Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Maladie et homosexualité
par Benoït XVII le 24 Juillet 2005 dans Ta vie / Expériences vécues
10 commentaires


Découverte de l'homosexualité sur un fond de maladie incurable

La découverte de mon homosexualité s'est faite dans un contexte spécial ...

En effet, ma mauvaise santé ne m'a pas aidé... J'ai ce qu'on appelle une maladie de Crohn depuis que j'ai 10 ans environs, maladie génétique qui s'attaque à tout le système digestif, de la bouche aux intestins, et provoque des douleurs intenses lors des repas et de la digestion, comparables au déversement d'un alcool fort sur une plaie... Les années les pires ont été les années de collège / début de lycée, pour des raisons diverses :

- Médicamenteuses :
. Dépendance à un traitement par grandes doses de corticoïdes => arrêt de la croissance, gonflements du visage, décalcification des os (ostéoporose incurable)
. Nutrition par perfusions la nuit (de 18h à 6h du matin) pour éviter de manger : 1h pour les brancher et les débrancher, le tout géré par mes parents => dépendance trop forte vis à vis des parents à un âge où l'on veut justement prendre de l'indépendance...
. Allergies déclarées aux seuls médicaments réellement efficaces

- Relationelles :
. Dans un contexte pareil, difficile de se faire des amis, sachant qu'on passe le quart de l'année scolaire à l'hopital et qu'en plus de ça, la tête gonflée aux corticoides n'entraine généralement que mépris et moqueries des autres...

Et tout ça, sur un fond d'autorité parentale qui force à bien faire le travail scolaire pour ne pas redoubler... j'étais parmi les meilleurs de ma classe en loupant la moitié des cours !

Donc, forcément, le mental ne va pas, les envies de suicide se forment dans ma tête, mais heureusement, ne se concrétisent pas... Le psychologue s'ajoute à la longue liste des médecins : gastro-entérologue pour la maladie, allergologue et dermato pour les allergies, interniste pour prescrire des médicaments trop nouveaux pour être accessible aux autres médecins, rhumatologue pour l'ostéoporose et bien sûr le généraliste pour les multiples maladies causées par l'aspect immunosupresseur des médicaments (destruction du système immunitaire)...

Et dans ce contexte arrive ... la découverte de ma sexualité, anormale, par dessus tout, ce qui fait poser des questions, des questions bêtes, mais qui ne le paraissent alors pas : est ce lié à la maladie ? Est ce que ça se soignera avec le reste ? Est ce une forme de punition ?
Ces interrogations finissent par sortir lors des conversations avec le psy qui s'orientent petit à petit exclusivement sur ce sujet, laissant finalement la maladie de côté, qui d'ailleurs commençait à s'estomper grâce à un nouveau traitement...

Parallèlement, au lycée, je tombe amoureux d'un ami, je commence à mettre de côté le boulot pour qu'il s'intéresse le plus possible à moi, je me met à profiter de la vie et suis réellement heureux, même si la possibilité que l'ami en question soit hétéro me dérangeait bien...
J'ai fini par lui avouer mon homosexualité, ce qui a eu l'air de le gêner un peu au début, mais qu'importe, j'essaie de rester avec lui le plus possible... Un an s'écoule ainsi et le besoin de tout lui dire me ronge de l'intérieur, j'ai finalement tout dévoilé la semaine avant le bac, nous ne nous sommes plus jamais parlé ensuite...
Pendant cette même année, je m'extravertis avec l'alcool à tel point que j'en viens à faire mon CO à tout le monde pendant une fête bien arrosée ... L'effet a été positif, tous l'acceptent ou au pire y sont indifférents...

Ce ne fut pas une année parfaite, mais au moins, j'y avais trouvé des sentiments, de la liberté et une confiance en moi que je n'avais jamais eu, et j'ai enfin pu me dire que j'étais normal.




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .