Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

La différence.
par LeonardoForEver le 21 Avril 2008 dans Ta vie / Expériences vécues
40 commentaires


La différence peut tuer. Même à 15 ans.

Du haut de ses 15 ans, il souriait à la vie. Le monde lui appartenait, et dans son coeur, bourgeonnait tout l'amour du monde. Chacun trouvait grâce à ses yeux, et il disait toujours que l'être humain recelait une part de bon, même cachée sous le pire des comportements.

Au lycée, nous imaginions nos vies, qui bien sûr, privilège de cet âge, allaient être merveilleuses, pleines de douceur et auprès de l'homme de nos rêves. Notre préférence particulière, comme il l'appelait avec un regard pétillant, nous avait rapproché dès le début. Aucun flirt, aucune ambiguïté entre nous: de l'amitié absolue, et de la tendresse dans le moindre échange.
Il avait ce don si particulier de me comprendre sans que le moindre mot ne soit échangé, et cette faculté de calmer mes angoisses d'un seul regard. Un regard qui disait, mieux qu'une phrase: "Je suis là, rien ne peut t'arriver". Et mes tourments s'apaisaient.
Il appréciait chez moi le côté posé, j'aimais chez lui sa folie douce qui le faisait passer pour un excentrique. Il était mon opposé extérieur, mais aussi mon jumeau intérieur.

Il aimait les hommes, et refusait de le cacher. Il n'avait rien des garçons brutaux qu'on côtoyait généralement: il en était l'exact contraire. Oui, il était efféminé, féminin et précieux, mais je l'aimais ainsi. Ce côté de sa personnalité faisait partie intégrante de lui, à mes yeux: pas forcément aux yeux de tout le monde. Les moqueries et les insultes au sein du lycée ou dans la rue, il les prenait avec le sourire: toujours sa foi inébranlable en l'être humain.

Il adorait la mer, symbole à ses yeux de l'infini de l'amour qu'il rêvait de rencontrer un jour. Nos longues soirées d'été sur la plage, sans dire un mot, éclairent encore d'une douce lumière mes souvenirs.
Le hasard a voulu qu'un soir, je n'ai pas pu le rejoindre au bord de mer. Une raison sans doute banale, au point que je l'ai oubliée. Mais qui a suffi pour qu'il rejoigne les anges.
Homophobie? Violence gratuite? La seule chose de sûre, c'est qu'on s'est acharné sur lui. La haine à l'état pur.

C'était mon ami et mon réconfort. La différence peut tuer. Même à 15 ans. Et la haine a changé de camp: elle est dans mon coeur depuis 25 ans.




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .