile de trouver des points de comparaison. En observant les voisins ou autres familles de l'école par exemple, j'ai l'impression que ca dépend beaucoup plus de l'éducation que de l'age des enfants : s'ils ont l'habitude d'être laissés à eux-même et/ou d'obéir sans moufter dès leur plus jeune âge, même à 3 ans ils ne vont pas demander beaucoup d'attention.

A priori c'est pas comme ça que je veux élever les miens, et j'ai plutôt tendance à supposer que les sollicitations sont justifiées, mais du coup je me retrouve vite complètement bouffée. Pour donner un exemple, on se retrouve à ne pas pouvoir avoir une conversation entre adultes à table. Même en dehors, en fait.
Comme habituellement je suis seule avec eux, ca me parait normal de répondre à leurs sollicitations, et ca leur fait bizarre quand j'essaie de faire autrement. J'essaie donc de faire attention à ne pas être focalisée sur eux quand je suis seule, mais c'est souvent plus facile de répondre à une sollicitation que de dire "non, tu peux le faire tout.e seul.e", et s'y tenir. En fait j'ai l'impression de devoir lutter contre un réflexe naturel, et à la longue, c'est usant.

Heureusement, j'ai pas de problème pour les coucher tôt :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Oct 28, 2019 14:58 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Nov 06, 2018 13:49
Localisation: Sud de la France
Age: 46
Genre:
Salut Michka,

Je te réponds, non sans un peu d'appréhension parce que tu as l'air d'envoyer parfois promener les donneurs de conseils qui te disent comment te comporter, et en même temps tu demandes quand même ce qu'on en pense ; tu sembles vraiment prise dans les contradictions, tu écris que tu es trop mère et que tu ne voulais pas l'être, ou pas l'être comme ça. Bref, juste pour dédramatiser, quelques remarques "extérieures", pour te dire ce qu'il en est pour moi : mes enfants me mettent dans des états hyper contradictoires, entre ce que je veux pour moi, en tant que femme, ce que je veux pour eux, en tant que maman, et c'est parfois déchirant. Parfois, on ne peut pas trouver un équilibre, il faut arriver supporter ces contradictions. Et l'impression de tout faire de travers qui va avec. Ah, le "faux partout" quand je manque un truc important au boulot pour pouvoir passer un moment avec ma fille puis qu'avec elle ça tourne au vinaigre parce que je découvre une mauvaise note (par exemple...).

D'après ton message, avec toi, c'est un peu tout ou rien : tu refuses carrément ou tu prends trop à cœur les conseils des autres, ou tu dis que si tu pètes un plomb, tu serais capable d'abandonner tes enfants, alors qu'en même temps tu ferais tout pour les protéger. Si tu restes dans les extrêmes, tu risques de t'épuiser émotionnellement. Même chose avec ta copine, tu es 0% là pour elle quand tu es à 100 % pour tes enfants. Toujours tout ou rien !

Maintenant, le côté pratique ! Pour les repas à quatre, c'est complètement normal que la conversation entre adultes soit interrompue et discontinue. Vous n'arrivez pas à en placer une ? C'est pareil chez moi. Donc voyez-vous plutôt quand les enfants ne sont pas là, dînez en tête à tête seules. Est-ce qu'ils font exprès ? Oui, ils font exprès de vous interrompre, pas du tout parce qu'ils seraient manipulateurs, mais parce qu'ils sont très jeunes, et inquiets de l'attention que tu leur portes. Ils ont repéré ton côté tout ou rien et ils préfèrent avoir le tout, sans doute !

Et ne t'en fais absolument pas pour les moments partagés à quatre : ça viendra, ça viendra, là ils sont encore tout petits. Un jour quand tu seras plus détendue et qu'ils seront un peu plus âgés, tu leur (ré) - expliqueras avec des mots simples qui es ta copine, pourquoi tu as envie de l'avoir à table avec vous, bref, tu le diras avec tes mots, plusieurs fois, et ils t'écouteront. Je ne dis pas qu'ils vous laisseront parler à table, ça non, c'est difficile ! Mais d'ici un ou deux ans, vous arriverez à du 80 / 20. Au moins ils arrêteront d'en rajouter dans la demande d'attention, et pour toi, les choses étant expliquées, tu te sentiras légitime en ne te laissant pas couper la parole. Tu auras moins l'impression de te faire bouffer par tes gosses. Tu te poseras comme parent mais aussi comme être humain avec des besoins autres que la parentalité. Je sais que je ne te propose pas une solution immédiate, mais essaye de travailler sur toi pour prendre conscience que tu peux mettre à distance les réflexes "c'est tout ou rien", " c'est eux ou moi", "c'est elle ou eux" , bref aller vers plus de mélange.

Je finis en disant que tu es hyper courageux-se (je t'ai genrée au féminin dans la réponse mais si ce n'est pas ton identité, excuse mon erreur) de parler des difficultés des parents. On triche tous plus ou moins, sans doute, mais là j'ai beaucoup apprécié ta sincérité.

_________________
Dalia


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Jeu Oct 31, 2019 8:29 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Je rebondis sur ton dernier message, Michka.

J'y vois quand même vachement des réflexes de parent hélicoptère, qui souhaite protéger leur môme en leur évitant tout sentiment négatif et qui paradoxalement prépare ainsi le terrain à moult crises.

Tes gosses sont capables de vachement plus de trucs que tu imagines, notamment émotionnellement et intellectuellement, mais ils doivent y être accompagnés.

Parmi toutes ces choses, il y a la gestion du refus, de la frustration, de l'attente.
Si dès qu'ils te sollicitent, tu réponds à leur sollicitation, ils n'expériementent pas la frustration. Et quand ils se retrouvent dans une situation ou d'un coup on ne leur donne pas ce qu'ils veulent alors qu'ils l'ont toujours eu, ils sont désemparés. Les règles ont changé, l'émotion est nouvelle et ils n'ont pas de clef pour y répondre.

Pour leur propre bien (et pour le tiens) il faut que tu leurs apprenne à gérer émotionnellement et intellectuellement le "non", le "pas tout de suite".
De même, si tu leur livre tout tout fait clef en main, niveau gestion de l'autonomie ça va être la cata. Et moins ils feront par eux même plus faire par eux même va les faire flipper, plus ils se penseront incapables.
Pour des gamins autonome et confiants en eux, faut les accompagner vers cela en multipliant les moments où tu ne fais pas ce qu'ils te demandent, mais où tu les coach pour qu'ils le fassent eux même.
Et à terme, ils te solliciteront moins, et ils seront mieux dans leurs baskets.

Ce n'est pas "normal" de pas pouvoir avoir une conversation à cause de multiples interuptions, et au delà de ça, ce n'est pas souhaitable, pour l'enfant également.
Parce que s'il est incapable de laisser des gens parler sans les couper, ça va très mal se passer pour lui quand il socialisera avec d'autres adultes et d'autres enfants : tout le monde le verra comme le petit con pénible et le rejettera.
Ce n'est pas lui rendre service.
Sans arriver à un silence monastique à table, et surtout sans lui hurler dessus pour qu'il la ferme, y a des moyens de lui apprendre à ne pas tout le temps parler, à laisser de la place aux autres, et à moins mal le vivre.
En lui expliquant non pas ce qu'il ne doit pas faire mais ce que tu attends de lui comme comportement, en lui décrivant bien le comportement positif, en les encourageant quand ils l'ont, en tournant comme un jeu le fait d'écouter plutôt que de parler ou de se concentrer sur son assiette, en organisant des tours de parole... Bref, rend ludique l'attente, rend ludique la frustration de ne pas tout avoir tout de suite.
C'est hyper important pour leur propre avenir et pour que toi même tu passes des moments agréables avec eux !

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Jeu Oct 31, 2019 12:46 
Like a Virgin
Like a Virgin
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Mai 20, 2016 22:41
Localisation: Belgique
Age: 31
Genre:
Salut,

Je te lis et ton message me renvoie un peu à mes appréhensions à l’idée d’être mère un jour, mais bref, je n’ai pas d’enfants, je suis peut-être mal placée pour intervenir mais…

Tu es attachée à tes enfants, j’ai envie de dire… Tant mieux, ce n’est pas ce que tu avais prévu, ou peut-être pas comme ça que tu imaginais le truc, mais s’attacher à ses enfants est une réaction plutôt saine.

Pour le fait des sollicitations des enfants quand tu es avec ta copine… Je me demandais depuis combien de temps es-tu en couple ? Parce qu’il leur faut sans doute du temps pour s’habituer à une autre dynamique, au fait qu’il y a une autre personne et que toute ton attention n’est pas pour eux mais doit aussi se diviser pour ta copine. Ils s’entendent bien avec elle, il y a un bon contact ou pas de contact du tout ?

Leur laisser du temps, mais leur dire aussi, petit à petit que tu discutes avec ta copine et que tu leur répondras ensuite. C’est de toute façon un truc qu’ils vont devoir apprendre parce que comme dit dans un message précédent, ça va se retourner contre eux s’ils ne sont pas capables de laisser de l’espace aux autres.
Mais… Petit à petit, ils sont jeunes, ils vont apprendre.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Ven Nov 01, 2019 11:07 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 03, 2006 9:23
michka a écrit:
Pourquoi attendez-vous les 6 mois de ta dernière, d'ailleurs ? Et la première, elle a changé de nom lorsque ta femme l'a adoptée ?

Recommandation du tribunal (pas légal; mais bon, vu qu'on est pas prêtes de toute façon...). Si on dépose plus tot, ils nous redemanderont des actes de naissance de moins de 3 mois !
Oui, la première a changé de nom, ce qui avait soulé le substitut du procureur car il ne comprenait pas que la maman bio lâche son nom... Elle avait 10 mois.. donc pas un grand traumatisme !

michka a écrit:
J'arrive pas à trop à savoir si c'est cette place de "deuxième parent" qui influe sur la manière dont je gère mon rôle. Si ce serait différent si je les avais porté, ou l'un d'entre eux. Surement. Je crois que c'est la dichotomie entre le fait de me considérer moi comme "deuxième parent" et être considérée, en tant que femme, comme "maman" à part entière par tout un chacun, qui fout le bordel. J'ai l'impression que la société en demande plus aux mamans. Et même si j'essaie de m'en foutre, de ces injonctions, ou de ces clichés, j'y arrive pas.

Je pense qu'il y a une grosse différence entre maman bio et sociale les premiers mois, surtout si la maman bio alaite... on a jamais chercher à lutter contre ça. Ensuite pour nous, on ne sent plus de différence... je ne dirais pas que nos rôles sont équivalents, et elle n'a pas la même relation avec nous deux, mais c'est le cas dans tous les couples.

michka a écrit:
Au moins j'ai le même positionnement par rapport aux deux.

J'espère que ce sera le cas pour moi aussi !

michka a écrit:
Ca ne m'avait jamais effleuré l'esprit parce que j'ai du mal à intégrer cette différence de rôle entre les deux parents, mais force est de constater qu'elle existe, et devoir jouer à la fois l'un et l'autre me parait carrément sport. Alors chapeau bas et bon courage à celles qui ont fait ce choix de parentalité "croisée" :gentil:

Pour nous ce n'était pas indispensable. On a envisagé de changer de ventre avant que ça prenne. Mais bon, on est contente d'avoir pu porter toutes les deux... et d'endosser les 2 positions.
Rien à voir, mais dans le genre des remarques qui me soulent :
- oh vous avez de la chance vous avez deux filles (du genre on aurait pas pu élever un gars en tant qu'homo)
- et la classique : "comme ça vous avez chacune la votre" !!!!! (on parle d'une poupée là ???)

michka a écrit:
Je les ai en début de semaine, et un week-end sur 2. La moitié du temps en gros, quoi. Du coup c'est totalement faisable de segmenter avec ma copine, en pratique. Sauf que bon, à terme, j'aimerai bien pouvoir passer des moments à 4, où tout le monde en profite.

Avec le temps ça se fera.


michka a écrit:
Pour donner un exemple, on se retrouve à ne pas pouvoir avoir une conversation entre adultes à table. Même en dehors, en fait.

A 3 ans pour moi c'est normal. Quand c'est pas gérable pour nous avec la grande, je lui demande d'aller faire un tour dans sa chambre (héhé). Ca marche souvent. Pareil pour les colères ou je ne peux plus en placer une.

pour le reste je repasserai ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Ven Nov 01, 2019 17:54 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Je ne pensais pas redynamiser le forum avec ce topic, ça fait plaisir :souris:

Dalia a écrit:
Ils ont repéré ton côté tout ou rien et ils préfèrent avoir le tout, sans doute !
Bien vu !
Paulette a écrit:
Rien à voir, mais dans le genre des remarques qui me soulent :
- oh vous avez de la chance vous avez deux filles (du genre on aurait pas pu élever un gars en tant qu'homo)
Je suis pas sûre que tu interprètes bien. Moi j'ai les deux, donc, et j'ai entendu - oh vous avez de la chance, un de chaque !
C'est juste que les gens ne peuvent s'empêcher de dire des trucs stupides quant il s'agit d'enfants...

Je lis des avis différents sur les sollicitations des enfants : certains trouvent que c'est "normal", d'autres non. Ca illustre bien ce que j'écrivais plus haut dans mon 2., difficile d'évaluer le bien-fondé des sollicitations. C'est cool aussi d'avoir les avis de parents et de non-parents. En théorie, j'adhère totalement à ce que décrit Norma, qui tient quasi exactement le même discours que ma copine : ma manière de faire n'est bonne ni pour mes enfants, ni pour moi. Sauf qu'en pratique, je n'arrive pas à l'appliquer.

Pour le côté "vie quotidienne", risques physiques, j'ai pas de souci. Deux exemples : dès qu'ils ont su marcher, ils m'ont accompagné dans la rue sans que je ne leur tienne la main, voire en courant au loin s'ils en avaient envie. Ce qui m'a valu des réflexions de certains passants : Attention ils vont se faire écraser. Pour peu que je sois un peu tendue par ailleurs, ceux-là, le plus souvent des hommes, se sont vu rétorquer qu'ils feraient mieux de s'occuper de leurs oignons (ou de leurs lardons).
L'autre jour au parc, la grande a été faire la queue seule au toboggan géant sans que je n'ai de vue sur celle-ci pendant tout le temps de la montée et de la descente. Un bon quart d'heure je pense. Ça m'est naturel. Je sais que je peux lui/leur faire confiance la dessus. Si j'entends : elle va se faire mal, je réponds : peut-être. Si c'est le cas, ça lui apprendra. Pas dans le sens "bien fait pour sa gueule", bien évidemment, juste "elle apprendra qu'en faisant ça on peut se faire mal".

Par contre, émotionnellement, ou en gestion des conflits/relations humaines c'est la cata. Faut dire que je suis pas super outillée moi-même pour pouvoir les accompagner.

J'essaie autant que faire se peut de les laisser gérer leurs conflits d'enfants entre eux, en refusant de m'impliquer quand l'un ou l'autre fait appel à moi, pour les inciter à trouver une solution entre enfants. Sauf que c'est plus démerdez-vous, que je vais vous aider à faire par vous même.
Parfois ça me donne l'impression de lâcheté de ma part. Le pire, c'est quand j'entends un enfant voisin (ce qui me fait remarquer que j'ai quand même une oreille qui traîne quand ils jouent dehors) annoncer Je vais le dire à ta mère. Là, c'est un peu panique à bord. Le gosse en question a l'habitude que sa mère résolve les problèmes en grondant l'un ou l'autre. Sauf qu'elle n'osera jamais gronder les miens. Si je dis au gamin tu as un pb avec mon gosse, tu règles ça avec lui, je donne l'impression aux miens qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Et si je punis en suivant les propos du dénonciateur, je risque d'être injuste.

En écrivant, je me rends compte de ce que je pourrais faire. Utiliser la résolution de conflit, en tant que tiers. Leur faire dire à chacun ce qui s'est passé, éventuellement comment il l'a ressenti, pour en arriver à leur faire proposer des solutions de réparation. Sauf qu'à cet âge là, ils racontent leur vision des choses améliorée, même si ce n'est pas volontairement mentir, et, en sens inverse, sont prompts à accuser l'autre de mentir. Impossible donc d'imaginer pouvoir avoir une info fiable sur les évènements. Si en théorie c'est mieux pour justement garder un positionnement neutre, sans preuve tangible j'ai peur de prendre a priori la défense de mes enfants, et que ca leur donne du coup un sentiment d'impunité.

Évidemment, ça finit souvent que l'un ou l'autre n'est plus accepté dans les jeux collectifs. Et pour le coup ça me semble bénéfique, puisque c'est la conséquence naturelle du comportement irrespectueux qui a pu être tenu. Mais, alors que je sais ça, je ne peux m'empêcher d'avoir envie de réconforter celui de mes enfants qui s'est fait exclure. Comme si je me sentais touchée aussi.
Est ce qu'on peut réconforter sans donner l'impression de pardonner ?

Pour revenir aux conversations à table, j'aime beaucoup l'idée d'amener l'écoute de manière ludique.
Encore jamais tenté, le premier réflexe étant soit de laisser couler, soit de gueuler que ca ne se fait pas. Maintenant, il faut aussi que j'arrive à construire des conversations quand je suis seule avec eux. Pas toujours envie de parler quand je suis à table, et si je veux pas les condamner au silence monacal, j'admets donc qu'ils "conversent" entre eux, ce qui peut vite devenir le bordel. Y a des gens ici qui ont été seuls avec leur(s) frère(s) et/ou soeur(s) et un adulte, au quotidien ? C'était comment les repas ?

Et pour répondre à la question de Snow flake, je suis en couple depuis un moment, mais on ne vit pas ensemble. Les enfants ont du la voir une dizaine de fois, je dirais. Elle a plutôt un bon contact avec les enfants en général. Avec les miens, quand ils veulent ça le fait bien, quand ils choisissent d'accaparer mon attention, c'est plus tendu...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Ven Nov 01, 2019 21:17 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
michka a écrit:
Est ce qu'on peut réconforter sans donner l'impression de pardonner ?



Bah surtout faut pas mettre le truc sous le tapis ...
Réconforter une crise de larme, why not, mais tu peux pas squeezer la discussion qui vient après où tu pousses ton gosses à analyser pourquoi il a été exclut du jeu et lui donner les clefs des raisons qu'il ne comprend pas.
Sinon c'est pas lui rendre service, ça le met dans une opposition "maison qui va dans mon sens" "monde extérieur avec que des cons qui n'acceptent pas tout de moi".

Je pense que l'idée de "les gosses régleront ça entre eux" est pas top.
C'est l'excuse que se donnaient les adultes pour pas intervenir quand j'ai vécu du harcelement scolaire. Ca crée juste une loi du plus fort.
Surtout que sans naiveté, ils disaient ça parce qu'ils ne savaient pas gérer le problème.
Alors si un adulte savait pas trop, comment ils auraient pu penser qu'un gosse de 5 ans, trouverait la solution, et serait capable de l'appliquer et de la faire appliqué par son agresseur ?
C'est hypocrite.

Je pense que les adultes DOIVENT intervenir dans un conflit d'enfant, ne serait ce que pour leur montrer comment gérer un conflit et pour garder la communication active avec eux, que l'enfant se rende compte concrètement qu'il peut solliciter l'adulte en cas de problème, et pas qu'il est livré à lui même.

Ceci dit tu mets le doigts sur quelque chose ... toi même, t'es pas à l'aise du tout avec le conflit et tu contourne la question par l'évitement.
Ne serait-ce pas quelque chose sur lequel travailler qui pourrait te permettre de mieux gérer ?

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Ven Nov 01, 2019 21:52 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Norma a écrit:
Je pense que les adultes DOIVENT intervenir dans un conflit d'enfant, ne serait ce que pour leur montrer comment gérer un conflit et pour garder la communication active avec eux, que l'enfant se rende compte concrètement qu'il peut solliciter l'adulte en cas de problème, et pas qu'il est livré à lui même.
En effet, y a pas trop de raisons que les enfants arrivent à gérer sereinement un conflit si on leur donne pas les infos/exemples pour le faire.

Après y a conflit et conflit. Tu parles de harcèlement scolaire. Mon exemple était plus du genre : elle m'a tiré la langue ou il veut pas arrêter de chanter. Je pensais leur avoir donné les clés pour ce niveau là. Mais je réalise qu'en grandissant la nature et la variété des sources de conflits qu'ils peuvent rencontrer évolue, et que ca ne suffit donc probablement plus.

En fait c'est cette nécessité de s’adapter en permanence à leur évolution qui est usante...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Dim Fév 09, 2020 17:09 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Avr 29, 2007 20:07
Localisation: Paris
Age: 34
Yop.

Coup de moins bien ce week-end. J'ai emprunté à la bibliothèque un livre sur l'autorité. C'est plein de bonnes idées. Mais je me sens tellement pas capable de faire tout ça. :snif:
En plus je lis (je l'apprends pas, j'étais déjà au courant, mais ça réactive) que les enfants ont besoin d'autorité pour se structurer, que c'est la constance qui leur évite la confusion, que montrer sa faiblesse ne fait que les insécuriser et les stresser.

Bref, je suis une mauvaise mère, et l'effort à faire pour y remédier me paraît tellement énorme que ça me gonfle d'avance. J'assure le minimum vital. Qu'elle se démerde avec l'éducation, j'en voulais pas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Etre mère, ce bordel
MessagePublié: Lun Fév 10, 2020 17:50 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Nov 06, 2018 13:49
Localisation: Sud de la France
Age: 46
Genre:
Salut Michka,

Hou là, on dirait que tu as passé un mauvais week-end. Tu as emprunté ce livre sur l'éducation et il t'a déprimée ? Concrètement, quel problème as-tu eu avec tes enfants, avec l'autre parent, ou avec un autre adulte (ta copine, la maîtresse, un autre parent ...) qui t'a amenée à cela ? Qu'est-ce qui se passe au quotidien : les enfants sont bruyants, pas concentrés, insolents, imprudents ?

Dès fois, on voudrait juste avoir la paix.

Mais tu as des responsabilités. Tu ne peux pas dire que tu laisses les responsabilités à l'autre parent. Au fond, tu le sais, non ? Je ne sais pas qui est "elle", mais même si c'est elle qui les a voulus et qui les a portés, tu as des responsabilités. Parce que, si je me souviens bien, tu les as adoptés et en faisant une adoption, tu t'es engagée envers les enfants et envers l'autre parent. Tu n'avais pas un révolver sur la tempe quand tu as signé les papiers.

Tu as l'air prête à réfléchir sur l'éducation. Tu n'as pas un comportement de parent maltraitant ou indifférent. Ton problème, ce serait plutôt la tentation de la négligence. Tu as l'air dépassée et découragée par des attentes contradictoires, ça te donne envie de laisser tomber. A ce stade, ça ne fait pas de toi une mauvais parent, mais tu as besoin d'aide : reprends courage, l'éducation c'est une affaire de groupe au-delà des seuls parents. Notre société compte trop sur le génie personnel, alors qu'il y a plein de ressources communes en ce qui concerne l'éducation.

Demande déjà conseil à la maîtresse, elle connaît tes enfants ; écoute ce que te dis ton ex sur les enfants, si vos rapports ne sont pas trop pourris. "Écoute", je n'ai pas dis "fais", mais écoute quand elle te parle des enfants.

Ne te laisse pas impressionner par des manuels d'éducation trop directifs. Prends ce qui te convient comme sujet de réflexion, et regarde des ressources type "École des Parents" si tu es à Paris, ou le réseau "Maisons Vertes" de Dolto. Tu ne seras pas jugée mais écoutée. Et même si tu es jugée, ce sera moins dur que ce que tu t'envoies toi-même sous le qualificatif mauvaise mère, avec une colère qui peut retomber sur ceux que tu aimes malgré tout.

_________________
Dalia


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2020 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .