Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion 
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Dim Juil 14, 2019 9:26 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 21:36
Genre:
Coucou les genoux!

Bon, me revoilà avec un sujet top délire : la dépression \o/ yeaaaah !! *applause*

Alors certains d'entre vous qui me côtoient IRL ou sous d'autres cieux savent que depuis quelques mois je passe par une vieille phase moisie.
Mi-janvier, après 6 mois d'enchainement d'événements lourds à gérer qui se sont enchainés les uns derrière les autres, j'ai un fait un espèce de burn out privé (rien à voir avec mon boulot).
Donc déprime, anxiété, médocs.
Je consulte une psy(chologue) en parallèle pour essayer de démêler ce qui a fait que c'est là que je me suis vautrée et pas avant.
On a réussi à décanter quelques trucs, on avance (terrain de l'enfance hein, ça n'étonnera pas grand monde dans le sens où c'est souvent le cas), j'ai eu des moments vraiment, vraiment merdiques.
En juin, paradoxalement, alors que je vivais une succession de trucs lourds à gérer de front (fin d'année scolaire hypra tendue, hospitalisation de ma mère, maladie et décès de mon chat, déménagement), j'étais tendue et sous pression, mais, moralement ça allait mieux.
Du jour où j'ai été en vacances, stadir depuis vendredi fin d'après-midi, mon moral rechute.
En fait, sans rentrer dans les détails de ma psychothérapie, en gros, j'ai grandi dans une atmosphère méga insécure et négative, du coup, je me suis construite en fonctionnant toujours sous pression, en état d'alerte.
Quand ça se calme, je m'arrête net et je ne sais plus fonctionner.
Bien. Ca c'est posé.
C'est bien relou du coup parce que là, forcément avec les vacances et ma vie qui se tempère, ben c'est le moment où ça commence à re-déconner.

Là où je veux en venir, c'est qu'en fait le souci avec cette histoire de dépression, c'est que je n'arrive plus à savoir ce qu'est la norme en général.
Genre si le matin je me réveille démoralisée, sans envie spéciale de me remuer avec juste un vieux fond de tristesse, est ce que c'est directement lié à ma maladie ou bien c'est juste que ben ça arrive à tout le monde et que je ne dois pas spécialement flipper de ce que ça veut dire.

Je fais une espèce d'amnésie de comment je fonctionnais avant.
J'veux dire, ça a dû m'arriver de me réveiller sans avoir la patate voire même d'être un peu triste. C'est pas pour autant que je flippais.
Mais j'arrive plus à m'en rappeler. Black out ... résilience. Je sais pas.
Mais du coup voilà, c'est là que vous intervenez.

J'me doute bien que tout le monde ne se réveille pas le matin avec l'envie de conquérir le monde, mais, ça vous arrive, de vous réveiller en étant tristoune, sans raison particulière, sans être spécialement fatigué, mais là, vous n'avez envie de rien, vous êtes au ralenti et voilà...
Et dans ces cas là, vous vous forcez à vous bouger le croupion ou vous vous laissez juste tranquille parce que bon, allez, voilà, aujourd'hui, ben c'est comme ça.

:)

_________________
Tatan, elle fait des flans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Dim Juil 14, 2019 14:44 
Homo-érectus
Homo-érectus
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Mars 15, 2012 21:27
Age: 29
Genre:
Coucou toi !

Déjà :copain: :copain: :copain: :copain: :copain: :copain: :copain: :copain:

Pour répondre à ton interrogation sur l'humeur générale le matin, je distingue :
- Les deux phases dépressives que j'ai traversées dans ma vie, où clairement dès le matin je n'avais envie de rien, où j'étais déjà triste et/ou angoissée, même pas le courage de me lever pour prendre le petit-déjeuner, l'impression que tout paraît plus ou moins vain, que je ferais mieux de rester au lit.
- Le reste de ma vie où le réveil est plutôt synonyme de "page vierge", voire de bonne humeur et de sensation d'être contente de commencer une nouvelle journée. Alors bien sûr ça m'est arrivé, pendant des périodes très stressantes de boulot, de n'avoir aucune envie de me lever, mais c'était plus dû à du surmenage et à de la fatigue chronique. Je sais aussi qu'en fonction du moment de mon cycle menstruel, je vais avoir plus ou moins d'énergie, et cela peut se faire sentir dès le réveil, mais pas au point de ne vouloir rien faire.

Après, je reste convaincue que le train de vie qu'on a dans notre société a un fort impact négatif sur notre état de santé, de fatigue et de moral. Le rythme du travail, le manque de sommeil, les transports, la promiscuitié, les écrans abrutissants, le fait qu'on s'oublie et qu'on soit coupé de nos sensations, qu'on ait peu de contact avec la nature, le manque d'activité physique... Tout ça joue un rôle énorme, d'une ampleur que je n'avais pas évaluée avant de sortir de ce système.

On peut continuer à en discuter en privé si tu veux !

D'ici là plein de bisous à toi :copain: :copain: :copain: :amour: :amour: :amour:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Dim Juil 14, 2019 15:30 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 21:36
Genre:
Yeah, merci de ta réponse!
Bon, quand même, ce que je ressens là, c'est plus de l'ordre de ta 1ère explication même si j'arrive quand même à me motiver pour sortir du lit et me bouger un peu.
En fait, je vois clairement la différence entre la semaine dernière où, le matin, je me levais, je me posais même pas la question de savoir ce que je ressentais, j'étais déjà en action, projection d'action etc...
Là, je me réveille, je me sens déjà triste. Pourtant je viens d’emménager dans un chouette appart, y'a des trucs à faire, je pourrais aussi juste profiter du calme, de la nature mais je suis là, engluée à ne pas savoir quoi faire de moi.
Donc ouais, là, ça serait quand même bien la maladie qui reviendrait toquer à ma porte comme je le redoutais (avec le rythme que j'ai eu en juin, je me disais bien que les vacances allaient être un test...)
Bieng.

_________________
Tatan, elle fait des flans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Dim Juil 14, 2019 16:40 
Homolo-Gay
Homolo-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Ven Mai 22, 2009 23:16
Localisation: 93, 24, ou alors dans un train !
Age: 33
Genre:
Citer:
En fait, je vois clairement la différence entre la semaine dernière où, le matin, je me levais, je me posais même pas la question de savoir ce que je ressentais, j'étais déjà en action, projection d'action etc...


Possible que le changement de rythme y soit aussi pour quelque chose...
J'ai eu un peu le même sentiment à une époque, en début de vacances : plus d'horaires à respecter, plus de repères, donc tendance à cogiter, à broyer du noir, et par extension à picoler... Quand tu ne peux plus te cacher derrière ton boulot pour ignorer tes problèmes, ils te retombent sur le coin du nez.

Depuis, je me force un peu à me programmer des trucs à faire le matin pour ne pas avoir le temps de réfléchir à quoi que ce soit. De préférence à l'extérieur : aller au supermarché, courir, ou n'importe quoi qui puisse me sentir vivante... Ca marche pas mal ; une fois que la journée est lancée et que t'as l'impression d'en avoir fait quelque chose, tout est moins triste. Mais j'imagine que ce sont des choses auxquelles tu as déjà pensé, qu'on fonctionne tous différemment et qu'il y a d'autres paramètres à prendre en compte...

Citer:
Après, je reste convaincue que le train de vie qu'on a dans notre société a un fort impact négatif sur notre état de santé, de fatigue et de moral. Le rythme du travail, le manque de sommeil, les transports, la promiscuitié, les écrans abrutissants, le fait qu'on s'oublie et qu'on soit coupé de nos sensations, qu'on ait peu de contact avec la nature, le manque d'activité physique... Tout ça joue un rôle énorme, d'une ampleur que je n'avais pas évaluée avant de sortir de ce système.
100% d'accord.

Bon, je suis pas sûre que ça t'aide, mais en tous cas :copain: :copain: :copain:

_________________
"Alors j'entendis sa voix presque comme s'il se trouvait avec moi dans la pièce : "je n'ai jamais été raisonnable.""


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Lun Juil 15, 2019 8:15 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Jan 30, 2008 21:36
Genre:
Merci JavaBleue pour ta réponse.
Ce qui est curieux, c'est que j'ai eu une insomnie cette nuit entre 3h et 5h environ et j'étais plutôt "de bonne humeur" même si j'aurais préféré dormir.
Mais du coup je pensais à des trucs, je faisais des projets etc...
Et ce matin, au réveil, mise à part la fatigue (parce que je me suis réveillée super tôt du coup c'est pas top), mon moral est redescendu. Je n'arrive pas à manger (je me force à prendre une boisson chaude pour mes médocs et même pour ne pas être vide, mais ça me reste sur l'estomac).
Je me sens nouée, triste, vidée.
Effectivement, ça me faisait ça le week end quand j'ai débuté ma dépression, en semaine, le cadre du boulot, les obligations etc... et en juin, les week end bien remplis aussi par des obligations faisaient que j'avais plus d'entrain, meilleur moral, je mangeais etc...

Là, j'ai l'impression qu'avec l'arrêt de tout le stress, je m'arrête aussi. Je ne sais plus fonctionner.
J'ai un fond mélancolique qui ressort et qui me stoppe dans mon élan.
Alors je me force aussi à faire des trucs (là, par ex, c'est le ménage, ça fait 15 jours que je suis entrée dans l'appart, j'avais pas encore pu laver par terre avec tout ce qui trainait).
Mais bon, je me sens vraiment tristounette, j'aime pas être comme ça alors que ben, ce sont les vacances, il fait beau, j'ai un nouvel appart, je pars bientôt... Ca devrait aller.
Mais non. Je suis anxieuse et triste. Je ne sais pas fonctionner dans le calme.

_________________
Tatan, elle fait des flans.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Mar Juil 16, 2019 0:28 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Déc 21, 2011 19:40
C'est peut être con, mais si je déprime et que j'ai encore la force de m'occuper, je me force à m'occuper, le plus possible.

En faisant des choses agréables, utiles, sociales, qui me font me sentir bien, des choses me faisant sentir part de la société, me faisant sentir comme quelqu'un ayant une quelconque qualité, ou talent ou whatever.
Ou juste apprécier l'art et la fantaisie, ou l'ironie et la beautée de la vie.

Le but étant de m'occuper suffisamment pour me faire oublier la déprime, m'entourer d'energie positive, et ne pas donner à nourrir à mes pensées négatives.

Parce que la déprime est comme un vilain troll:
Image

Edit : Après s'occuper veut pas dire déplacer des montagnes! Tu peux très bien t'occuper à larver sur le canap devant une émission sympas sans avoir à culpabiliser.
L'essentiel est que ça te fasses sentir bien!

_________________
Ceci est une hallucination, je ne suis pas là, vous ne m'avez jamais vu, je disparais...


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Youpi matin hin-hin
MessagePublié: Mar Juil 16, 2019 16:18 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Nov 06, 2018 13:49
Localisation: Sud de la France
Age: 46
Genre:
Coucou,

C'est difficile de dire ce qu'est "la norme" en matière d'humeur, mais oui, nous pouvons tous avoir un gros passage à vide, et déprimer après une suite de problèmes perso est une réaction normale. En plus, un déménagement, même s'il est souhaité, constitue une forme de stress.

Le conseil déjà donné qui consiste à faire quelque chose d'utile socialement, même si c'est une petite chose, est ce qui marche le mieux pour moi dans ce genre de situation. Si tu avais un chat et que tu ne te sens pas d'en reprendre un autre tout de suite, propose par exemple de balader un toutou, ça paraît tout simple mais c'est très utile et tu reprendras l'habitude de t'occuper d'un autre que toi-même, qui a besoin de toi.

En ce qui concerne la dépression, si tu aimes lire, je te conseille la première partie du livre d'Elisabeth Gilbert "Mange, prie, aime" (le livre, pas le film, qui est une mauvaise adaptation) : ça a été un best-seller, on a beaucoup parlé de son expérience dans un ashram en Inde, etc., mais à mon avis, c'est le récit de sa lutte contre la dépression qui est le point fort du livre. Et c'est donc dans la première partie : quand Elisabeth rentre chez elle un soir et qu'elle constate que Angoisse et Dépression se sont installées sur son lit, dans sa chambre, et qu'elle commence à leur parler pour les faire sortir de chez elle.

_________________
Dalia


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2020 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .