Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Les gays friendly ne sont pas (toujours) nos amis
par ExMembre10 le 10 Juillet 2007 dans Ta vie / Expériences vécues
53 commentaires


Paradoxe ? Pas tant que ça. Je m'explique. Réalisons une petite expérience : Prenons deux hétérottes, 2 cl de gin, 3 cl de liqueur de pêches, 1 cl de liqueur de fraises , 8 cl de jus d'ananas, et du jus d'oranges .

je ne suis pas sure de la rubrique où l'article serait le plus adéquat


Les gays friendly ne sont pas (toujours) nos amis.

Paradoxe?
Pas tant que ça.
Je m'explique.
Réalisons une petite expérience:
Prenons deux hétérottes, 2 cl de gin, 3 cl de liqueur de pêches, 1 cl de liqueur de fraises, 8 cl de jus d'ananas, et du jus d'oranges.
De préférence, prenez des hétérottes de gauche, la recette sera plus savoureuse.
Donc, prenez les hétérottes: de gentilles ados élévées sous un maître-mot par leurs parents néobobos: la tolérance.
Elles se disent contre les discriminations, elles aiment bien les échantillons gratuits, de shampoing, de rouge à lévre, de black et de Sarkosistes.
Elles ont toujours rêvé d'avoir un meilleur ami gay, qui serait comme une meilleure copine, avec qui elles pourraient faire du shopping, discuter des garçons et de tel acteur de série américaine pour midinette au torse épilé suintant l'huile bon marché. Elles ont toujours rêvé de pouvoir rencontrer les conquêtes du meilleur ami gay, et de pouvoir baver sur leur corps de dieu grec, vu que c'est bien connu, tous les beaux mecs sont gays ou déjà casés, et d'ailleurs elles seraient déjà mariées à Rufus Wrainright s'il avait été hétéro, puisque le seul obstacle à leur amour est la préférénce sexuelle du sus-nommé chanteur.
Et puis, un soir de cuite, alors qu'elles seraient en train de consoler leur pote gay de s'être fait largué comme une merde, puisque c'est bien connu, les gays n'ont pas de relation longue durée, elles réussiraient à lui faire re-virer sa cutie, grâce à leur charme sans limites elles l'auraient ramené dans le droit chemin, ou alors elles feraient l'amour avec lui toujours sous l'effet de l'alcool, tomberaient enceinte et formeraient un couple morderne comme dans un film de Madonna.
Mais vu qu'elles sont tellement nourries d'image d'Epinal, elle n'ont bien sûr pas été fichues de reconnaître qui est gay dans leur entourage, et bien sûr, n'ont pas de meilleur ami gay (ce qui en soit n'est pas un mal, ça fait deux FAP de moins sur cette terre.)
Soit, cela ne les empéchera pas d'être gay friendly. De toute façon c 'est « in ».
Elles clament partout que ces salauds d'homophobes sont vraiment des cons d'un autre âge et qu'il faut être open-minded (eh oui, l'anglicisme aussi, c'est « in »).

Puis un jour, la troisième fille de leur trio-d'amie-du-lycée-inséparables-c'est-pour-la-vie-la-preuve-on-va-enterrer-une-boîte-comme-dans-Crossroad écorche leur gloss à la fraise (ne faites pas comme si vous n'aviez jamais écorché de gloss à la fraise) en leur envoyant à la figure qu'il serait peut être tant qu'elles arrêtent d'essayer de la caser avec tout ce qui a une protubérance intercrurale et de la faire ch*** de l'enquiquiner à passer toute la journée à parler du « beau de Prison Break » par ce qu'elle est lesbienne et qu'elle s'en chatouille le nombril avec le pinceau de l'indifférence de la taille de ses forceps ou du diamètre de ses sphères sous-abdominales et de la pigmentation de leur tunique externe.
Et ça, c'était pas prévu au programme. Parce qu'un pote gay, soit, mais une copine lesbienne ... « mais comment tu peut être attirée par des filles ??? Je comprends vraiment pas... » « C'est peut être parce que tu est tombée que sur des connards que tu dis ça! » ...
Eh oui, ces demoiselles ont du mal à concevoir la notion de « différence ».

Cependant, n'oublions pas que nous sommes face à des spécimens de jeunes gauchistes tolérantes. Elles ne peuvent qu'accepter la situation.
En faisant comme si rien n'avait changé.
D'ailleurs rien n'a changé. Elle passent toujours la journée à parler du physique des sus-nommés dieux grecs, te proposent toujours des soirées gogodanceurs, elles t'emmennent toujours dans leurs bars hétéros en refusant toute sortie dans un bar gay parce que “les Vilage People, c'est vraiment pas leur truc” (car, oui, c'est bien connu, les gay n'écoutent que les Village People et ne sortent que pour voir des spectacles de transformistes, voyons !), et puis t'imagines pas, elles vont se faire draguer par des FILLES !! (en oubliant soigneusement que toi quand tu les accompagnes tu dois subir les gros lourds voire tenir la chandelle si elles ont “pécho”.)
Avec un peu de chance, elles vont essayer de te caser avec toutes les lesbiennes de ton entourage, y compris les fans de Matt Pokora ou les handballeuses professionnelles, après tout, c'est déjà une fille, quesque tu demandes de plus ? Qu'elle te plaise ? Ah non, mais là t'es vraiment exigente comme fille, si tu continues comme ça tu vas rester célibataire à vie !

Et elles veulent aller avec toi à la gay pride. Pour s'amuser (eh oui, c'est bien connu, les gays savent faire la fête !), parce que c'est drôle ce grand défilé coloré, en plus elle peuvent y récuperer des capottes gratuites ! Mais bien sûr, quand la discussion se pose à table, elles ne comprennent vraiment pas pourquoi on veut le mariage ou le droit à l'homoparentalité. « Mais si vous voulez des gosses, vous pouvez déjà en avoir! » « et puis vous avez déjà le PACS! » La situation actuelle, ça leur passe au dessus de la tête. Elles veulent aller à la gay pride, mais n'ont aucune idée du pourquoi du comment des revendications, et surtout, elles s'en foutent. Elles veulent aller faire la fête. « Quoi!, tu veux pas qu'on t'y accompagne?? » « bin non, ça vous concerne pas... » « mais c'est intolérant et communautariste de pas vouloir que des hétéros y viennent !!!! Tu suis la même démarche que les homophobes, là !!!! »
Car il ne faut pas l'oublier, le maitre-mot du gay friendly, c'est la tolérance !

Tolérer.

Dans leur grande bonté d'âme, elles tolèrent. Comme on tolère un nuisible. On tolère ce qu'on a le pouvoir un jour de ne plus tolérer. Tolérer, ce n'est pas considérer comme normal, ou allant de soit. Tolérer, c'est faire un effort pour laisser vivre ce qu'on pourrait faire disparaître du jour au lendemain. On tolère des cafards. On tolère ce qu'on réprouve. On tolère.
Et elles en sont fière de leur tolérance. Et oui, elles s'en sentent grandies, elles s'en donnent de la valeur. Sans être prononcée, une pensée reste au fond d'elles : “Je tolére cette bizarrerie de la nature, mais qu'elle aille pas nous emmerder avec son mal de vivre ou ses états d'âmes. Et puis après tout, puisqu'on la tolère, que demande-t-elle de plus ? » Qu'on comprenne qu'un coming-out c'est dur ? Qu'on comprenne que l'estime de soi c'est pas facile à acquérir quand tu restes une marginale ? Nan, on fait comme si de rien n'était, comme si elle était comme nous, et surtout on ne cherche pas à savoir quelles douleurs on traverse quand on est différent.
Tout ce qui importe, c'est qu'elle continue à s'intégrer et à se comporter comme une hétérotte. Qu'elle ne dénotte pas du groupe.
Les petites gay-friendly passent devant une maison de presse et se moquent devant toi des titres du magasine Têtu. Ok pour le gros titre sur Dalida, mais elles se moquent aussi du gros titre « Psycho: comment avoir de l'estime de soi lorsqu'on est gay? ». Bien sûr, la question ne devrait pas se poser, enfin. On accepte de leur adresser la parole, alors où est le problème?
Elles en sont fière de leur tolérance, elles s'en foutent du taux de suicide chez les jeunes homos, elles veulent aller à la Gay Pride pour s'y amuser, danser sur de la tecnho, voir des mecs mignons, faire de la provoque en se roulant des pelles entre elles.

Et qu'en est il du gin, des liqueurs et des jus de fruits, dans cette expérience, me direz vous?

Et bien on place tous les ingrédients dans un schaker excepté le jus d'orange, on secoue, deux glaçon, on verse le mélange et ajoute le jus, et on boit un Sunrise pour se remonter le moral, pardi!




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .