Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Ça a été terriblement difficile, mais putain qu’est-ce que c’est bien maintenant !
par Olivier le 2 Août 2009 dans Ta vie / Expériences vécues
21 commentaires


Mon histoire personnelle, unique et banale en même temps. Histoire d'apporter mon petit quelque chose à cet indispensable forum et aussi histoire de boucler la boucle.

Le temps est venu de prendre un peu de recul sur tout ce que j’ai accompli ces dernières années afin de vivre mon homosexualité le plus harmonieusement possible. Ça a été long et éprouvant, mais ça en valait la peine.

Je vis dans une région très catholique de Suisse Romande, 2ème fils d’une famille de 4 enfants. Mon père est prof dans un collège et préside la paroisse du village et ma mère travaille pour l’Eglise. Les deux ont eu une éducation très stricte dans un milieu rural donc modeste. A mon arrivé au lycée, mon homosexualité est inévitable, cette fois, c’est sûr, il va falloir que je me la tape toute ma vie. Ough !

Je l’accepte finalement assez vite mais il m’aura finalement fallu 3 ans pour le dire à une amie proche, un soir de semaine, sur un coup de tête. J’avais attendu 3 ans mais c’était encore trop tôt. Du coup, ce coming-out ne m’avance à rien. Je n’ai pas la force d’en reparler et mon amie n’y parvient pas non plus. N’ayant connu aucune attirance particulière pour qui que ce soit, le silence ne me dérange finalement pas tellement.

L’été de mes 20 ans, le bac en poche, je pars plusieurs mois en Australie pour apprendre l’anglais, parce que c’est un rêve d’enfance (voilà les raisons évoquées) mais aussi et surtout pour me donner un peu d’air en oubliant cette foutue homosexualité. Les premières semaines se passent bien, ma tête respire. Mais le lundi de la 4ème semaine, je tombe raide dingue amoureux de cet Espagnol qui vient de débarquer dans l’école de langues. Quel visage, quels yeux, quel accent, quel corps, quel humour, quelle gentillesse, quel caractère ! Cette putain d’homosexualité ne me laisserait donc pas tranquille même à l’autre bout du monde.

Pour la première fois, j’en oublie le côté déviant et anormal de la chose et je m’imagine avec Pedro*. Oh que ça serait bien. Il ne faut pas rêver, ma timidité, mon manque de confiance et sa popularité rendent mon rêve bien utopique. Je me contente donc d’une amitié naissante puis d’une complicité évidente. Il est parfait. Mais je ne sais rien de son orientation. Un jour, on m’apprend qu’il a fini la soirée avec Nicole. Ough ! Et les autres croyaient que ma tristesse était due à mon attirance pour elle…

Je rentre en Suisse début octobre, toujours amoureux. Je pars en Espagne rejoindre Pedro au printemps. On passe quelques jours ensemble. Je plane mais il ne se passe rien. On se revoit l’année suivante, puis l’année d’après. Il me dit « je ne me marierai jamais, je le sais », « je n’ai pas envie de me trouver une fille », « les filles, c’est pas pour moi ». Je bouillonne.

Je ne vais pas bien. Je ne pense qu’à mon homosexualité et je me morfonds dans une solitude de plus en plus dangereuse. C’est en cherchant des solutions que je tombe sur le forum. Le 26 novembre 2004, au milieu de la nuit, j’écris ça:

Depuis 2-3 semaines, rien ne tourne plus rond, je me prends la tête avec ça, ce qui entraine d'autres problèmes (manque de motivation totale, nervosité, agressivité,...) et je me surprends à avoir des pensées qui me font peur. XXX a vu que je n'allais pas bien et a essayé de me faire parler. Mais je n'ai rien trouvé de mieux que de l'envoyer chier...
j'ai beau avoir les amis les plus extraordinaires du monde, je n'arrive pas à leur parler même si je suis persuadé qu'ils réagiront très bien. Et ils sont tellement importants pour moi que je ne peux pas vivre mon homosexualité sans qu'ils soient au courant...


L’heure est venue de dire à mes amis suisses ce qu’il se passe. En une semaine, les plus proches sont au courant. Le stress fut total et leurs réactions parfaites. Je le dis à Pedro et je lui demande s’il est vraiment hétéro. Et oui, il l’est. Ough Ough Ough !

Les mois suivants furent horribles. Pedro est hétéro, ça fait mal sur le coup, mais je m’y suis fait. Mais ce que je n’ai pas vu venir, c’est l’homosexualité de plusieurs amis proches, une homosexualité avouée, celle qui n’est pas encore bien vécue, celle qui fait souffrir. J’ai de la peine à gérer mes problèmes, voilà qu’on m’inflige ceux des autres. Ce qui aurait dû nous rapprocher fut plutôt source de conflits et de tensions. Des larmes, des sales coups et des remords. Tous nos repères s’écroulent, putain ce que c’est dur de retrouver un équilibre. Evidemment, la jalousie et les coucheries n’arrangent rien… Jamais avec ses amis, on le savait mais on s’en foutait. Il faut s’être brûlé pour ne plus jouer avec le feu.

Lentement tout se remet en place, presque tout. Il faudra 2 ans.

L’université m’a également fait connaître Copine, ma meilleure amie. C’est elle qui m’a donné ce gros coup de pied au cul qu’il me fallait pour parler à ma famille et c’est elle qui me fait retrouver ma sérénité. C’est ma petite sœur qui y passe la première, c’est le plus facile et comme prévu, elle trouve ça trop cool. Quelques mois plus tard, je bois un peu trop et dragouille un peu trop. Le coming-out à mon petit frère doit donc se faire dans l’urgence si je ne veux pas qu’il l’apprenne d’une tierce personne. Je stresse à mort, son ouverture d’esprit n’étant pas sa plus grande qualité. Tout se passe bien, il est adorable.

Les mois suivants me permirent de vivre ma première aventure amoureuse bien foireuse, celle qu’on regrette amèrement et qui fait pas mal de dégâts. Mais c’est peut-être ça qui me permet de passer à l’étape finale, le coming-out parental. Je ne suis pas fait pour vivre une relation cachée. Ma famille compte trop pour que je ne fasse quelque chose dans son dos.

Un soir de novembre 2008, j’invite donc mes parents à manger chez moi et je leur annonce tout. Tout se passe à merveille et mes parents m’impressionnent d’intelligence et de compréhension. Ni sur internet, ni dans des livres, ni dans des discussions, jamais je n’avais vu une réaction aussi parfaite. Après ça, il ne me faudra que 3 ou 4 jours pour le dire à mon grand-frère. Le dernier coming-out important de ma vie. Et comme le reste de la famille, il m’écoute avec attention et respect en me répondant qu’il le sait déjà et qu’il attend depuis 5 ans que je lui en parle.

Le 21 novembre 2008, j’écris ça sur le forum :
Alors voilà, je suis officiellement outé dans toute ma ptite vie!
CO -> FINI!!!
Mon frère le savait en fait ^^ et grâce à ce forum!
J'ai décidément une famille hallucinante.


Voilà c’est fait. Mes amis et ma famille sont au courant. Tout le monde semble accepter mon homosexualité sans problème. Même dans ce contexte religieux omniprésent au sein de mon éducation et du travail de mes parents.

Il ne me reste plus qu’à vivre une belle relation amoureuse. Le problème est que je ne tombe jamais amoureux. Ça m’est arrivé une fois, mais Pedro est hétéro. Je le regrette encore. Et malgré le fait qu’on ne se soit plu vu, il reste et restera certainement le mec inaccessible qui me fera toujours b*****, rêver….

Dans les méandres d’un site de rencontres, je tombe sur une annonce intéressante, comme il y en a des dizaines. Par chance, il habite près de chez moi et me propose un verre. C’est le lendemain de Noël, nos yeux sont petits, nos estomacs souffrant. On passe 4 heures dans un bar à parler et rire. On se revoit 3 jours plus tard et encore 3 jours plus tard. Depuis on se voit tous les jours et 7 mois plus tard, on a presque l’impression de vivre ensemble. Incroyable, je suis tombé amoureux.

Le tableau est déjà bien trop beau mais il n’est pas complet. La semaine dernière, mes parents organisent une fête pour l’anniversaire de ma sœur. Ils souhaitent que je ne vienne pas seul mais que j’invite Dimi. Nous nous rendons donc les deux chez mes parents qui sont heureux de faire sa connaissance. Ils lui offrent de cadeaux, comme ils le font à leurs propres enfants. Il fait désormais parti de la famille.

Il m’aura fallu une dizaine années pour vivre une homosexualité harmonieuse et assumée dont exactement 4 ans de forum pour faire mes coming-outs. De quoi alimenter les clichés sur les Suisses. Merci du fond du cœur aux fondateurs d’Et-alors. Je suis un homme heureux !


* prénom d’emprunt





Articles lis

La vie facile : le coming-out les mains dans les poches du slip.
Un quintal de conseils pour mieux vivre son homosexualité.
par Drlrleu le 12 Juin 2010 dans Humour / Guide de la Vie Gay
(2 mots cls identiques)

Pluie
Entre vie familiale et envies de grandir. Entre soif de connaissances et d'empirisme et besoin de réassurance...
par tipoune le 27 Février 2008 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)

Pourquoi et comment progressent la tolérance et l’acceptation des gays et des lesbiennes ?
Troisième article de la série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. Cette première partie pose une question simple : "Les religions sont-elles homophobes ?". La réponse pourrait surprendre...
par tkf le 17 Avril 2007 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

Je sais qu'ils savent
Je me décide enfin à poster l'histoire de mon coming-out quelque peu original. En effet, mes parents ne l'ont pas su de moi, et ils m'ont caché le fait qu'ils savent. Mais quand j'ai su qu`ils savaient, j'ai caché le fait que je savais qu'ils savaient...
par Rakanishu le 14 Août 2006 dans Ta vie / Coming-out
(2 mots cls identiques)

Il n'est jamais trop tard
Quel que soit son passé, il n'est jamais trop tard pour trouver le bonheur.
par PhilippeD le 23 Octobre 2005 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Pourquoi faire un Coming-Out ?
Le coming-out, à quoi ça sert ?
par Fade Out le 31 Juillet 2005 dans Infos, conseils / Coming-out
(2 mots cls identiques)

True colors, don't be afraid to let them show
CO d'une epoque révolue
par fredouille le 19 Juillet 2005 dans Ta vie / Coming-out
(2 mots cls identiques)

Ma famille et moi...
est ce qu'au fond la réaction de la famille est si importante? doit-on garder ce secret au plus profond de nous toute notre vie ou l'extérioriser?
par bobby le 3 Septembre 2005 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Bah vas-y, dis-leur !
Comment mes parents ont su.
par Guillaume86 le 13 Juillet 2005 dans Ta vie / Coming-out
(2 mots cls identiques)

De l'ombre à la lumière
Mon CO en 2002... Pas glop glop, mais déterminant pour moi !
par cici le 12 Juillet 2005 dans Ta vie / Coming-out
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .