Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.

* Connexion   * Inscription
* FAQ    * Rechercher

Heures au format UTC + 1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant
Auteur Message
 Sujet du message: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mar Août 16, 2016 15:40 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
Bonjour,

je m'excuse d'avance du coté "je viens chez le psy" de ce message ainsi que de sa taille. Je rencontre des soucis de couple depuis un moment, et moi qui ait toujours été adepte du "parlons à cœur ouvert pour résoudre tous nos problèmes" je ne sais plus trop quoi faire désormais et cherche un œil extérieur sur la situation et pourquoi pas des idées et conseils.

Pour résumer mon histoire : J'ai 33 ans, et je suis en couple depuis 10 ans avec ma compagne. Je me suis affirmée asexuelle il y a peu et j'ai du mal à le gérer. Notre couple a toujours été très (trop) fusionnel, avec le temps j'ai essayé de m'affirmer un peu / être plus indépendante et ma compagne l'a toujours très mal vécue. Elle est possessive et très angoissée. De mon coté j'ai de très gros problème de confiance en moi suite à des maltraitances psychologiques durant mon enfance / adolescence. (Oui on fait un beau duo)

J'ai toujours tendance à penser que "tout est de ma faute". Si quelqu'un dans mon entourage est de mauvaise humeur, je part directement du principe que c'est de ma faute et cherche ce que j'ai mal fait. Quand quelqu'un m'interpelle par mon nom, je me demande tout de suite "mince qu'est-ce que j'ai fait ?". Bref, vous voyez le tableau.
Du coup je cherche toujours à plaire à tous le monde, à satisfaire tous le monde, et globalement je choisie la situation qui plait à tous le monde et tant pis si à moi ça me plait pas.

Tout ça ce sont des choses sur lesquelles j'ai travaillé avec une psy durant quelques mois et c'était bien, mais elle est partie à la retraire et n'en ait pas trouvé d'autre depuis.

Pour en revenir à ma copine donc, elle est très anxieuse mais souvent le cache, si elle est contrariée elle va se renfermer comme une huitre et tout me balancer à la figure une fois que nous sommes seules. Au fil des années on a franchement avancé sur ce point la, je lui ait fait comprendre que je n'étais pas "son punching ball émotionnel" (elle me disait "mais si je m’énerve c'est parce que je suis à l'aise avec toi t'es la seule personne avec qui j'ose") et je trouvais que globalement, même si elle avait toujours ses moments un peu bizarre, on était bien. Elle reste sarcastique et ses paroles souvent me blessent sous couvert de l'humour mais bon je fais avec (même si dernièrement j'ai tendance à l'envoyer chier quand elle fait des blagues blessantes à mon sujet)

Mais de manière générale elle me donne toujours l'impression que si je ne consacre pas ma vie à 100% pour elle c'est que je ne l'aime pas (assez ?) et fait régulièrement des crises ou elle va me reprocher des choses, de ne pas avoir agit d'une certaine manière, etc etc. Le truc c'est qu'à chaque fois elle aurait put agir elle aussi mais est restée passive et si je lui pointe du doigt elle trouve une excuse. Exemple concret (et dernier "drame") : Nous avons passée une soirée avec des amis en ballade. Elle s'est renfermée et à arrêté de parler à un moment, je me suis rapprochée lui ait demandé ce qui allait pas, elle m'a dit "je te dirais plus tard". Une fois rentrées à la maison, elle a vidé son sac et m'a dit que je ne m'étais pas assez occupée d'elle, qu'à un moment j'étais partie acheter les kebbabs avec un ami au lieu de le faire avec elle etc. Je lui fait remarquer qu'elle aurait put me dire qu'elle voulait le faire avec moi, mais non "je lui ait pas laissé le temps".

Autre exemple : Il y a quelques mois, on venait de déménager et j'ai eut une idée de mise en forme différente pour le salon. Je lui en ait parlé, l'idée lui plaisait. Du coup j'ai fait cette mise en forme avec le même ami (qui est un ami très proche à moi) dans le salon alors qu'elle travaillait. Quand elle est rentrée, elle s'est mise en colère parce que tout avait été changé sans elle et que "je fait tout avec lui". Je lui ait expliqué que je voulais lui faire une surprise mais rien n'y a fait. Depuis je fais très attention à ne pas modifier son environnement mais la on en arrive au niveau de l'autisme (ou autre trouble psy) quand même non ?

Effectivement je fais beaucoup de choses avec cet ami parce que nous faisons pas mal d'activité en commun. Je lui propose de faire des choses avec elle, ça ne l’intéresse pas, donc je vais faire des choses avec quelqu'un d'autres et ça ne va pas. Visiblement je devrais rester à rien faire si elle n'a rien envie de faire... Alors je lui propose des activités, tu veux qu'on joue à tel jeu, on peut bosser notre album photo, on regarde une série ensemble, si on allait se balader ? Et souvent elle répond non, mais va me dire "qu'elle a l'impression de pas exister" quand je passe du temps avec mon pote (et pourtant on fait méga attention aux heures auxquelles on passe du temps ensemble, comme elle a des horaires décalés on se voit sur ses horaires de travail pour ne pas la vexer, des fois ça dépasse de quelques heures... )

Bon à coté de ça elle me fait souvent des cadeaux, pour nos 10 ans de vie commune elle m'a fait un gros cadeau. En fait en écrivant tout ça je visualise très clairement que 1/ elle a peur que je l'abandonne 2/ elle a quand même bien besoin d'un psy, je sais pas si d'un œil extérieur on voit ça ?

Du coup je réfléchis à ce que je pourrais faire, je me dis qu'il faudrait que je lui témoigne (encore) plus d'attentions pour la rassurer, mais c'est quand même épuisant de devoir faire attention à tout ce que je fais pour ne pas l'angoisser, j'en suis au point ou j'envisage de voir des amies puis je me dit "ah non elle va mal le prendre elle va être jalouse" alors que j'aimerais bien vivre par moi-même aussi...

Elle a aussi beaucoup de soucis relationnels. Elle se prend régulièrement la tête avec sa "meilleure amie" et moi et mon pote qui les connaissont toutes les 2 on se retrouve régulièrement à les raccommoder en les aidant à communiquer...
Souvent en plaisantant elle dit qu'elle voudrait vivre seule et n'avoir à communiquer avec personne et je sais qu'au fond c'est ce qu'elle pense... Aussi elle aime bien critiquer et être agressive dans ses paroles, souvent elle va critiquer nos amis, ou alors elle critique les gens dans la rue etc et est aussi très "féministe misandre" et ça me désespéré un peu. Je suis féministe moi aussi mais je part pas du principe que "tous les hommes sont des connards et des porc" et elle c'est ce qu'elle dit. Mon meilleur ami est un mec super féministe (et accessoirement bi et genderfluid) mais elle arrive quand même à le trouver "sexiste"... Elle préfère être agressive que risquer d'être blessée.

Bref. Désormais quand j'essaye de lui parler de ses problèmes d'attitude elle se braque et repousse toute critique et le prend comme "un jugement" alors que le plus souvent j'essaye de mettre à plat ce qui va pas, l'incite à "me dire ce qui va pas de mon coté aussi" bref j'essaye juste de mettre à plat les choses pour l'harmonie de notre couple, et ça marchait plutôt bien, jusqu'à il y a peu ou elle se met aussitôt sur la défensive, me sort des accusations parfois surprenantes ou que je n'avait pas vues venir, et la conversation est très vite bloquée car je n'arrive pas à être détachée de la situation, ses accusations si elles jouent sur la culpabilité me frappent en plein cour et je me dit juste "ah c'est ma faute, c'est tout de ma faute" et arrive pas à faire avancer la conversation. C'est après, quand je re réfléchi à ce qui a été dit que je me dit "ah j'aurais put répondre ça" mais alors il est trop tard.
J'ai mes défauts comme tous le monde, je sais par exemple que je suis assez tête en l'air et que malgré mes efforts j'oublie des choses ou alors que je ne fait pas forcement les liens entre les choses, mais j'essaye de faire bien... je crois. Je n'arrive pas à me dépêtrer, la culpabilité que je ressent est-elle justifiée ou pas ? Je ne sais pas. J'en suis au point ou je n'ose pas lancer la conversation pour mettre les choses à plat car j'ai peur de ce qu'elle va me dire, je sais qu'elle va me faire étouffer de culpabilité. Est-il besoin de le préciser, c'est toujours moi qui lance les conversations "à cœur ouvert", jamais elle. Elle préfère faire comme si de rien n'était...

Il y a tellement de choses que ne vont pas que c'est difficile d'en parler avec elle sans la bloquer. Elle se renferme sans cesse, rendant la communication difficile, et si je ne m'occupe pas d'elle et vit ma vie ça empire les choses. On dirait que la seule solution est que je me consacre à 100% à elle mais ce n'est pas très sain non plus. Que faire ?

(Merci si vous avez tout lu)

Edit : D'avoir écrit tout ça je me sens super mal et je me dis que "je fais paraitre les choses pire qu'elles ne sont" et que j'exagère certainement...


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mar Août 16, 2016 21:01 
Homo sapiens
Homo sapiens
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 11, 2016 6:10
Localisation: Paris (en attendant de retourner dans mon Alsace natale)
Age: 44
Genre:
Je ne pense pas que tu exagères Riley. Elle aurait forcément des choses à dire par rapport à ta présentation, des arguments pour se défendre, mais ce qui ressort de ce que tu écris c'est que tu n'en peux plus et que c'est toi qui fait les efforts pour tenir votre couple, ne serait ce qu'en initiant systématiquement les discussions ou en organisant ton emploi du temps ou tes activités par rapport à elle. Même en admettant que tu ne sois pas objective et que tu en rajoutes, le fait est que tu ressens un gros malaise.
Je n'ai pas de conseils à te donner parce que je pense qu'elle a un problème et je ne crois pas que tu puisses l'aider plus que tu ne le fais déjà, en étant visiblement très attentive à ce qu'elle ressent. Tout ce que je peux dire c'est que faire attention à son bien être ne veut pas dire t'oublier, et je ne pense pas que ce soit sain de t'empêcher de faire trop de choses parce qu'elle n'a envie de voir personne ou parce qu'elle est possessive et ne veut pas spécialement que tu fasses des trucs sans elle. A toi de voir combien de temps tu peux supporter ça si elle n'arrive pas à lutter contre ce que j'appellerai son "mauvais côté". En tout cas je ne pense pas que la conforter dans ce côté en t'oubliant soit une bonne chose sur le long terme pour votre couple et pour toi.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mar Août 16, 2016 23:06 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Jeu Juin 16, 2016 14:50
Localisation: Dans les dimensions de l'univers.
Age: 19
Genre:
Bienvenue ici Riley ! ^^

Riley a écrit:
Bonjour,

je m'excuse d'avance du coté "je viens chez le psy" de ce message ainsi que de sa taille. Je rencontre des soucis de couple depuis un moment, et moi qui ait toujours été adepte du "parlons à cœur ouvert pour résoudre tous nos problèmes" je ne sais plus trop quoi faire désormais et cherche un œil extérieur sur la situation et pourquoi pas des idées et conseils.


Ne t'inquiète pas, c'est normal, tu peux très bien parler de tes problèmes ici. Personne ne te jugera, ne t'en fais pas. C'est même pas question que ça ait un côté "psy" ou non, c'est juste que tu as besoin de t'exprimer et c'est tout à fait normal.

Riley a écrit:
Pour résumer mon histoire : J'ai 33 ans, et je suis en couple depuis 10 ans avec ma compagne. Je me suis affirmée asexuelle il y a peu et j'ai du mal à le gérer. Notre couple a toujours été très (trop) fusionnel, avec le temps j'ai essayé de m'affirmer un peu / être plus indépendante et ma compagne l'a toujours très mal vécue. Elle est possessive et très angoissée. De mon coté j'ai de très gros problème de confiance en moi suite à des maltraitances psychologiques durant mon enfance / adolescence. (Oui on fait un beau duo)

J'ai toujours tendance à penser que "tout est de ma faute". Si quelqu'un dans mon entourage est de mauvaise humeur, je part directement du principe que c'est de ma faute et cherche ce que j'ai mal fait. Quand quelqu'un m'interpelle par mon nom, je me demande tout de suite "mince qu'est-ce que j'ai fait ?". Bref, vous voyez le tableau.
Du coup je cherche toujours à plaire à tous le monde, à satisfaire tous le monde, et globalement je choisie la situation qui plait à tous le monde et tant pis si à moi ça me plait pas.


Tu sais, tu n'as rien à te reprocher, en l'occurence le problème c'est bien elle... Pour avoir le même souci que toi (toujours se sentir coupable), je comprends tout à fait ce que tu ressens, ça doit venir de ton manque de confiance en soi. Pourtant, bien souvent, rien n'est de ta faute... Je sais que c'est dur de se dire ça, mais ne te culpabilise pas. C'est elle qui a l'air d'avoir un sacré problème psychologique, pas toi. Toi, tu n'es rien de plus que quelqu'un de normal, et tu ne fais rien de mauvais, ne t'inquiète pas pour ça. ^^


Riley a écrit:
Pour en revenir à ma copine donc, elle est très anxieuse mais souvent le cache, si elle est contrariée elle va se renfermer comme une huitre et tout me balancer à la figure une fois que nous sommes seules. [...] Elle reste sarcastique et ses paroles souvent me blessent sous couvert de l'humour mais bon je fais avec (même si dernièrement j'ai tendance à l'envoyer chier quand elle fait des blagues blessantes à mon sujet)

Mais de manière générale elle me donne toujours l'impression que si je ne consacre pas ma vie à 100% pour elle c'est que je ne l'aime pas (assez ?) et fait régulièrement des crises ou elle va me reprocher des choses, de ne pas avoir agit d'une certaine manière, etc etc. Le truc c'est qu'à chaque fois elle aurait put agir elle aussi mais est restée passive et si je lui pointe du doigt elle trouve une excuse. Exemple concret (et dernier "drame") : Nous avons passée une soirée avec des amis en ballade. Elle s'est renfermée et à arrêté de parler à un moment, je me suis rapprochée lui ait demandé ce qui allait pas, elle m'a dit "je te dirais plus tard". Une fois rentrées à la maison, elle a vidé son sac et m'a dit que je ne m'étais pas assez occupée d'elle, qu'à un moment j'étais partie acheter les kebbabs avec un ami au lieu de le faire avec elle etc. Je lui fait remarquer qu'elle aurait put me dire qu'elle voulait le faire avec moi, mais non "je lui ait pas laissé le temps".

Autre exemple : Il y a quelques mois, on venait de déménager et j'ai eut une idée de mise en forme différente pour le salon. Je lui en ait parlé, l'idée lui plaisait. Du coup j'ai fait cette mise en forme avec le même ami (qui est un ami très proche à moi) dans le salon alors qu'elle travaillait. Quand elle est rentrée, elle s'est mise en colère parce que tout avait été changé sans elle et que "je fait tout avec lui". Je lui ait expliqué que je voulais lui faire une surprise mais rien n'y a fait. Depuis je fais très attention à ne pas modifier son environnement mais la on en arrive au niveau de l'autisme (ou autre trouble psy) quand même non ?

Effectivement je fais beaucoup de choses avec cet ami parce que nous faisons pas mal d'activité en commun. Je lui propose de faire des choses avec elle, ça ne l’intéresse pas, donc je vais faire des choses avec quelqu'un d'autres et ça ne va pas. Visiblement je devrais rester à rien faire si elle n'a rien envie de faire... Alors je lui propose des activités, tu veux qu'on joue à tel jeu, on peut bosser notre album photo, on regarde une série ensemble, si on allait se balader ? Et souvent elle répond non, mais va me dire "qu'elle a l'impression de pas exister" quand je passe du temps avec mon pote (et pourtant on fait méga attention aux heures auxquelles on passe du temps ensemble, comme elle a des horaires décalés on se voit sur ses horaires de travail pour ne pas la vexer, des fois ça dépasse de quelques heures... )

Bon à coté de ça elle me fait souvent des cadeaux, pour nos 10 ans de vie commune elle m'a fait un gros cadeau. En fait en écrivant tout ça je visualise très clairement que 1/ elle a peur que je l'abandonne 2/ elle a quand même bien besoin d'un psy, je sais pas si d'un œil extérieur on voit ça ?


Alors, je vais être brutalement honnête... mais j'ai pas vraiment d'autres termes plus soft pour expliquer ça.
En lisant ça, je ne suis pas psy, mais elle m'a tout l'air d'une borderline manipulatrice... Elle a les caractéristiques d'une personnalité borderline, en tout cas. Les borderlines souffrent d'une angoisse de l'abandon, d'une instabilité affective, ils ont souvent une image de soi très instable, tout ça... J'ai un lien qui pourrait te renseigner un peu plus sur ça, mais je préfèrerais te le passer en MP si ça ne te dérange pas.
Et je ne sais pas si c'est juste l'effet que ça me fait, mais elle me semble ouais, très manipulatrice. Du genre à te faire culpabiliser pour obtenir de l'attention/ce qu'elle veut/les deux. Ces gens là sont toxiques, ils empoisonnent la vie de leur entourage, et c'est d'eux qu'on a le plus de mal à se séparer.

Riley a écrit:
Elle a aussi beaucoup de soucis relationnels. Elle se prend régulièrement la tête avec sa "meilleure amie" et moi et mon pote qui les connaissont toutes les 2 on se retrouve régulièrement à les raccommoder en les aidant à communiquer...
Souvent en plaisantant elle dit qu'elle voudrait vivre seule et n'avoir à communiquer avec personne et je sais qu'au fond c'est ce qu'elle pense... Aussi elle aime bien critiquer et être agressive dans ses paroles, souvent elle va critiquer nos amis, ou alors elle critique les gens dans la rue etc et est aussi très "féministe misandre" et ça me désespéré un peu. Je suis féministe moi aussi mais je part pas du principe que "tous les hommes sont des connards et des porc" et elle c'est ce qu'elle dit. Mon meilleur ami est un mec super féministe (et accessoirement bi et genderfluid) mais elle arrive quand même à le trouver "sexiste"... Elle préfère être agressive que risquer d'être blessée.

Bref. Désormais quand j'essaye de lui parler de ses problèmes d'attitude elle se braque et repousse toute critique et le prend comme "un jugement" alors que le plus souvent j'essaye de mettre à plat ce qui va pas, l'incite à "me dire ce qui va pas de mon coté aussi" bref j'essaye juste de mettre à plat les choses pour l'harmonie de notre couple, et ça marchait plutôt bien, jusqu'à il y a peu ou elle se met aussitôt sur la défensive, me sort des accusations parfois surprenantes ou que je n'avait pas vues venir, et la conversation est très vite bloquée car je n'arrive pas à être détachée de la situation, ses accusations si elles jouent sur la culpabilité me frappent en plein cour et je me dit juste "ah c'est ma faute, c'est tout de ma faute" et arrive pas à faire avancer la conversation. C'est après, quand je re réfléchi à ce qui a été dit que je me dit "ah j'aurais put répondre ça" mais alors il est trop tard.
J'ai mes défauts comme tous le monde, je sais par exemple que je suis assez tête en l'air et que malgré mes efforts j'oublie des choses ou alors que je ne fait pas forcement les liens entre les choses, mais j'essaye de faire bien... je crois. Je n'arrive pas à me dépêtrer, la culpabilité que je ressent est-elle justifiée ou pas ? Je ne sais pas. J'en suis au point ou je n'ose pas lancer la conversation pour mettre les choses à plat car j'ai peur de ce qu'elle va me dire, je sais qu'elle va me faire étouffer de culpabilité. Est-il besoin de le préciser, c'est toujours moi qui lance les conversations "à cœur ouvert", jamais elle. Elle préfère faire comme si de rien n'était...

Il y a tellement de choses que ne vont pas que c'est difficile d'en parler avec elle sans la bloquer. Elle se renferme sans cesse, rendant la communication difficile, et si je ne m'occupe pas d'elle et vit ma vie ça empire les choses. On dirait que la seule solution est que je me consacre à 100% à elle mais ce n'est pas très sain non plus. Que faire ?

(Merci si vous avez tout lu)

Edit : D'avoir écrit tout ça je me sens super mal et je me dis que "je fais paraitre les choses pire qu'elles ne sont" et que j'exagère certainement...


Tu n'exagères en rien... Ta compagne a besoin d'un psy, et pas d'un psychologue, d'un psychiatre. Je te le redis, ce n'est en aucun cas ta faute si elle a des troubles mentaux. C'est dans sa tête, et tu n'as rien à voir avec ça. Je vais peut-être avoir des mots un peu durs, mais si malgré tout ça ne marche pas, je te conseille de t'éloigner d'elle... si ce n'est de rompre, parce que tu ne pourras pas vivre ta vie avec une telle personne, déjà que ça a l'air d'avoir commencé depuis un moment à te ronger de l'intérieur et à t'empêcher de vivre. Tu devrais lui en parler, lui dire que ça ne peut pas continuer comme ça, que tu n'en peux plus, tu ne peux plus encaisser tout ça, et lui dire que si ça ne s'améliore pas tu devras malheureusement la quitter. Je te souhaite bonne chance pour la suite... Tiens-nous au jus ici, on est là pour toi ! :)


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mer Août 17, 2016 8:13 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
Merci beaucoup pour vos réponses.

celavie67 a écrit:
Tout ce que je peux dire c'est que faire attention à son bien être ne veut pas dire t'oublier, et je ne pense pas que ce soit sain de t'empêcher de faire trop de choses parce qu'elle n'a envie de voir personne ou parce qu'elle est possessive et ne veut pas spécialement que tu fasses des trucs sans elle. A toi de voir combien de temps tu peux supporter ça si elle n'arrive pas à lutter contre ce que j'appellerai son "mauvais côté". En tout cas je ne pense pas que la conforter dans ce côté en t'oubliant soit une bonne chose sur le long terme pour votre couple et pour toi.


C'est la réflexion que je me suis faite plusieurs fois, mais à chaque fois que j'essaye d'agir en pensant à moi / en étant indépendante, ça part en vrille. Souvent je me dis que c'est aussi ma faute dans le sens ou, dès le début, j'ai laissé le couple se construire avec un équilibre de dominance de sa part, en lui donnant l'habitude de toujours tout faire en fonction d'elle, donc forcement quand j'arrête de le faire elle kiffe moyen... Mais très vite je renonce et recommence à faire bien attention à elle pour que les choses ne deviennent pas difficiles.

Laika a écrit:
Alors, je vais être brutalement honnête... mais j'ai pas vraiment d'autres termes plus soft pour expliquer ça.
En lisant ça, je ne suis pas psy, mais elle m'a tout l'air d'une borderline manipulatrice... Elle a les caractéristiques d'une personnalité borderline, en tout cas. Les borderlines souffrent d'une angoisse de l'abandon, d'une instabilité affective, ils ont souvent une image de soi très instable, tout ça... J'ai un lien qui pourrait te renseigner un peu plus sur ça, mais je préfèrerais te le passer en MP si ça ne te dérange pas.
Et je ne sais pas si c'est juste l'effet que ça me fait, mais elle me semble ouais, très manipulatrice. Du genre à te faire culpabiliser pour obtenir de l'attention/ce qu'elle veut/les deux. Ces gens là sont toxiques, ils empoisonnent la vie de leur entourage, et c'est d'eux qu'on a le plus de mal à se séparer.


Ça me fait extrêmement bizarre de lire un truc comme ça au sujet de ma copine, et je me dis "hein non, y'a erreur sur la personne la". Angoisse de l'abandon oui carrément, mais le reste je suis pas sure... ( dans tous les cas je veux bien le lien en mp, si ce n'est que pour ma culture personnelle)
Elle me fait souvent culpabiliser mais je ne suis pas sure qu'elle en ait conscience ?
Concernant le terme "toxique" je le voit de plus en plus utilisé partout à tel point que je ne suis plus certaine de comprendre ce qu'il veut dire (et encore une fois j'ai du mal à voir ce terme associé à ma copine)

Laika a écrit:
Tu n'exagères en rien... Ta compagne a besoin d'un psy, et pas d'un psychologue, d'un psychiatre.


Ça, on est bien d'accord. Je pense que je vais tout faire pour qu'elle en voit un, de toutes façons ça fait des années que je lui demande d'en voir un et elle trouve toujours des excuses pour ne pas le faire... Le soucis c'est que je suis dans un coin assez "desert médical". Et je me demande ce qui se passera une fois chez le psy, est-ce qu'il/elle arrivera à la faire parler, à faire sortir tout ce qui ne va pas ? Est-ce que ça vaudrait pas le coup que j'écrive une lettre au psy peut-être ? (ça fait bizarre dit comme ça)

Laika a écrit:
Je vais peut-être avoir des mots un peu durs, mais si malgré tout ça ne marche pas, je te conseille de t'éloigner d'elle... si ce n'est de rompre, parce que tu ne pourras pas vivre ta vie avec une telle personne, déjà que ça a l'air d'avoir commencé depuis un moment à te ronger de l'intérieur et à t'empêcher de vivre. Tu devrais lui en parler, lui dire que ça ne peut pas continuer comme ça, que tu n'en peux plus, tu ne peux plus encaisser tout ça, et lui dire que si ça ne s'améliore pas tu devras malheureusement la quitter.


Je ne peux pas imaginer la quitter... J'y ait déjà songé (avec une bonne dose de culpabilité d'oser imaginer ça) mais je me vois pas vivre sans elle, ça fait 10 ans qu'on vit ensemble, on a tout construit ensemble. Et si je la quittais, elle deviendrait complétement amère et aigrie et seule pour toujours. Elle m'aime beaucoup, ça c'est certain. Et moi aussi je l'aime, on a toujours eut cette sorte de "connexion" que je n'imagine pas avoir avec quelqu'un d'autres. Mais au fil du temps son attitude devient vraiment difficile à supporter...

Un bon psy et beaucoup de communication, ça ne pourrait pas régler les soucis ?

En tous cas, j'avais déjà fait quelques recherches par rapport à l'attitude de ma compagne, et j'étais déjà tombée sur le terme "pervers narcissique" et m'étais dit "non, rien à voir". Mais la le terme borderline colle pas mal... Quand je lis ça par exemple :

Citer:
Définition très réductrice: "Une personne souffrant d'un trouble de la personnalité borderline oscille entre un comportement d'adulte et un comportement semblant enfantin. Le comportement d'adulte du Borderline s'effrite subitement et sans provocation apparente en des pleurs ou une colère d'enfant perturbé"

Définition beaucoup plus proche de la vérité: Le trouble de la personnalité borderline est un trouble de l'émotion.
"Ils ont une tendance à réagir plus intensément que les autres à des niveaux de stress moindres.
L'on parle de dérégulation émotionnelle, de surémotivité, d'hyperémotivité".(Définitions.non médicales).

Les changements d'humeur soudain, sautes d'humeurs intériorisées ou pas sont fréquentes dans le trouble borderline.
Nous sommes face à des émotions changeantes, une humeur souvent en "montagnes russes", "sans raison" et des incompréhensions.

http://www.aapel.org/bdp/borderline.html

Ça me fait beaucoup penser à ma copine que j'ai tendance à qualifier de "instable émotionnellement" avec effectivement des colères / attitudes d'enfant (Une fois elle s'est agacée de ne pas réussir à refermer un tiroir de vêtements qu'elle bourrait de fringues avec violences et à fini et chercher à le fermer à coup de pieds, j'étais hallucinée)

Il y a une liste des points borderline, je met en gras ceux qui collent pour ma copine :

- Incapacité à gérer ses émotions ou victime de ses émotions (absence de controle de ses émotions fortes ?)
- Problèmes relationnels
- Changements d’humeurs soudains, intenses rapides ou fréquents, sautes d'humeur.
- Anxiété
- Relations de type Amour / Haine. Pense autrui en Tout Bon / Tout Mauvais sans compromis

- Sentiment d’être une " victime ", incapacité à accepter ses propres responsabilités
- Sentiment de déprime, tristesse ou de vide
- Accès de colère fréquents ou imprévisibles (extériorisés ou pas), colère incontrolable

- Image de soi instable
-Peur de l’abandon
- Comportements impulsifs autodestructeurs comme la Boulimie, Sexualité à risque, Anorexie, Dépenses incontrôlées, Alcool, Drogue, Conduite dangereuse, Abus de médicaments, …
- Attaques de rage
- Tentatives de suicides ou d’automutilation comme se couper, se brûler, se griffer

5 points suffisent à "diagnostiquer" la personne borderline...

Étrangement découvrir ce terme me soulage, j'ai souvent pensé "elle a un trouble psy c'est juste qu'on ne sait pas quoi" et apparemment il existe des traitements efficaces donc de l'espoir...


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mer Août 17, 2016 10:24 
Homo sapiens
Homo sapiens
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 11, 2016 6:10
Localisation: Paris (en attendant de retourner dans mon Alsace natale)
Age: 44
Genre:
Désolée de jeter un pavé dans la mare Riley, mais je ne vois pas pourquoi il n'y aurait que ta copine qui aurait besoin de voir un psy. Je m'explique : tu le dis très bien toi même, tu as laissé s'installer certains comportements de ta copine par facilité, et en fait vous vous êtes chacune enfermée dans un rôle que vous jouez depuis des années. C'est ce que perso j'appelle la dynamique du couple, et c'est souvent à deux qu'on la met en place.. et qu'on en sort. Je pense que vous auriez toutes les deux besoin d'une aide extérieure si vous voulez faire tenir votre couple, que ce soit chacune individuellement ou une "thérapie de couple". J'ai découvert ton autre post après avoir répondu à celui-là, celui dans lequel tu expliques que tu es asexuelle ou qu'en tout cas tu as des blocages sexuels, je ne vais pas le commenter ici parce que ce n'est pas l'endroit mais tout de même, ta copine aussi fait des sacrifices dans votre relation.
En résumé je pense que votre dynamique de couple est plutôt malsaine et est en train de te faire souffrir, elle aussi peut-être de son côté (mais visiblement elle n'est pas très causante donc elle l'exprime moins). Donc ou vous arrivez à travailler sur certaines choses ensemble et oui, ça peut s'arranger, ou vous n'y arrivez pas parce que l'une ou l'autre ou les deux ne veut/peut pas aller voir un psy (sachant que ça coûte aussi des sous, tout le monde ne peut pas se le permettre sur le long terme) ou tout simplement parce que le travail à faire est trop difficile et dans ce cas là il faudra envisager de continuer votre vie séparément. Vous êtes jeunes, une séparation après 10 ans serait difficile au début mais absolument pas insurmontable.

J'ajouterais aussi qu'il ne faut pas commencer à chercher des trucs du style "elle est borderline ou narcissique ou autre trouble de la personnalité" à partir d'une liste de points, déjà parce que tu n'es pas forcément objective dans les défauts que tu peux lui trouver (ce qui est normal bien sûr). Par exemple quand tu parles du fait qu'elle cogne violemment dans un tiroir qu'elle n'arrive pas à fermer, bon excuse moi mais enfin ça ne fait pas d'elle quelqu'un qui a un problème, tu n'as jamais eu envie de balancer contre le mur un ordinateur capricieux? Ou de te mettre à pousser des jurons pour faire baisser la tension parce que tu n'arrives pas à faire un truc? Si c'est tout le temps comme ça, pour tout, oui effectivement elle a peut-être un problème mais dans ce cas là pardon mais je ne vois pas trop ce que tu fais encore là parce que clairement tu ne peux pas l'aider. Si c'est ponctuel elle est simplement colérique et peut-être un peu immature, ce sont des défauts mais chacune a les siens.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mer Août 17, 2016 11:33 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
celavie67 a écrit:
Désolée de jeter un pavé dans la mare Riley, mais je ne vois pas pourquoi il n'y aurait que ta copine qui aurait besoin de voir un psy. Je m'explique : tu le dis très bien toi même, tu as laissé s'installer certains comportements de ta copine par facilité, et en fait vous vous êtes chacune enfermée dans un rôle que vous jouez depuis des années. C'est ce que perso j'appelle la dynamique du couple, et c'est souvent à deux qu'on la met en place.. et qu'on en sort. Je pense que vous auriez toutes les deux besoin d'une aide extérieure si vous voulez faire tenir votre couple, que ce soit chacune individuellement ou une "thérapie de couple".


Et je suis tout à fait d'accord. Comme j'ai dit dans mon 1er post j'ai été suivie durant quelques temps par une psy et on avançait bien, mais elle est partie à la retraite. J'ai commencé à me faire suivre par une autre mais le courant ne passait pas, j'ai fait des efforts en me disant qu'un psy c'était une relation et qu'il fallait faire des efforts mais au bout de 10 séances j'ai fini par laisser tomber car je me sentait vraiment mal avec elle. Depuis je n'ai pas eut le courage de tenter une nouvelle psy.

J'ai déjà songé à une thérapie de couple mais connaissant ma compagne je pense qu'elle le vivrait comme une sorte de "jugement"... Je ne suis pas sure que ce soit la chose la plus adaptée, du moins pour le moment, peut-être plus tard quand elle aura commencé son propre suivi psy ?

celavie67 a écrit:
J'ajouterais aussi qu'il ne faut pas commencer à chercher des trucs du style "elle est borderline ou narcissique ou autre trouble de la personnalité" à partir d'une liste de points, déjà parce que tu n'es pas forcément objective dans les défauts que tu peux lui trouver (ce qui est normal bien sûr). Par exemple quand tu parles du fait qu'elle cogne violemment dans un tiroir qu'elle n'arrive pas à fermer, bon excuse moi mais enfin ça ne fait pas d'elle quelqu'un qui a un problème, tu n'as jamais eu envie de balancer contre le mur un ordinateur capricieux? Ou de te mettre à pousser des jurons pour faire baisser la tension parce que tu n'arrives pas à faire un truc? Si c'est tout le temps comme ça, pour tout, oui effectivement elle a peut-être un problème mais dans ce cas là pardon mais je ne vois pas trop ce que tu fais encore là parce que clairement tu ne peux pas l'aider. Si c'est ponctuel elle est simplement colérique et peut-être un peu immature, ce sont des défauts mais chacune a les siens.


Le coup du tiroir ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres et pas un comportement arrivé une fois mais bien un truc assez symptomatique chez elle, ces accès de colère qui m'ont fait à chaque fois me dire "hein ??" en étant ahurie face à ce qui se passait et sa réaction disproportionnée.
Elle a perpétuellement peur d'être abandonnée et est très souvent assez parano en disant "tu a fait ça donc tu pense ça" et autre conclusion qui à chaque fois me font halluciner et je me demande ou elle est aller chercher et comment elle à put en arriver à penser ça.

J'aime ma compagne, et franchement ce que je lis la sur les troubles borderline fait terriblement écho à ce que je vis avec elle depuis des années, que ce soit les témoignages de conjoints, des malades etc... Évidemment je ne suis pas sure, je ne suis pas docteur, mais ça fait un moment que je me dit "elle a un soucis" et j'avais toujours appelé ça "trouble anxieux" mais la j'ai vraiment l'impression de mettre le doigt sur quelque chose qui pourrait lui permettre d'avancer et d'être mieux (et par la suite moi et donc notre couple)

Ça fait quelques temps que je lui parle d'aller voir un psy, elle finissait toujours par "oublier" mais à plusieurs reprises elle a admis qu'en voir un lui ferait pas de mal.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mer Août 17, 2016 20:00 
Homo sapiens
Homo sapiens
Hors-ligne

Inscrit le: Lun Juil 11, 2016 6:10
Localisation: Paris (en attendant de retourner dans mon Alsace natale)
Age: 44
Genre:
Si ce ne sont pas des coups de colère ponctuels mais plus une façon d'être et que tu penses qu'elle a un vrai problème, malheureusement je ne vois pas trop comment tu vas pouvoir continuer. Tu n'es pas médecin, tu ne peux pas la soigner ça doit venir d'elle, et puis un vrai trouble de la personnalité ne se guérit pas vraiment même avec un psy.
Effectivement je pensais surtout thérapie de couple, mais je ne suis pas sûre qu'elle accepte.. Que tu l'aimes et que tu ne te vois pas la quitter je comprends tout à fait, mais elle ne changera pas j'en ai peur.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Mer Août 17, 2016 20:14 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
Je t'ai lue en diagonale, mais tu me donnes l'impression d'être la codépendantede votre couple, celle qui se sacrifie toujours mais qui en a de plus en plus ras le bol. Et à vue de nez, ta copine est peut-être borderline ou narcissique ... pas de jugement de valeur, on a tous nos soucis, pas de psychophobie non plus, on peut apprendre à vivre avec - enfin, je ne le recommande pas non plus, pour une personne qui a tendance à se mettre dans des situations de codépendance je dirais que c'est contre-indiqué. J'ai été dans ta situation face à une personne souffrant de trouble de la personnalité narcissique et sérieusement j'ai préféré fuir que de chercher à réparer les choses. Car quelqu'un qui ne sait pas se gérer tout seul (ta copine) ne peut se réparer sans continuer à sérieusement te pomper l'air au passage, à "t'étouffer de culpabilité" malheureusement - mais la question que je me pose, c'est si tu dis avoir été voir un psy pour ta part, qu'en est-il pour elle ? Ou t'a-t-elle tellement pris pour son psy que là tu en as eu marre et que tu as eu besoin, par ricochet, d'un thérapeute ?

Une ressource utile si tu lis bien l'anglais, le site PsychCentral.
Quelques liens en vrac ...
http://psychcentral.com/lib/symptoms-of-codependency/
http://psychcentral.com/lib/recovery-from-codependency/

Et tu n'exagères certainement pas. (Je transfère peut-être, mais j'ai l'impression de me lire il y a quelques mois). Ecoute-toi, écoute les signaux que te livre ton intuition sur la situation. Que te dit ton intuition ? Et comment se sont passées ces dix années (c'est énorme tout de même) avec elle ? Sous la forme d'un long fleuve tranquille, ou sous la forme de montagnes russes ? Y a-t-il déjà eu des remises en question de votre couple, et si oui, à quelles occasion ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 8:46 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
celavie67 a écrit:
Tu n'es pas médecin, tu ne peux pas la soigner ça doit venir d'elle, et puis un vrai trouble de la personnalité ne se guérit pas vraiment même avec un psy.


Ça dépend quel est le trouble, souvent ça se "guérit" pas mais ça se gère beaucoup mieux avec de l'aide psy et des medocs si besoin. En l’occurrence le syndrome borderline bien encadré ça se gère bien visiblement. Une personne avec un trouble mentale n'est pas une condamnation.

Misc a écrit:
Je t'ai lue en diagonale, mais tu me donnes l'impression d'être la codépendantede votre couple, celle qui se sacrifie toujours mais qui en a de plus en plus ras le bol.


Ah oui, hélas ça me colle plutôt bien... J'ai lu les pages que tu a linké et que je me reconnais plutôt bien la dedans.

Citer:
la question que je me pose, c'est si tu dis avoir été voir un psy pour ta part, qu'en est-il pour elle ? Ou t'a-t-elle tellement pris pour son psy que là tu en as eu marre et que tu as eu besoin, par ricochet, d'un thérapeute ?


Hum non, j'ai mon propre bagage psy (maltraitance psy durant l'enfance + problèmes de santé actuels qui sont difficiles à gérer) et c'est pour ça que j'ai été voir un psy.

Citer:
Ecoute-toi, écoute les signaux que te livre ton intuition sur la situation. Que te dit ton intuition ? Et comment se sont passées ces dix années (c'est énorme tout de même) avec elle ? Sous la forme d'un long fleuve tranquille, ou sous la forme de montagnes russes ? Y a-t-il déjà eu des remises en question de votre couple, et si oui, à quelles occasion ?


Je sais pas trop, c'est compliqué... Mais je sais que la quitter, j'y ait déjà vaguement songé, et je sent bien que si je vivais sans elle elle me manquerait très vite. Alors après quand je m'analyse moi-même je trouve que pas mal de mes raisons ne sont pas top (du style "si je l'abandonnais elle serait détruite, personne d'autre que moi ne pourrait la supporter et l'aimer" mais après je me dit aussi "je ne retrouverais personne avec qui je serais capable de parler à cœur ouvert comme ça, personne qui m'aimerait comme elle m'aime"

Faire le point sur les 10 dernières années, hum... Je dirais qu'on a bien évoluées ensemble, on a traversé des épreuves, on a construit des liens avec des gens... Mais je crois que la je suis incapable de répondre à cette question, j'ai la tête trop pleine de tous les questionnements du moment et les boucles ou j'essaye de mettre les choses à plat objectivement sans laisser parler ma tendance à me sentir coupable de tout mais en même temps je peux pas ignorer ma manière de penser quand je fais le point sur ce qui va pas puisque la manière dont je ressens / interprète ses actions joue un rôle au final. Le bordel dans ma tête.

J'ai longuement parlé avec elle hier soir. Au début je voulais juste la relancer sur le sujet du psy, finalement je lui ait fait lire les symptômes du trouble borderline et on en a longuement discuté (pour elle elle n'aurait que 4 points dans la liste et son problème serait surtout l’anxiété à chaque fois). Je lui ait aussi parlé de mes angoisses par rapport à l'asexualité (tant qu'à faire, prix de gros) On s'est dit beaucoup de choses et je dois tout noter et faire le point avec moi-même. C'est compliqué parce que j'ai du mal à être objective, surtout quand je met dans la balance toutes ces histoires de codependance.

merci beaucoup à vous pour vos réponses en tous cas.

Edit : du coup je me pose la question, dans le cas d'un suivi psy pour elle et aussi pour moi : C'est mieux 2 psy séparés ou ça peut se faire avec le même ? (la ou je suis c'est compliqué d'obtenir des rdv)


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 12:05 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
Si c'est pour une thérapie de couple (mais j'ai pas l'impression que ce soit l'objectif), un psy unique et séances à trois. Mais ça me paraît être la cerise sur le gâteau lorsque de base les deux protagonistes n'ont que peu de soucis à résoudre individuellement...
Si c'est pour une thérapie pour elle, il faut qu'elle trouve un autre psy. Ça me paraît vachement plus sain. D'autant plus que secret médical oblige, et que vous avez le même psy, ce dernier ne pourra rien révéler de ses séances avec l'autre... Par contre, bonjour la difficulté à parler librement lorsque tu sais que le praticien a l'autre version (celle que lui a raconté l'autre personne) en tête...

N'oublie pas que quand tu mets les borderlines ou narcissiques face à leurs symptômes, la plupart du temps ils vont nier ou minimiser. Ça rend le truc plus difficile. Mais il faut tracer la limite entre toi et l'autre.. Et il n'y a pas de culpabilité à exprimer (de façon calme et non violente) les émotions que provoquent chez toi le comportement de l'autre. Ce qui est plus dommageable déjà, c'est de minimiser les émotions de l'autre, ou de lui "faire porter le chapeau" pour ce qui ne prend source que chez soi (c'est parfois le cas des borderlines et narcissiques)

Est ce que tu as eu d'autres relations avant elle ? Ça s'est passé comment ? Bon après (et j'imagine que tu en parles avev ta psy), les expériences vécues dans l'enfance comme les tiennes peuvent grandement conditionner l'attraction envers ce type de personnes (long story short, l'affectif préfère se tourner vers ce qu'il connaît et maîtrise, même si ça fait mal)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 12:36 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
Mizc a écrit:
Si c'est pour une thérapie de couple (mais j'ai pas l'impression que ce soit l'objectif), un psy unique et séances à trois. Mais ça me paraît être la cerise sur le gâteau lorsque de base les deux protagonistes n'ont que peu de soucis à résoudre individuellement...
Si c'est pour une thérapie pour elle, il faut qu'elle trouve un autre psy. Ça me paraît vachement plus sain. D'autant plus que secret médical oblige, et que vous avez le même psy, ce dernier ne pourra rien révéler de ses séances avec l'autre... Par contre, bonjour la difficulté à parler librement lorsque tu sais que le praticien a l'autre version (celle que lui a raconté l'autre personne) en tête...



Oui voila j'étais arrivée à la même conclusion. En plus un psy reste un être humain et donc gérer les 2 parties d'un couple en risquant de se retrouver une sorte de médiateur / juge ça doit être bien compliqué. Mais oui avant de faire une thérapie de couple une thérapie chacune de notre coté ça me semble déjà pas mal (j'ai trouvé un psy pour avoir un rdv, il m'a demandé si j'avais des problèmes de couple, j'ai répondu "non, mais ma copine a des problèmes d’anxiété et ça se ressent sur notre couple" et je trouve cette formulation pas mal non ? )

Citer:
N'oublie pas que quand tu mets les borderlines ou narcissiques face à leurs symptômes, la plupart du temps ils vont nier ou minimiser. Ça rend le truc plus difficile. Mais il faut tracer la limite entre toi et l'autre..


Oui, c'est vraiment très compliqué... Je reprend la liste et je met ce qu'elle y a répondu :

- Incapacité à gérer ses émotions ou victime de ses émotions (absence de controle de ses émotions fortes ?) "Non, je n'ai pas vraiment problème à gérer mes émotions... Des fois il m'arrive de m'agacer mais c'est plutôt lié au stress, quand quelque chose m'a stressée et que je n'arrive pas à le gérer je finit par craquer"
- Problèmes relationnels "Oui c'est plutôt vrai"
- Changements d’humeurs soudains, intenses rapides ou fréquents, sautes d'humeur. "Non pas vraiment" je lui ait fait remarquer que pourtant elle se murait souvent dans le silence sans raison. Elle m'a expliqué que souvent elle avait besoin d'être "seule dans sa tête" pour gérer ses émotions et ses pensées et qu'elle n'était pas forcement en train de faire la tête quand ça arrivait. C'est quelque chose dont on a déjà parlé par le passé.
- Anxiété Oui ++++++ pas besoin de s'éterniser dessus
- Relations de type Amour / Haine. Pense autrui en Tout Bon / Tout Mauvais sans compromis Elle trouvait que non, je lui ait donné l'exemple du féminisme, elle m'a dit que c'était son habitude de jouer "l'avocat du diable" surtout en réaction à moi qui cherche toujours à voir le positif partout du coup elle en contre partie cherche à voir le négatif et parfois c'est "juste de l'humour" (mwé...)
- Sentiment d’être une " victime ", incapacité à accepter ses propres responsabilités Je n'arrive pas à me souvenir de ce qu'elle a répondu... Mais je crois que les exemples que j'ai cité elle a dit "oui c'est de l'angoisse"
- Sentiment de déprime, tristesse ou de vide Un oui en demi teinte, elle a été comme ça durant un temps mais ça va mieux, puis moins bien dernierement
- Accès de colère fréquents ou imprévisibles (extériorisés ou pas), colère incontrolable Elle trouve que non, elle m'a dit que c'était peut-être moi aussi qui interprétait les choses comme ça, et effectivement, avec ma manière d'avoir peur dès que quelqu'un cri, de toujours penser être en tord etc...
- Image de soi instable on a sauté ce truc la
-Peur de l’abandon "oui mais c'est lié à l'angoisse"
- Comportements impulsifs autodestructeurs comme la Boulimie, Sexualité à risque, Anorexie, Dépenses incontrôlées, Alcool, Drogue, Conduite dangereuse, Abus de médicaments, … non
- Attaques de rage non
- Tentatives de suicides ou d’automutilation comme se couper, se brûler, se griffer "c'est arrivé une seule fois la TS quand j'étais étudiante pour une connerie ça compte pas !" (mwé...)

Donc voila pour elle elle ne comptait que 4 "oui" en tout. Elle ne s'est pas fermé à la conversation, on a pris le temps de réfléchir ensemble sur chaque point, après j'avais toujours peur de la blesser / que ça sonne accusation... C'est vraiment très compliqué pour moi d'être objective vu mes soucis de confiance en moi / tout est de ma faute etc

Citer:
Est ce que tu as eu d'autres relations avant elle ? Ça s'est passé comment ? Bon après (et j'imagine que tu en parles avev ta psy), les expériences vécues dans l'enfance comme les tiennes peuvent grandement conditionner l'attraction envers ce type de personnes (long story short, l'affectif préfère se tourner vers ce qu'il connaît et maîtrise, même si ça fait mal)


Non, j'ai eut des amourettes d'ado mais rien de sérieux avant elle, et il en va de même pour elle.

Le truc de l'auto conditionnement suite aux expériences d'enfance, j'en ait conscience, et j'essaye de lutter contre, mais je n'y arrive pas... Notez que c'est un peu la prise de tête de me dire "bon alors je crois que tout est de ma faute et je dois pas me dire ça mais en même temps peut-être que mon comportement entraine d'autres comportements chez ma compagne aussi je dois me remettre en question finalement c'est ptêtre de ma faute"


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 14:20 
Queer-Master
Queer-Master
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Sam Oct 04, 2008 22:03
Alors je ne la connais pas donc ce que je vais écrire doit être pris avec des pincettes, mais cette invocation du stress et de l'anxiété pour justifier les difficultés à contrôler ses émotions me paraît casse gueule. C'est un peu confondre la cause et ses effets, et trouver une justification extérieure à un souci personnel. Le risque dans ce cas, mais ce n'est peut-être pas le cas dans ton couple (mais c'est peut-être plus une caractéristique des narcissiques que des borderlines), c'est le retournement de situation : tu essayes d'expliquer à l'autre en quoi sa mauvaise gestion de ses émotions (en mode colères et rages à la moindre contrariété) te heurte, puis tu finis à devoir t'excuser car l'autre cherche à te faire croire que ce faisant tu invalides ses ressentis, et que c'est parce que tu te bloques (mécanisme de défense) face à ses colères que votre couple va mal (expérience vécue, bonjour le gros mindfuck quand, comme moi, on a un côté co-dependant à vouloir se rendre responsable de toute la misère du monde). Un principe de base : ne jamais dire "tu es comme ça", mais "quand tu agis comme va, je ressens ça". On juge ainsi un comportement de l'autre à l'aune de ses propres émotions et de ses propres valeurs.

Pour ce qui est des accès de silence, essaie de lui expliquer qu'il n'y a pas de problème dès lors où elle arrive à verbaliser, du genre : "excuse moi je ne suis pas très bavarde, mais en ce moment j'ai besoin de rester un peu seule", question de respect pour éviter que l'autre se retrouve à gamberger 107 ns en se demandant ce qu'il a fait de mal... Et puis quand bien même, cette notion de "faire quelque chose de mal" : une relation amoureuse, ce n'est plus une relation infantile parent / enfant où l'autorité est unilatérale. Il n'y a que le mal que l'on se fait mutuellement et que l'on arrive à s'expliquer, pas de plus grand mal absolu qui justifie des comportements betifiants de punition de l'autre lorsqu'il ne se comporterait pas conformément à nos attentes...

Qu'elle soit ou pas botderline, je pense au vu de ce que tu écris que ça lui ferait beaucoup de bien de voir quelqu'un pour se reéapproprier son histoire. Mais ça malheureusement ça ne marchera vraiment que quand ce sera elle qui l'aura décidé...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 15:23 
Distin-Gay
Distin-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Avr 06, 2016 8:57
Localisation: Sud-Est (où il ne fait pas toujours beau en vrai)
Age: 36
Genre:
Coucou.

Alors je pense que les autres ont déjà pas mal analysé la situation.

Pour le coup du stress et de l'angoisse, je rejoins Mizc et j'appuierai même sur un fait : le stress et l'angoisse sont des conséquences et non des causes !
Donc elle prend le problème à l'envers ou bien se ment à elle-même (ou peut-être un peu des deux).
Il faudrait qu'elle comprenne l'origine de ce stress et de cette angoisse pour pouvoir ne serait-ce que commencer à avancer.

Ensuite, au-delà de vous soucis plus ou moins psy à toutes les deux, il y a peut-être autre chose à prendre en compte : ça fait 10 ans que vous êtes ensemble.
Et en 10 ans il s'en passe des choses. La routine s'installe, on prend des habitudes (bonnes et mauvaises) et on évolue...pas toujours dans le même sens ni à la même vitesse.

Tu dis toi-même que tu voyais une psy et que tu avais commencé à faire un travail sur toi-même depuis quelques temps. Que tu t'es affirmée asexuelle aussi.
Donc tu as évolué. Et de façon marquée je pense. Du moins assez marqué pour que ta copine le voit.
Ce qui fait que :
- toi tu as commencé à changer et ton regard sur votre relation aussi ;
- t'as copine a vu que tu changeais (et peut-être qu'elle de son côté non, ou plus lentement).
Il se peut que ça exacerbe ton ras-le-bol à toi, et ses angoisses (et les comportements qui en découlent) à elle.

Ce n'est qu'une suggestion, mais essayez peut-être d'évoquer ça ensemble et de voir ce qu'il en ressort...
:gentil:

_________________
"On devrait voir les relations amoureuses comme des Gremlins [...] : s'ils ne te parlent qu'imbibés ou qu'après minuit, ce sont des êtres qui peuvent certes être duveteux et mignon dans leur état standard, mais qui n'en demeurent pas moins à fuir."
Mizc


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Jeu Août 18, 2016 15:50 
Homo ?
Homo ?
Hors-ligne

Inscrit le: Mar Oct 20, 2015 12:32
Genre:
Citer:
Coucou.

Alors je pense que les autres ont déjà pas mal analysé la situation.


Oui, et vous m'aidez beaucoup, merci beaucoup vous êtes formidables.

je reprend les messages dans l'ordre :

Citer:
Alors je ne la connais pas donc ce que je vais écrire doit être pris avec des pincettes, mais cette invocation du stress et de l'anxiété pour justifier les difficultés à contrôler ses émotions me paraît casse gueule. C'est un peu confondre la cause et ses effets, et trouver une justification extérieure à un souci personnel. Le risque dans ce cas, mais ce n'est peut-être pas le cas dans ton couple (mais c'est peut-être plus une caractéristique des narcissiques que des borderlines), c'est le retournement de situation : tu essayes d'expliquer à l'autre en quoi sa mauvaise gestion de ses émotions (en mode colères et rages à la moindre contrariété) te heurte, puis tu finis à devoir t'excuser car l'autre cherche à te faire croire que ce faisant tu invalides ses ressentis, et que c'est parce que tu te bloques (mécanisme de défense) face à ses colères que votre couple va mal (expérience vécue, bonjour le gros mindfuck quand, comme moi, on a un côté co-dependant à vouloir se rendre responsable de toute la misère du monde).


Je crois qu'on est pareil, je cherche moi aussi à me rendre responsable de toute la misère du monde sans envisager que d'autres auraient put agir et qu'il n'y a pas que moi qui peut agir. Exemple recent, quand on a discuté hier soir avec ma compagne, j'ai mentionné vite fait ce forum en disant qu'il y a 10 mois, j'ai posté pour parler de mon asexualité, que tout le monde m'a dit "va lui parler !" et qu'en 10 mois j'ai pas réussie à le faire, que j'étais nulle etc. Elle m'a répondu "mais moi aussi j'aurais put t'en parler et je l'ai pas fait !" et cette idée ne m'avait même pas éffleurée l'esprit... Des fois mes propres mécanismes mentaux me fatiguent.

Du coup pour la situation que tu décris, je sais pas, la mienne peut y ressembler mais pas tout à fait. J'évoque sa mauvaise gestion des émotions, elle cherche à expliquer "j'ai fait ça parce que ça parce que dans ma tête ça a fait ça" sans chercher à me rendre coupable et je lui ait dit "d'accord, cherchons des solutions". On a pas tout abordé en une soirée mais dans cette période de grande remise en question je compte bien qu'on parle régulièrement de manière profonde et sérieuse comme on l'a fait hier soir.

Chose "bête" mais qui dois jouer : On s'est toujours considérées comme "un couple à part" genre "on se dispute pas, on a pas peur que l'autre trompe, on sera ensemble pour toujours c'est évident". Et du coup, qu'il y ait des soucis c'est difficile à admettre pour toutes les 2, ça entache notre vision de couple parfait je pense.

Citer:
Pour ce qui est des accès de silence, essaie de lui expliquer qu'il n'y a pas de problème dès lors où elle arrive à verbaliser, du genre : "excuse moi je ne suis pas très bavarde, mais en ce moment j'ai besoin de rester un peu seule", question de respect pour éviter que l'autre se retrouve à gamberger 107 ns en se demandant ce qu'il a fait de mal...


On en a parlé, on a évoqué en plaisantant la possibilité qu'elle lève un petit drapeau pour quand elle veut être seule, et plus sérieusement cherchée une solution pratique, genre un tableau avec un aimant à déplacer quand elle est en mode méga introvertie... On y réfléchi. Ça semble peut-être stupide vu de l’extérieur mais j'ai tellement besoin de reassurance tout le temps...

Citer:
Et puis quand bien même, cette notion de "faire quelque chose de mal" : une relation amoureuse, ce n'est plus une relation infantile parent / enfant où l'autorité est unilatérale. Il n'y a que le mal que l'on se fait mutuellement et que l'on arrive à s'expliquer, pas de plus grand mal absolu qui justifie des comportements betifiants de punition de l'autre lorsqu'il ne se comporterait pas conformément à nos attentes...

Oui je sais... Je suis comme ça pour tout c'est assez horrible. Quand les gens en face sont bien ils n'en profitent pas pour prendre pouvoir sur moi, mais quand ils le voient et en profitent...

Citer:
Qu'elle soit ou pas botderline, je pense au vu de ce que tu écris que ça lui ferait beaucoup de bien de voir quelqu'un pour se reéapproprier son histoire. Mais ça malheureusement ça ne marchera vraiment que quand ce sera elle qui l'aura décidé...


Elle a peur d'y aller, elle me dit qu'elle a peur qu'on lui diagnostique un truc, peur de pas arriver à parler... Plus concrètement je lui ait trouvé un rdv pour la semaine prochaine mais j'ai pas eut une super impression de la voix du gars au téléphone, mais bon on peut pas juger sur un coup de fil évidemment... J'ai essayé de trouver un autre rdv et sur 20 coups de fils j'ai eut pas mal de répondeurs, n° non attribués et de lignes sonnant dans le vide... En même temps en aout, déjà que je suis dans un désert médical, ça aide pas.

Je passe au message de Pouet.

Citer:
Pour le coup du stress et de l'angoisse, je rejoins Mizc et j'appuierai même sur un fait : le stress et l'angoisse sont des conséquences et non des causes !
Donc elle prend le problème à l'envers ou bien se ment à elle-même (ou peut-être un peu des deux).
Il faudrait qu'elle comprenne l'origine de ce stress et de cette angoisse pour pouvoir ne serait-ce que commencer à avancer.


Ah oui... Tu fait bien de le souligner parce que j'ai tellement l'habitude de prendre son angoisse comme un truc indépendant... En fait elle angoisse sur tout, pour tout. Elle est du genre à préférer ne pas faire plutôt que faire et risquer d'échouer. Elle n'ose même pas appeler au téléphone une amie à elle, elle n’envoie que des textos. Chaque situation peut potentiellement devenir un drame, l'angoisse se cache derrière chaque chose au quotidien. Elle n'a pas de comportement addictif (cigarette alcool rien) par contre elle se bousille les doigts en grattant les peaux autour de ses ongles, c'est inconscient elle le fait même en dormant, ses mains sont toujours dans un état déplorable. Je cherche un exemple de "montée en stress sans raison" mais je trouve pas... Ah bah si cette fameuse ballade ou elle s'est sentie abandonnée etc. Elle fait tirer des conclusions de conclusions et toujours imaginer le pire pour tout.

Du coup, pour savoir d'ou ça vient, à part un psy (et peut-être des medocs pour calmer sa tendance à l'angoisse) je vois pas.

Citer:
Ensuite, au-delà de vous soucis plus ou moins psy à toutes les deux, il y a peut-être autre chose à prendre en compte : ça fait 10 ans que vous êtes ensemble.
Et en 10 ans il s'en passe des choses. La routine s'installe, on prend des habitudes (bonnes et mauvaises) et on évolue...pas toujours dans le même sens ni à la même vitesse.

Tu dis toi-même que tu voyais une psy et que tu avais commencé à faire un travail sur toi-même depuis quelques temps. Que tu t'es affirmée asexuelle aussi.
Donc tu as évolué. Et de façon marquée je pense. Du moins assez marqué pour que ta copine le voit.
Ce qui fait que :
- toi tu as commencé à changer et ton regard sur votre relation aussi ;
- t'as copine a vu que tu changeais (et peut-être qu'elle de son côté non, ou plus lentement).
Il se peut que ça exacerbe ton ras-le-bol à toi, et ses angoisses (et les comportements qui en découlent) à elle.

Ce n'est qu'une suggestion, mais essayez peut-être d'évoquer ça ensemble et de voir ce qu'il en ressort...


Ah oui, c'est très vrai ce que tu dis... Il y a aussi qu'on a déménagé il y a un an, que je vois plus souvent un ami et qu'il me "coupe" du coté co-dependant, m'incite à être plus indépendante avec un point de vue extérieur plutôt neutre, et souvent j'ai fait une sorte de chemin mental "ah il a raison", j'appliquais l'indépendance, réaction angoisse et agressive de ma copine, je fais demi tour en gardant un poil d'indépendance gagnée mais pas trop en fait je veux pas foutre la merde dans mon couple peut importe ce qu'il a dit mince quoi, qu'est-ce qu'il en sait". J'ai fait souvent ce chemin mental et je sens bien que c'est pas très sain.
De manière générale toute tentative d'émancipation de ma part est très mal vécue.

Quand on parle de tout ça c'est compliqué, parce que j'ai du mal à être objective sur ce que je ressent, sur les faits etc, et en plus de ça j'ai une mauvaise mémoire. Depuis un an j'ai commencé à noter les altercations que nous avons, pour pouvoir revenir dessus de manière objective. Idéalement je vais en parler avec elle justement, pour pouvoir dire "voila, tu te souviens ça" mais il ne faudra pas qu'elle le vive comme un jugement mais bien comme une tentative de mettre à plat ce qui ne va pas pour que ça aille mieux.

Mais j'ai l'impression qu'on a quand même commencé hier soir, on s'est dit beaucoup de choses.


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
 Sujet du message: Re: Compagne possessive et angoissée...
MessagePublié: Ven Août 19, 2016 8:25 
Distin-Gay
Distin-Gay
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Inscrit le: Mer Avr 06, 2016 8:57
Localisation: Sud-Est (où il ne fait pas toujours beau en vrai)
Age: 36
Genre:
Riley a écrit:
Ah oui, c'est très vrai ce que tu dis... Il y a aussi qu'on a déménagé il y a un an, que je vois plus souvent un ami et qu'il me "coupe" du coté co-dependant, m'incite à être plus indépendante avec un point de vue extérieur plutôt neutre, et souvent j'ai fait une sorte de chemin mental "ah il a raison", j'appliquais l'indépendance, réaction angoisse et agressive de ma copine, je fais demi tour en gardant un poil d'indépendance gagnée mais pas trop en fait je veux pas foutre la merde dans mon couple peut importe ce qu'il a dit mince quoi, qu'est-ce qu'il en sait". J'ai fait souvent ce chemin mental et je sens bien que c'est pas très sain.
De manière générale toute tentative d'émancipation de ma part est très mal vécue.

Quand on parle de tout ça c'est compliqué, parce que j'ai du mal à être objective sur ce que je ressent, sur les faits etc, et en plus de ça j'ai une mauvaise mémoire. Depuis un an j'ai commencé à noter les altercations que nous avons, pour pouvoir revenir dessus de manière objective. Idéalement je vais en parler avec elle justement, pour pouvoir dire "voila, tu te souviens ça" mais il ne faudra pas qu'elle le vive comme un jugement mais bien comme une tentative de mettre à plat ce qui ne va pas pour que ça aille mieux.

Mais j'ai l'impression qu'on a quand même commencé hier soir, on s'est dit beaucoup de choses.


C'est bien que ton ami te sorte un peu de ce contexte. Tu en as conscience mais je le redis : vous semblez être dans une relation de dépendance affective et ce n'est pas très sain. Surtout si vous en souffrez. Vous avez besoin de mûrir un peu, de vous construire (et on se construit par soi et pour soi, pas dans le couple).

Si je peux me permettre, faire l'article des altercations passées n'aura pas forcément une utilité. Déjà parce que c'est du passé, qu'ensuite vous ne vous souviendrez pas forcément des mêmes choses (source de discorde), et comme tu dis elle risque de le prendre comme de la critique pure et simple.
Concentrez-vous plutôt sur le présent. Faites un état des lieux : ce qui va, ce qui ne va pas. Ce qui vous convenait avant et ne vous convient plus. Vos besoins respectifs.

Malgré le ton bienveillant de tes messages à l'égard de ta copine, je ressens quand même un côté où tu cherches à te dédouaner de la situation.
Quand tu dis par exemple que à cause de ton caractère parfois les gens en profitent, comme si au final tu ne pouvais pas y faire grand chose.
Mais une relation (amitié, amoureuse, boulot...) c'est 50/50 : si tu te fais marcher dessus, c'est certes parce que la personne en face le fait, mais aussi parce que tu la laisse le faire.
Là tu te plains de ses angoisses et de sa possessivité, mais tu y participes en entrant dans son jeu, en revenant en arrière pour "ne pas la blesser" (sincèrement tu ne l'aide pas je pense), etc.
Certes elle a certainement un travail à faire sur elle, mais toi aussi.
Et toi tu dois t'occuper de toi, et elle d'elle-même. L'infantilisation me semble venir des deux côtés.

A mon avis (mais ce n'est que mon avis et je ne suis pas pro hein), vous avez besoin de vous prendre un peu de temps chacune de votre côté, pour savoir qui vous êtes et où vous en êtes dans votre vie. Parce qu'à trop fusionner vous avez en quelque sorte perdu vos personnalités respectives, et je pense que ça a un peu foiré votre épanouissement en tant qu'adultes (la preuve, vous seriez incapable à l'heure actuelle de vivre l'une sans l'autre).
La vous êtes dans la formule 1+1=1 (vous êtes votre couple, c'est ce qui semble vous définir, même si je pense que ça déborde vers 1,5 pour toi avec ton ami qui essaie un peu de te tirer de ce schéma).
Mais la formule d'un couple sain, c'est 1+1=3 (soi, l'autre, et le couple).

Après chacun mène sa vie comme il l'entend, et beaucoup de couples hypers fusionnels et de personnes co-dépendantes le vivent avec bonheur. Mais dans la mesure où tu te plains de la situation et où ta copine semble le vivre mal elle aussi (angoisse, stress), c'est que cela ne vous convient pas et que cette relation ne vous épanouit plus. A vous de travailler à la faire évoluer (et à mon avis ça passe par votre évolution à chacune), ou de constater qu'il est peut-être temps de passer à autre chose.

_________________
"On devrait voir les relations amoureuses comme des Gremlins [...] : s'ils ne te parlent qu'imbibés ou qu'après minuit, ce sont des êtres qui peuvent certes être duveteux et mignon dans leur état standard, mais qui n'en demeurent pas moins à fuir."
Mizc


Haut
 Profil Envoyer un e-mail  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivant

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)


Tu ne peux pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas répondre aux sujets dans ce forum
Tu ne peux pas éditer tes messages dans ce forum
Tu ne peux pas supprimer tes messages dans ce forum

Rechercher pour:
Aller vers:  

Powered by phpBB © 2000-2007 phpBB Group
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr
© 2005-2019 et-alors.net. Reproduction interdite. N° CNIL : 1104460.
Contact forum: modérateurs. Contact administratif: .