Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

La peur de la rupture
par Lonokun le 26 Mai 2008 dans Ta vie / Expériences vécues
4 commentaires


Un rapide petit texte, que j'ai travaillé après ma rupture pour faire sortir ce que j'ai pu ressentir à ce moment là, quand j'ai réalisé que les choses étaient terminé entre nous.

On a rompu samedi dans la journée. Quelques jours auparavant, j'avais émis l'idée de rupture, on s'était surtout fait peur à ce moment là, puis on c’est dit qu'on allait tenter de recoller les morceaux, du moins ceux qui restaient.

Il y avait un vent terrible ce jour là et le ciel était couvert de nuages gris qui semblaient retenir l’averse de toutes leurs forces. On a discuté un long moment, pris dans cette tempête de sentiments.

Je ne sais pas comment c'est arrivé, mais en quelques secondes toutes mes convictions ont été balayées, c’était un sentiment nouveau pour moi, cette peur immense, quand on se rend compte que tout ce à quoi on s’est accroché s’effondre autour de nous.
Je n’avais sans doute pas vraiment réalisé. Bien sûr, je ne pensais qu’à cela depuis quelques temps déjà, je ne voyais plus que cela même. Mais ces mots terribles, « on devrait rompre », m’ont secoué, ils ont résonné dans ma tête, oui, ils ont rompu beaucoup de choses en moi.
Oublié la colère, oublié les convictions, il n’y avait plus que peur et doute et cet être si cher à mes yeux que les rafales semblaient éloignées de plus en plus de moi.

Je n’entendais plus, il a continué de me noyer sous des litres de paroles et de mots, et c’est seulement à ce moment là que j’ai réalisé qu’ils avaient perdu leurs saveurs, depuis bien longtemps déjà.
Il m’a demandé pourquoi je ne disais rien, et comment je ne trouvais rien à dire dans un tel moment, je ne sais pas, plus rien ne voulait sortir, c’est comme si mon cerveau s’était bloqué, incapable de fournir une pensée claire et raisonnée, les arguments, les exemples, les explications, tout cela il les avait avalés, me laissant seul avec mes affres.

Le ciel était toujours aussi orageux, et même les nuages, seuls témoins de ma détresse me refusaient la moindre larme.

On venait d’inverser les rôles, j’étais devenu celui qui avait peur, celui qui s’accrochait au moindre petit bout de ficelle qui restait de nos liens, moi qui les avais vu comme des chaînes, aujourd’hui je me rends compte qu’ils n’étaient rien de plus qu’un fin et fragile fil sur lequel nous avons tiré.

Sans larmes, sans cris, les choses se sont terminées, c’est comme si tout s’était agité autour de moi depuis des mois, comme si le soleil avait brillé un peu plus fort, comme si la musique avait été un peu plus douce, comme si la vie avait été un peu plus belle, et tout d’un coup, le temps s’est figé et les choses sont retombées doucement, sans faire de bruit, et le ciel est resté couvert et indifférent.





Articles lis

Les relations fusionnelles
récit d'une rupture difficile ( témoignage d'un éAlorien qui a souhaité conserver l'anonymat)
par captain le 12 Février 2006 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .