Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Il n'est jamais trop tard
par PhilippeD le 23 Octobre 2005 dans Ta vie / Expériences vécues
4 commentaires


Quel que soit son passé, il n'est jamais trop tard pour trouver le bonheur.

Bonjour à tous et à toutes. Je me présente : je m’appelle Philippe, j’ai 49 ans et je viens de prendre conscience que je suis homosexuel. Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour bien faire...

Mon histoire ? Probablement pas très différente de beaucoup d’autres. Dans les années 50, il n’y avait pas d’internet, pas de jeux vidéos, pas de télévision. Vous imaginez, pas de télévision ? On ne parlait pas d’homosexualité alors, on ne parlait même pas de sexe non plus, d’ailleurs.

J’avais reçu une éducation (j’hésite à utiliser le mot conditionnement) très catho, dans un milieu soucieux avant tout des apparences. Surtout bien surveiller ses pensées, éviter les "mauvaises fréquentations", etc. Avec le recul, je le ressens presque comme un viol de la personnalité, un traumatisme en tout cas. J’étais devenu un être asexué, asocial, enfermé dans ma coquille, dans mon enfer personnel. J’étais en perpétuel conflit avec tout le monde, intérieurement hanté par les cauchemars, les doutes, la folie. Entre dépressions et tentatives de suicide, je faisais les quatre cents coups aux quatre coins du monde, je me moquais totalement de ce qui pouvait m’arriver. Je ne savais pas que je cherchais désespérément quelque chose, et que ce quelque chose, c’était moi.

Petit à petit, j’ai perdu le contact avec ma famille, j’ai perdu mes amis, j’ai perdu mon travail.

Perdre mon travail, probablement ce qui pouvait m’arriver de mieux. Mon patron m’a gentiment expliqué qu’il ne voulait plus me voir, qu’il préférait me payer encore quelques mois juste pour rester chez moi, et que non, inutile de passer à mon bureau pour reprendre mon chapeau, on m’enverrait le tout par colis postal. Bref, j’ai eu pas mal de temps libre pour gamberger, laisser mon cerveau tourner en roue libre.

C’est alors que les pièces du puzzle ont fini par se mettre en place. Subitement, une fois mis ensemble, quelques détails ont pris tout leur sens. Pas de questions, pas d’interrogations, pas de doutes, pas de sentiment d’acceptation ou de rejet. Pour mon esprit d’ingénieur, il s’agissait simplement de la solution d’un problème - et d’une solution tout à fait satisfaisante pour un ingénieur, qui expliquait tout ce que j’avais vécu, tout ce par quoi j’étais passé, tout ce que j’avais ressenti et observé, toutes les réactions que j’avais suscitées. Presque avec la rigueur d’une démonstration mathématique.

En quelques jours, je me suis aperçu que j’ai changé totalement de comportement, de point de vue, de personnalité. Il me semble maintenant que je parle de quelqu’un d’autre, quelqu’un que j’aurais peut-être vu dans un film ou dans un bouquin. Pourtant, je me sens toujours moi. Ou peut-être enfin moi ?

Finalement, il me reste simplement cette certitude : aussi noir que puisse être son enfer personnel, il existe toujours une petite lueur. Et le plus difficile est peut-être de la trouver. Puis une fois trouvée, on s’aperçoit que c’est un projecteur éblouissant, qui vous montre à quel point la vie est belle.

Maintenant je savoure chaque instant que j’ai vécu. Si je voudrais changer de vie ? Et devoir renoncer à toutes les expériences inoubliables que j’ai vécues, aux gens fantastiques que j’ai pu rencontrer ? Jamais !

Bien sûr, je suis homosexuel. Mais au fond, ce n’est qu’un détail parmi d’autres. En tout cas pas suffisant pour le jeter à la figure des gens s’ils ne demandent rien ! Et que les gens le sachent ou non, cela n’a tout compte fait aucune importance.

Ces lignes, je les écrivais à chaud il y a cinq mois. Depuis, grâce à Et-Alors, j'ai pu accepter et assumer mon homosexualité. Maintenant, je vis en couple avec mon compagnon et je connais enfin le sens du mot: bonheur.





Articles lis

La vie facile : le coming-out les mains dans les poches du slip.
Un quintal de conseils pour mieux vivre son homosexualité.
par Drlrleu le 12 Juin 2010 dans Humour / Guide de la Vie Gay
(2 mots cls identiques)

Ça a été terriblement difficile, mais putain qu’est-ce que c’est bien maintenant !
Mon histoire personnelle, unique et banale en même temps. Histoire d'apporter mon petit quelque chose à cet indispensable forum et aussi histoire de boucler la boucle.
par Olivier le 2 Août 2009 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

[Article] Le guide des Jeunes Homos
Un petit guide clairvoyant et efficace... pour aider les jeunes homos (et même les plus vieux) à s'accepter, à s'épanouir et à vivre heureux!
par tipoune le 15 Mars 2006 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)

Génération Arc-en-Ciel
Une chronique de la nouvelle Vie Parisienne. La saga des lesbiennes, des gaies, des trans, des etc., et même des hétéros, qui vivent entre Gay Pride et loyers prohibitifs, entre Marais, Bastille et banlieue...
par tipoune le 8 Janvier 2006 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .