Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Mes pas dans ceux de mon père
par Levitz le 31 Mars 2012 dans Ta vie / Expériences vécues
commentaire


Le temps qu'il faut parfois pour construire une relation père-fils.

Mon père est humble.
Une humilité venue de loin, depuis l'enfance, des choses qui vous mettent à l'écart dès votre naissance et vous font sentir différents des autres, une humilité qui fait baisser la tête d'un homme. Mon père est quelqu'un qui s'efface puisque toute sa vie on lui a demandé de s'effacer. Une humilité qui cache surtout la honte. Dévastatrice pour le garçon qui regarde son père. Garçon que j'étais et qui jugeait sévèrement son père. Mais la jeunesse est intransigeante et péremptoire et heureusement, j'ai eu le temps de vieillir pour le savoir maintenant. Je sais que je n'aurais pas voulu avoir un autre père. Que je respecte son humilité malgré la peine qu'elle me fait.

J'aime regarder les mains de mon père. Une main large, chaude et rassurante. Une main d'homme, une main de père. Et une peau fine, d'une finesse que vous ne pouvez pas imaginer. Un rien fait saigner les mains de mon père. Des mains fortes mais si fragiles. Cette peau qui lui vient de sa mère. Les mains de ma grand-mère, la même peau fine, la même chaleur. Je n'ai pas beaucoup connu ma grand-mère mais je n'ai jamais oublié ses mains et je les retrouve à ce moment de ma vie dans les mains de mon père, ces mains que j'aurais voulu serrer tellement plus longtemps.

Mon père est un mystère. Je pourrais lui demander la clé de son secret mais jamais les mots ne pourront sortir de ma bouche. Toujours ont résonné étrangement pour moi les paroles de la chanson d'une série télévisée : « un secret d'homme ». Qu'était-ce donc, un secret d'homme? Aujourd'hui, je le sais : c'est le tien.

Mon père est étranger.
Mon père est né dans un pays en dictature. Mon père ne portait des chaussures que pour aller à la messe. Mon père me parle du pain dur qu'il tapait contre les pavés de sa ruelle. La maison de mon père dans cette ruelle n'avait qu'une porte. La maison de mon père n'avait pas de fenêtre. La maison de mon père n'existe plus. Mon père a quitté son pays. Mon père vous dira qu'il a quitté ce pays pour un travail en France. Mon père ne dira pas les vraies raisons de ce départ. Non, de cela, mon père ne parle jamais. Il tait son secret. Mon père ne dira pas qu'il a fui un destin qu'on avait tracé pour lui. Ce destin que je recompose avec ce que je peux, moi qui l'ai longtemps soupçonné de lâcheté. Ces mots qui ne sortent pas de ma bouche quand je suis devant mon père. Mon père arraché à sa terre.

Mon père m'a longtemps été étranger.
Mon père n'a pas eu de père. Mon père est né dans une bourgade, d'une relation interdite dans le Portugal catholique des années 1930. Mon père voulait un fils. Mais mon père n'a pas su être père. Père avec son fils. Les choses furent plus faciles pour lui avec ses filles. Mon père a fait avec ce qu'il n'avait pas. Je ne lui en veux pas. Ne lui en veux plus. Je n'ai pas été le fils que mon père aurait voulu. Je n'ai pas partagé avec lui et il n'a pas partagé avec moi. Mon père ne m'a pas appris le football. Mon père s'est effacé devant ma relation avec ma mère. Mon père n'a pas pris sa place.

Mon père n'a qu'un fils. Mon père n'a pas voulu le perdre. Mon père a pleuré quand il a su. Et c'est tout. Mon père m'a donné la plus belle preuve de son amour : que je fusse heureux était le plus important. Qu'importaient son éducation et sa vie.

Mon père vieillit. Tous les deux avons éprouvé au même moment le besoin de nous trouver, d'apprendre à nous connaître. Finalement, je ne sais pas qui de lui ou de moi aura eu le plus de peur de l'autre. Peut-être lui. Il m'aura fallu partir loin pour le comprendre. Mon père m'a appelé « mon chéri » l'autre jour au téléphone. La suspension dans notre échange qui a suivi. Surpris par ses propres mots. Des mots que je n'ai jamais entendus dans la bouche de mon père. Je suis fier de ce qu'il est et de ce que je suis devenu grâce à lui. Il m'a fallu devenir homme pour cela. Ce n'est que depuis quelques mois que je le suis devenu. Un peu tard mais chacun avance comme il peut sur son chemin. Mon chemin a fini par croiser celui de mon père. L'envie de retrouver ses traces. Là où il dut les effacer. Je ne donnerai pas de descendance à mon père dont je porte le prénom, comme lui porte le prénom de son père. Mais j'ai l'impression de reprendre aujourd'hui le fil de son histoire. L'appel si fort en moi de sa terre de lumière, de son pays pour mieux le retrouver . Je viens de demander l'acquisition de sa nationalité avec l'impression de faire le pas décisif sur le chemin qui me ramène à mon père. Cette demande est aussi ma façon de lui dire combien je tiens à lui.

Mon père est un paysage. Un paysage à la fois terrien et océanique, un paysage de vagues et de collines. Une terre écrasée par la chaleur et aveuglée par la lumière. Une terre de jardinets riants et de fontaines fraiches. Une terre de sécheresse et de désolation. Une terre humble comme mon père. Une terre couverte de chênes-lièges dont le tronc épais et massif me rappellent ses mains. Une terre où les hommes chantent et où le langage quotidien est poésie. Une poésie faite de petites choses mais tellement sages. Cette terre est celle de mon père et c'est pourquoi elle est aussi mienne. Le plus beau cadeau qu'il m'ait fait.

Mon père me manque.





Articles lis

Mon père veut me tuer
Prise de conscience d'un jeune homme de 17 ans de la difficulté d'être homosexuel au sein de sa famille...
par Dryss le 11 Septembre 2009 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Je sais qu'ils savent
Je me décide enfin à poster l'histoire de mon coming-out quelque peu original. En effet, mes parents ne l'ont pas su de moi, et ils m'ont caché le fait qu'ils savent. Mais quand j'ai su qu`ils savaient, j'ai caché le fait que je savais qu'ils savaient...
par Rakanishu le 14 Août 2006 dans Ta vie / Coming-out
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .