Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 14:02 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Août 02, 2011 11:11
Localisation: Paris
Age: 32
Genre:
De l'idée d'un dogmatisme qui, lui, n'a rien de contemporain.
Je ne pensais pas devoir découper mais en fait si. Donc d'abord on va parler théorie de l'art, pas de jolies images ici, désolée. Par contre, dans la partie 2 je me lâche promis!

Lire l'article dans Art et Culture > Divers

_________________
Je suis une princesse! Je suis une princesse!!!

La Grèce antique ça suffit!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 17:41 
Khîpe it gouine on
Khîpe it gouine on
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Déc 29, 2008 3:57
Localisation: Sur Vulvain
Je suis pressée de lire la suite même si quasiment aucun nom cité ne m'est familier et même si mes connaissances en histoire de l'art avoisinent l'abysse qui sert de QI à Mikaël Vendetta. J'ai hâte de lire le truc sur le petit frère de cinq ans, parce que je me suis toujours demandé pourquoi tous les enfants de 5 ans n'étaient pas exposés en galerie ou en musée ou riches à millions si c'était si simple.

En dehors du graffiti je suis assez rarement touchée par ce qui appartient au grand tiroir "art contemporain", mais je me suis toujours dit que c'était parce que les codes me manquaient, autant qu'une personne n'ayant jamais entendu d'Opéra risque de rester froide à l'écoute d'une grande œuvre. Ceci dit, l'argument : "donne moi trois pinceaux et moi aussi je te fais un tableau à 100 000 dollars" j'ai super envie de répondre : "beh vas-y, fais nous rêver ! Comment ça se fait que t'y as pas pensé avant, t'aurais plus besoin de prendre le métro ou d'insister auprès de ta banque pour un découvert autorisé".

Edit : Heureusement que Nomade m'a indiqué que j'avais eu accès à l'article grâce à mes superpouvoirs, j'avais même pas capté et je commentais un texte qu'on était 5 à pouvoir voir ! Bref, c'est bon du coup.

_________________
Les temps sont durs les gens sont mous


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 17:48 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
Citer:
on connaît tous Émile Mâle, au moins de nom


Non.

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 17:57 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Août 02, 2011 11:11
Localisation: Paris
Age: 32
Genre:
Norma a écrit:
Citer:
on connaît tous Émile Mâle, au moins de nom


Non.


Ben maintenant si :D Donc tu le connais et puis c'est tout!

Moniiique, on va essayer de faire passer deux trois codes et je vais essayer aussi de brasser assez largement pour qu'il y ait au moins une oeuvre qui parle à chacun.
Et pour l'argument du petit frère, la suite au prochain épisode :-P

_________________
Je suis une princesse! Je suis une princesse!!!

La Grèce antique ça suffit!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 18:12 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Déc 02, 2007 12:05
Localisation: Paris
Genre:
C'est vrai que s'appeler Émile Mâle, ça sonne comme un canular, pourquoi pas Hégésippe Simon ?
Sinon, on aimerait quelques illustrations, ou quelques renvois pertinents (je ne parle pas de rots ou pets divers, quoique...), histoire de mieux apprécier ton argumentation, du coup guère plus explicite que les braillements des ignares, auxquels j'appartiens, pas les brailleurs, les ignares.

Pour l'instant j'en suis à : ça ne peut pas être de la merde car ceux qui ont dit que certaines œuvres d'art étaient de la merde étaient des gros cons racistes et/ou fascistes ou des blondes bourrées, de diverses façons. J'attends des arguments plus convaincants, plus constructifs.

_________________
« Les jeunes ont été nombreux à m’écrire ces jours-ci, pour me traiter de vieux con. Si tant est qu’on puisse appeler "écrire" n’importe quelle tentative de représentation d’une ébauche de pensée par le biais de symboles graphiques incohérents couchés dans le désordre au mépris total de la grammaire, de la syntaxe, de l’orthographe et du souvenir de mon aïeule Germaine Philippin, institutrice de l’époque missionnaire, qu’une cédille oubliée décourageait aux larmes. » P. Desproges


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 18:41 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Août 02, 2011 11:11
Localisation: Paris
Age: 32
Genre:
Tu voulais des illustrations de quoi? De Vasari? Ou un portrait d'Emile Mâle? J'ai bien précisé que j'allais pas parler des oeuvres mais de théorie, donc je ne vois pas trop comment illustrer....

Adyton a écrit:
Pour l'instant j'en suis à : ça ne peut pas être de la merde car ceux qui ont dit que certaines œuvres d'art étaient de la merde étaient des gros cons racistes et/ou fascistes ou des blondes bourrées, de diverses façons. J'attends des arguments plus convaincants, plus constructifs.

En fait on en est à: tout dogmatisme peut se démonter très facilement mais je n'ai pris que quelques exemples parce que je ne pense pas que ça passionne les foules de tous les faire. Je pourrais le faire mais ça ne sert à rien.

Quand à l'aspect formel, j'en parlerai ensuite. Ca répondra aux "mais c'est pas beau en fait", "techniquement c'est nul" et "mon petit frère pourrait le faire".

_________________
Je suis une princesse! Je suis une princesse!!!

La Grèce antique ça suffit!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 19:12 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Déc 02, 2007 12:05
Localisation: Paris
Genre:
Alors dire que ce n'est pas de la merde est tout aussi dogmatique.

Je ne suis pas suffisamment savant pour pontifier sur le sujet, j'essaie juste de comprendre tes arguments et tout cela sonne creux, pas moins, pas plus que les arguments opposés.

_________________
« Les jeunes ont été nombreux à m’écrire ces jours-ci, pour me traiter de vieux con. Si tant est qu’on puisse appeler "écrire" n’importe quelle tentative de représentation d’une ébauche de pensée par le biais de symboles graphiques incohérents couchés dans le désordre au mépris total de la grammaire, de la syntaxe, de l’orthographe et du souvenir de mon aïeule Germaine Philippin, institutrice de l’époque missionnaire, qu’une cédille oubliée décourageait aux larmes. » P. Desproges


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: ��L'art contemporain est nul�� - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 19:14 
QueerAssez PotemKhîpe
QueerAssez PotemKhîpe
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Dim Jan 10, 2010 23:20
Localisation: A l'Ouest de Guildo Horn
OFF-Topic :
Adyton a écrit:
Sinon, on aimerait quelques illustrations, ou quelques renvois pertinents (je ne parle pas de rots ou pets divers, quoique...), histoire de mieux apprécier ton argumentation, du coup guère plus explicite que les braillements des ignares, auxquels j'appartiens, pas les brailleurs, les ignares.
.


Voyons, voyons.
Ne te dévalues pas ainsi, l'un n'empêche pas l'autre !

_________________
Tu sais, la prof/collègue/meilleure amie dont tu es folle et qui est en couple avec son copain depuis 8 ans ? Quand elle t'a souri il y'a six mois en te rendant ton crayon, ou qu'elle a mis un sucre dans ton café ou fini son sms par un smiley : ce n'était pas une déclaration d'amour réciproque interdit. Elle était juste polie. Alors arrête de te faire des films, et va draguer des gouines.

"Avoir l'esprit ouvert ne signifie pas l'avoir béant à toutes les sottises" - Jean Rostand.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 19:28 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Août 02, 2011 11:11
Localisation: Paris
Age: 32
Genre:
Maintenant que je suis sur un pc je peux compléter, parce que je n'ai pas pu m'en empêcher. J'ai dit:

Citer:
et l'art ça peut être de la merde en fait, enfin ça peut en être vraiment ! Mais on verra ça plus tard


Mais comme Adyton est un petit impatient, voilà:

Image
Manzoni, Merda d'artista, 1961

Image
Wim Delvoye, Cloaca, 2000

Image
Gilbert et Georges, 1983

Image
Reinhard Scheibner, Sitz-Kompostion, 2001. Il a même fait un site sur ça.

Et on a même les Activistes Viennois qui déféquaient pendant leurs performances. C'était dans les années 1960.

_________________
Je suis une princesse! Je suis une princesse!!!

La Grèce antique ça suffit!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 23:02 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
C'est intéressant ce que tu écris dans cet article, mais ce phénomène du recyclage conjoncturel des dogmatismes (et ses travers comme la ... réinvention régulière de la roue - ciel, j'ai failli écrire La Roux ... :ninja: -), lesquels font autant de bien que de mal par leurs penchants normalisateurs qui occultent des pans entiers du paysage (d'où la "redécouverte" de certains passés), n'est sûrement pas limité à l'art contemporain, même aux arts en général (enfin, de leurs prescripteurs). On pourrait sûrement l'étendre à tout ce qui est culturel et qui peut entrer dans le champ de l'Histoire. A l'histoire des sciences et techniques, à l'histoire de la perception du genre, etc.

Voilà, j'ai enfoncé ma petite porte ouverte. :D

Après, la question n'est peut-être pas de se demander si l'art contemporain est nul (car effectivement "nul" il ne l'est pas au sens où il acquiert une valeur marchande non nulle), mais peut-être pourquoi le "grand public" pense-t-il qu'il est nul. C'est la logique sous-tendue par ton article et ce que laisse présager la partie 2, certes. ;) Désolée si j'anticipe. Mais je vais hasarder une piste en disant qu'aujourd'hui, où l'on fonctionne beaucoup par prescription horizontale (En gros, le rôle des spectateurs d'Allocine peut avoir autant voire plus de poids que la critique Telerama dans le choix du prochain film à voir, suivant les gens), et où finalement l'art contemporain a émergé comme quelque chose de fonctionnant en relatif vase clos entre ses "consommateurs", ses "esthètes", ses "critiques" (on note les guillemets, car je me doute qu'on pourrait débattre sur 6 pages). Autant de nombreux champs "artistiques" - que ce soit par leurs produits culturels (films, livres) ou carrément en tant que pratiques (le marché des appareils photos grand public) - se placent aujourd'hui avec au moins un pied côté grand public ou très grands public qui va s'impliquer et faire entendre sa vox populi, autant l'art contemporain reste lui beaucoup plus circonscrit dans l'univers du Musée - pour lequel les clés de lectures ne sont pas données d'avance, sont en tout cas à chercher soi même ou à construire soi-même - et ça c'est cool -, et peu accessibles aussi par la moindre "dématérialisation" (en tout cas moindre occurrence, ok c'est parce que l'enjeu du piratage n'existe pas, l'enjeu marchand ne pouvant être dans la numérisation de ces oeuvres) des oeuvres sur les réseaux - comme on le voit aujourd'hui pour les films ou les livres. Ce que j'essaie d'écrire (un peu poussivement j'admets et... en cherchant moi aussi à réinventer la roue par méconnaissance des théoriciens post-Adorno), c'est que si cette "élitisation" de l'art contemporain a vu comme contrepoint l'émergence de toute la pop culture durant le dernier siècle, ce n'est sûrement pas un hasard. Et en un sens, pas étonnant que le grand public boude un art qui en un sens n'est pas développé par lui ou pour lui - et donc les codes lui échappent le plus souvent, en tout cas dans la nuance. Constat. Après, je ne sais pas s'il faut y voir une paresse du grand public dans ce rôle actif d'aller vers la compréhension d'une oeuvre, ou au contraire un certain autisme de la part du champ en question. La question est très ouverte ! (Comme la porte enfoncée plus haut dans mon premier paragraphe, donc).

Bon, j'ai été assez peu claire je crois. Quoi qu'il en soit je lirai la seconde partie de ton article avec attention.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 23:38 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Août 02, 2011 11:11
Localisation: Paris
Age: 32
Genre:
Je n'ai pas du tout le temps de faire une réponse complète, mais ce qui m'étonne c'est cette façon dont le côté financier revient souvent!

moniiique a écrit:
parce que je me suis toujours demandé pourquoi tous les enfants de 5 ans n'étaient pas exposés en galerie ou en musée ou riches à millions
moniiique a écrit:
"donne moi trois pinceaux et moi aussi je te fais un tableau à 100 000 dollars
Mizc a écrit:
"nul" il ne l'est pas au sens où il acquiert une valeur marchande non nulle
Mizc a écrit:
"consommateurs"
Mizc a écrit:
l'enjeu marchand ne pouvant être dans la numérisation de ces oeuvres


Je n'avais pas spécialement envie d'en parler plus que ça mais j'ai l'impression que ça obsède. Alors qu'en fait ce n'est pas du tout un phénomène récent. Enfin je veux dire, en remettant à l'échelle, l'art s'est toujours monnayé ainsi et ça n'a jamais choqué. Alors pourquoi maintenant si? C'est quand même surprenant quand on y pense!

Alors oui c'est vrai, on a envie d'idéaliser la figure de l'artiste romantique, et donc forcément sans le sou. On a aussi intégré assez récemment des valeurs qui n'avaient rien à faire là dans notre appréciation des artistes et de leur production: en gros on les admire moins s'ils gagnent de l'argent. On aime bien tirer un trait entre le marché de l'art et l'histoire de l'art, les acteurs de ce dernier se targuant d'une suffisance exaspérante. Ce soucis d'ailleurs est très européen. Aux Etats-Unis, on a aucun soucis à jongler avec les questions d'argent dans le monde de l'art et ça ne choque personne et il n'y a pas de maîtres de la morale pour nous rappeler que l'artiste se doit d'être pauvre pour être un génie.

On fantasme l'artiste en Europe, on voudrait en faire ce mec maigre et pâlichon qui continue à peindre dans son atelier sous les toits. Mais il faut arrêter à un moment et se décomplexer!

Et sinon, vraiment à l'arrache: l'enjeu de la numérisation touche aussi l'art. L'enjeu de la reproductibilité aussi (ce n'est pas nouveau mais maintenant c'est quelque chose qui a des ramifications très étendues et qui pose de vrais problèmes).

Et la première phrase:
Mizc a écrit:
C'est intéressant ce que tu écris dans cet article, mais ce phénomène du recyclage conjoncturel des dogmatismes (et ses travers comme la ... réinvention régulière de la roue - ciel, j'ai failli écrire La Roux ... -), lesquels font autant de bien que de mal par leurs penchants normalisateurs qui occultent des pans entiers du paysage (d'où la "redécouverte" de certains passés), n'est sûrement pas limité à l'art contemporain, même aux arts en général (enfin, de leurs prescripteurs). On pourrait sûrement l'étendre à tout ce qui est culturel et qui peut entrer dans le champ de l'Histoire. A l'histoire des sciences et techniques, à l'histoire de la perception du genre, etc


Enlève le "mais", il n'y a pas lieu de faire une opposition. Je suis bien d'accord que ce phénomène n'est pas propre à l'histoire de l'art. Donc ta phrase est une ouverture, pas une opposition :wink:

Et je crois que l'art n'est jamais autant sorti des musées que depuis ces dernières décennies. Mais oui, on anticipe, la suite au prochain épisode, arrêtez de vouloir aller trop vite!

_________________
Je suis une princesse! Je suis une princesse!!!

La Grèce antique ça suffit!


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mar Fév 19, 2013 23:54 
Khîpe it gouine on
Khîpe it gouine on
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Déc 29, 2008 3:57
Localisation: Sur Vulvain
Oh beh en fait j'en sais rien pourquoi je parle d'argent. Sans doute parce que ça fait partie de l'argumentation du petit frère en général : "je vais me choper une toile, un rouleau et un pot de peinture blanche, en tout j'en ai pour 50 balles et je te fais un monochrome que je vends 50 000 ! Si lui peut le faire, moi aussi ! D'ailleurs, même mon petit frère de 5 ans pourrait le faire !"

Et puis aussi sans doute parce que je me fais cette idée, avérée ou non je ne saurais dire, de l'art en général et du contemporain en particulier comme "investissement" pour de gros richous ignares qui s'en branlent de ce qu'ils achètent du moment que la cote de l'artiste en question est en ascension. Genre investir dans un nom pour spéculer plus tard et se faire du blé en revendant un tableau qu'on n'a jamais regardé pour dix fois le prix d'achat, ce qui mécaniquement permet à l'artiste de vendre à prix d'or ses prochaines productions, même si leur qualité est moins bonne que celle des précédentes. C'est peut-être faux ou déformé, en tout cas ce présupposé existe dans ma vision du truc et transparait là je pense.

_________________
Les temps sont durs les gens sont mous


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mer Fév 20, 2013 7:59 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
Je veux juste préciser deux petites choses liées à mon dernier message ;)

- Si j'ai inclus l'aspect financier dans mon message ce n'est pas parce que je pense que l'art contemporain nourrisse un affect financier plus horrible / critiquable / (ici insérer adjectif à connotation péjorative) que n'importe quelle sphère culturelle aujourd'hui, c'est juste que l'aspect "marché" comme condition d'existence a toujours existé (à la fois comme moyen de financement - car soyons lucides il en faut, il y a une forme d'économie sous-jacente pour tout et n'importe quoi, même si ça a aussi pu s'appeler la commande particulière ou le mécénat -, et comme permettant l'émergence d'un groupe de pairs - le groupe critique - lesquels vont formaliser les critères esthétiques du moment). Je n'ai pas du tout ce fantasme de l'artiste romantique pâlichon pour le coup, l'artiste s'insère (le petit coquinou) dans un certain système de son époque qu'il le veuille ou non, ou que l'existence de ce système soit déjà reconnue ou non à l'époque en question d'ailleurs. Ma remarque "financière" était là juste pour exprimer ce sentiment que ce qu'on appelle le "grand public" est le plus souvent hors champ de ce public qui achète de l'art contemporain aujourd'hui, et j'ai essayé de me demander pourquoi. Rien à voir avec un jugement à l'emporte pièce du type l'argent c'est mal et c'est sale. ;) Et juste histoire de rappeler aussi que la critique esthétique "pure" complètement détachée des contingences matérielles, ça a peut-être été l'une des utopies du formalisme, mais ça ne s'applique plus forcément même en art contemporain, et que de ramener la formation des goûts esthétiques (ceux des "connaisseurs", et ceux du "grand public réfractaire") à des lieux communs de la sociologie de l'art ce n'est pas forcément chercher à nier la pertinence des critères artistiques en réduisant l'art contemporain à une place de marché. C'est tout.

- Pour ce qui est de l'enjeu de la numérisation et de la reproductibilité oui je te suis (j'étais sûre que mon incursion là dedans allait être mal comprise :ninja: ), je voulais juste faire une comparaison/contraste avec les arts "grands publics" où ces technologies permettant la numérisation/reproductibilité ont permis de "doper" la demande (fut-elle demande pirate), alors que les choses sont (en tout cas semblent) différentes en art contemporain.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mer Fév 20, 2013 9:23 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Juil 02, 2005 13:16
Localisation: Nantes
Age: 34
Genre:
Merci de prendre la peine d'essayer d'expliquer cette discipline à nous autres ignares. Ce n'est pas ironique.

Dans cette partie, tu nous expliques (je schématise) qu'il est risqué (voire malvenu) de juger, surtout en comparatif, une œuvre ou un mouvement. Ok.

Les questions que je me pose, et je ne suis pas sûr qu'elles aient toutes des réponses, mais j'espère que tu en parleras dans la deuxième partie, les voici :
- Comment détermine-t-on ce qui est de l'art, et ce qu'est un artiste ? Je m'explique : le gars qui crée une machine pour fabriquer du caca, j'appelle ça un inventeur, pas un artiste. Le gars qui met de la merde en boîte, j'appelle ça un désaxé. Le gars qui peint une merde sur un transat ou qui en fait des photos, je peux commencer à appeler ça un artiste. Et le gars qui plante une fourchette dans une chaise, j'appelle ça du foutage de gueule. En quoi, à tes yeux, ai-je tort ?
- A qui s'adresse l'art contemporain ? Je crois (peut-être ai-je à nouveau tort) qu'il y a une rupture entre... hum, je ne vais pas faire style que je m'y connais, mais peut-être le dadaïsme, et ce qu'il y avait avant ("avant" au sens large, je sais que les mouvements se chevauchent), ou peut-être plutôt l'art figuratif et l'art abstrait. N'importe quel novice peut être ému (ou apprécier, sans sans doute aller jusqu'à comprendre en profondeur) par une œuvre classique, impressionniste voire surréaliste. L'art contemporain suscite plus des "Wtf ?", qui aboutissent assez logiquement à "c'est de la merde". Parce qu'on ne comprend pas. Alors peut-être que ça ne nous est pas destiné et que c'est censé être accessible uniquement à des connaisseurs. Je ne sais pas. Le fait est que, à chaque fois que j'ai mis les pieds dans un musée d'art contemporain, j'ai trouvé les explications très limitées et, pour être honnête, totalement absconses. Genre "dans sa recherche de l'absolu, l'artiste exalte sa vision d'un existentialisme exacerbé en miroir à une société corrompue par la sexualisation de l'âme" (j'improvise, hein). Et là tu vois une poupée aux membres brûlés dont on a remplacé la tête par une chaussure (j'improvise encore). Qu'est-ce qu'on est censé comprendre ? Comment peut-on, simples visiteurs cons que nous sommes, relier l’œuvre à son contexte de création ? Comment peut-on, avec des informations aussi incompréhensibles, NE PAS penser qu'on a payé 10 euros pour rien ?
- Ce qui m'amène à ma troisième (enfin 20è, mais bon) question : que recherchent les artistes contemporains ? Quelle est leur but (ou quels sont leurs buts) ? Avant, c'était d'atteindre le "beau", au sens d'une représentation parfaite ou magnifiée de la nature/vie/réalité (corrige-moi si je me trompe). Maintenant, c'est quoi ? Est-ce que c'est toujours la même chose mais que le "beau" a évolué chez les artistes de façon à se déconnecter totalement de ce qu'est le "beau" pour le commun des mortels, ou est-ce que désormais, la quête se tourne vers autre chose, ou n'y a-t-il plus de quête du tout et qu'on se contente de vomir dans un seau et d'y mettre une bougie en inventant derrière un discours ampoulé pour faire passer ça pour de l'art ?

Bon, ça fait beaucoup de questions. Toutes ne sont peut-être pas pertinentes (et mes exemples sont fictifs et peut-être un peu provocateurs), mais si tu peux m'apporter quelques réponses, ce serait vraiment cool.

_________________
Bloup.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: "L'art contemporain est nul" - Partie 1
MessagePublié: Mer Fév 20, 2013 10:17 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
OFF-Topic :
Il y a aussi une autre question (facétieuse et poil à gratter) qui serait : quel est le rapport entre EA et l'art contemporain ? :arrow:

Mais je taquine, les messages qui précèdent étant la preuve que ... si, au contraire, ça intéresse les gens (moi y comprise), et donc voilà c'est cool.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  
cron

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2021 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .