Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Dépendance affective ?
MessagePublié: Sam Jan 13, 2018 23:13 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mai 26, 2014 21:22
Age: 23
Genre:
Bonsoir, il y a quelques jours j'ai déjà posté un message amenant à mon titre mais je vais réexpliquer la situation rapidement, (si possible '^^), pour me faire comprendre un maximum.

Il y a un peu plus de 7 mois je me suis rapprochée d'une de mes collègues qui est donc très rapidement devenue une amie. On s'est parlé tous les jours pendant ces nombreux mois. Via sms, appels,et on se voyait aussi régulièrement. Une belle relation de confiance s'est installée, on s'est dit énormément de choses, on s'est côtoyée dans les bons comme dans les mauvais voir très mauvais moments. Enfin tout ça pour appuyer sur le fait que ce n'est pas une amitié complètement banale, (enfin je pense :roll: ).
Et, du jour au lendemain, je n'ai plus eu de nouvelles de sa part. Chose qui m'a déstabilisé et attristé. Pendant ce lapse de temps j'ai essayé de rester en contact mais elle ne me parlait que très brièvement et assez froidement.
Puis, finalement, on s'est expliquée. Elle m'a dit qu'elle ne comprenait pas mon comportement et ce qu'il se passait donc je lui ai ouvert mes pensées en lui expliquant que j'avais eu cette sensation d'éloignement brutal que j'avais mal vécu. Elle m'a dit que de son côté il n'y avait rien, qu'elle ne comprennait pas..

Ca m'a fait du bien qu'on s'explique mais j'ai peur que mes mots l'aient effrayé ! Après tout on est que des amies et j'ai un peu peur qu'après notre discussion elle pense que je ressente quelque chose pour elle. (Je précise qu'elle est hétéro et moi lesbienne). Je me demande aussi si je n'attends pas trop d'elle, si j'ai pas un peu dépassé les limites en me montant la tête et me disant que forcément il y avait quelque chose car elle ne me parlait plus ..

Le truc c'est que je suis quelqu'un d'hyper introvertie et je me lie très très peu d'amitié avec les gens. Enfin j'ai des amis mais juste une hors mis cette fille, de qui je suis hyper proche. Et donc quand je rencontre quelqu'un avec qui ça se passe si bien, j'ai tendance à énormément m'accrocher, peut être trop en fait. J'ai tendance à beaucoup me concentrer sur cette personne, (sans rien ne demander pour ne pas être lourde), à être présente si besoin, à réconforter, à essayer de pousser vers le haut quitte à m'oublier complètement en fait.. Et du coup l'éloignement je le vis presque comme une rupture alors que ce n'est absolument pas légitime. J'ai très bien conscience qu'on a tous notre vie, qu'on est occupé et qu'on ne peut pas toujours être présent.
Donc j'en viens à me demander si ce n'est pas de la dépendance affective à ce niveau là. Surtout que c'est la première fois que ça m'arrive d'être autant atteinte pour une amitié.

Est-ce que l'une/l'un d'entre vous à déjà vécu une situation similaire ? Ou s'est déjà sentie dépendante effectivement ? Comment faire pour éviter ce genre de sentiment ?

_________________
-Alright. Well... umm... tell me about the lily.
"You don't want to know about the lily."
-It's my favorite.
"Ask me about the azalea."
-Oh, alright. What about the azalea?
"The azalea means 'may you achieve financial security'. See?"
-Lovely. Now, tell me about the lily.
"The lily means... The lily means 'I dare you to love me'."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Dépendance affective ?
MessagePublié: Dim Jan 14, 2018 21:28 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Avr 30, 2015 21:54
Age: 38
Genre:
C'est une forme de dépendance affective oui, m'enfin l'amour en est une aussi dans un certain sens. C'est la répétition d'un schéma qui indiquerait un problème de fond ( est ce que ça t'es arrivé à plusieurs reprises ?)

Si tu as un entourage restreint et que tu croises une nouvelle personne inspirante et intéressante, elle peut vite prendre toute la place dont tu disposes. En outre, tu dis que tu t'oublies pour te concentrer sur l'autre. C'est peut être ça la clé.
Finalement, tu n'es pas assez intéressée par toi même pour te réserver un espace vital qui te permettrait d'être plus solide et moins perméable à cette dépendance.

J'ai pas vraiment de solution miracle à te proposer, je fonctionne aussi sur ce schéma à la base. J'essaie de mettre des barrières pour éviter de laisser trop de place à des personnes qui n'en demandent pas tant ou, pire, qui joueront de cette attention de façon unilatérale.

À force de t'oublier, tu finis par te "vider" et n'avoir plus rien à proposer. Et puis, c'est aussi une forme de fuite dans l'autre. On laisse de côté des choses dont on devrait s'occuper, des éléments de notre vie pour s'occuper de l'immatériel des autres.

Pour ma part, je fais parfois des périodes d'isolement total pour me recentrer quand je trouve que c'est trop le bordel émotionnel / relationnel. Ça me fait du bien. Je limite les contacts aux personnes sûres et installées dans ma vie, celles qui ont eu ou ont une vraie implication vis à vis de moi et réciproquement.
À l'heure du net, des SMS, des messengers et Skype... l'illusion d'une relation intense est facile à créer. Tu peux parler quotidiennement à des gens, vous raconter vos vies, échanger des confidences, sans que ça ne signifie grand chose. Tu fais psy / doudou émotionnel / divertissement ponctuel , et si tout le monde est ok avec ça, pourquoi pas. Mais je crois que construire une véritable relation amicale et / ou amoureuse implique plus que des mots derrière un téléphone ou un écran sur une période donnée.

À mon sens, ce qui est perturbant pour toi, c'est l'implication que tu as mis derrière ce temps que tu as donné, le côté sécurisant d'habitudes, de rituels installés avec cette personne...et qui ont sauté du jour au lendemain. Pour toi c'était important, et sans doute y a t'il aussi une fragilité derrière...pour elle peut être que c'était surtout léger et ponctuel sur le moment.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Dépendance affective ?
MessagePublié: Lun Jan 15, 2018 16:50 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mai 26, 2014 21:22
Age: 23
Genre:
Effectivement j'ai toujours eu très peu d'intérêt pour moi même, ce qui est sans doute une chose sur laquelle je devrais travailler :oops: Et non ce n'est pas la première fois que ce genre de situation m'arrive, même si là je le vis plus brutalement que d'habitude. A chaque fois que je me suis sentie "envahie" par mes soucis, j'ai fini par trouver un attachement émotionnel qui m'a permis de m'échaper en quelque sorte. Pas hyper contructif en y pensant.. :roll: Entant toujours très impliquée, ça m'évite de faire face aux choses que je dois gérer et bien sûr je le sais au fond. Ce qui est encore pire. J'aimerais réussir à trouver des solutions pour éviter ce genre de comportement qui ne me fait pas avancer et qui fini par me blesser au final. Il faudrait peut être que j'essaie aussi de me recentrer un peu. Couper les contacts pendant un certain temps et retrouver cet intérêt envers ma personne, perdu depuis bien longtemps. Ce qui, je suppose, ne fera au final qu'améliorer mes relations.

Et par rapport à la fille dont je parlais, tu as encore une fois trouver les bons mots. On s'est les deux installées dans une sorte de routine qui s'est trouvée être sécurisante et agréable, j'ai donnée beaucoup car ça m'a fait du bien. Puis, d'un coup, tout s'est arrêté. Ce qui m'a fait l'effet d'un coup de massue.

_________________
-Alright. Well... umm... tell me about the lily.
"You don't want to know about the lily."
-It's my favorite.
"Ask me about the azalea."
-Oh, alright. What about the azalea?
"The azalea means 'may you achieve financial security'. See?"
-Lovely. Now, tell me about the lily.
"The lily means... The lily means 'I dare you to love me'."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Dépendance affective ?
MessagePublié: Lun Jan 15, 2018 17:43 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mars 06, 2017 3:20
Genre:
C'est assez courant je pense pour les personnes qui ont peu de réelles amitiés et qui donc, en général, en attendent beaucoup.
Je suis complètement d'accord le minipoussin pour dire qu'en effet, il y avait dépendance affective. Sans cela, le changement ne serait pas si mal vécu.

Après, se recentrer sur soi, c'est en effet important, mais je me verrais mal me recentrer sur moi sans personne pour être autour. De mon coté, c'est avec une relation fusionnelle que j'ai pu réfléchir à moi même.
Je ne pense pas vraiment qu'il y ait une solution d'ailleurs, c'est normal quand on a quelque chose de très bien de mal se sentir quand on le perd. Ce n'est pas pour cela qu'il faut éviter d'avoir à nouveau une belle relation, mais après, je n'ai aucune idée de comment se "protéger" et ne pas tomber dans une dépendance.

Parfois, il n'y a même pas de raison à un froid, parfois, les raisons sont complètement inconnues... C'est pour cela que j'essaie de prendre du recul (et n'y arrive pas vraiment) quand il y a une situation comme celle-ci.

Donc, pas vraiment d'idée pour éviter tout cela...


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Dépendance affective ?
MessagePublié: Mar Jan 16, 2018 9:25 
Homo sapiens
Homo sapiens
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Mai 26, 2014 21:22
Age: 23
Genre:
Eliona a écrit:
Après, se recentrer sur soi, c'est en effet important, mais je me verrais mal me recentrer sur moi sans personne pour être autour. De mon coté, c'est avec une relation fusionnelle que j'ai pu réfléchir à moi même.


Je ne pense effectivement pas que le fait de se recentrer doive impliquer une solitude totale. Je suis quelqu'un qui aime être entourée et n'arrive pas à faire sans. Mais il faut quand même apprendre à se satisfaire avec soi même. Ce qui à mon sens, ne fera qu'améliorer les relations et permettra de les vivre plus spontanément et sereinement.
Pour autant c'est bien normal de ressentir de la tristesse ou d'être déçu dans ce genre de situation et au fond j'espère encore que tout ne soit pas perdu avec cette fille. Et comme tu le dis, il n'y a pas forcément d'expliquation à un éloignement et c'est ce qui n'est pas facile à accepter. Mais la seule chose à faire c'est de laisser le temps faire son travail.

_________________
-Alright. Well... umm... tell me about the lily.
"You don't want to know about the lily."
-It's my favorite.
"Ask me about the azalea."
-Oh, alright. What about the azalea?
"The azalea means 'may you achieve financial security'. See?"
-Lovely. Now, tell me about the lily.
"The lily means... The lily means 'I dare you to love me'."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Dépendance affective ?
MessagePublié: Mar Jan 16, 2018 13:07 
Like a Virgin
Like a Virgin
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Avr 30, 2015 21:54
Age: 38
Genre:
Ben disons que j'ai du mal à concevoir le recentrement fusionnel ^^
Comment faire le point sur soi en étant en permanence dans l'interaction à l'autre ?

Je sais que pour interagir positivement avec d'autres, j'ai besoin de fond et de sens.
Les relations plus légères sont rares et restent limitées, parce que ça me fatigue / m'ennuie très vite. Et quand je dis que ça me fatigue, ça n'est même pas une image : ça pompe mon énergie à terme.
Dans une relation plus construite et profonde, c'est une véritable échange, au delà de l'aspect distractif : tu es enrichie de l'autre. Ça peut être intellectuel, émotionnel, affectif. Et avec le temps, il y a un équilibre qui se forme entre les deux personnes : tu ne te sens pas bouffée ou étouffée , ni en décalage. Les contacts sont bienvenus, les silences ne sont pas interprétés comme de l'abandon ( nb : c'est aussi un problème chez le dépendant affectif, l'abandonnite ) . Mais je garde l'idée qu'il faut savoir gérer un minimum de solitude, supporter d'être seul avec soi même, ses interrogations, ses aspirations, ses pensées ...pour être plus équilibré dans son rapport à l'autre.
Ça n'empêchera pas de déraper, de partir en vrille, ou de se planter parce que les relations humaines sont complexes et passionnantes par essence et qu'on est pas des robots. M'enfin, je crois que ça aide pas mal en terme de stabilité intérieure.

Le déséquilibre mène à la crise : quand on est plus impliqué que l'autre, quand on reçoit des informations qui semblent contradictoires, quand on a soi même un manque trop grand qu'on peine à identifier, quand on fait porter la responsabilité de son bien être à d'autres que soi de façon abusive, quand on a trop d'insécurités mal gérées...on peut tomber dans la dépendance affective. Le fait est qu'on est souvent son propre bourreau dans l'histoire.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : marfield et 3 invité(s)


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2018 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .