Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Un modèle théorique de la transition vers l’acceptation des gays et des lesbiennes dans une société
par tkf le 28 Avril 2007 dans News / Général
1 commentaire


Cinquième article d’une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. Cet article formule une théorie pour comprendre comment lutter contre l’homophobie.

A partir de ce que nous avons dit dans les deux articles précédents, nous pouvons désormais proposer un modèle théorique des facteurs pouvant expliquer la progression de l’acceptation de l’homosexualité dans une société (ou au contraire le maintien d’une forte homophobie). Elle n’est applicable bien sûr que si l’homophobie a existé ou existe dans la société étudiée. On peut considérer qu’il existe trois catégories de facteurs : le degré des droits et libertés dont disposent les gays et les lesbiennes accordés par le pays, le degré des mentalités de la population de ce pays sur l’homosexualité, et les communautés gays et lesbiennes elles-mêmes qui doivent se caractériser par leur degré de visibilité. Chacun influe sur le degré d’acceptation de l’homosexualité dans un pays et par ricochet sur les deux autres facteurs. Ils sont donc tous interdépendants : en effet, seul un ensemble de facteurs systémiques, c'est-à-dire reliés et dépendants les uns des autres, peut expliquer un phénomène si complexe.

Chaque facteur explicatif est lui-même le résultat de plusieurs composantes.

Le degré de droits et de libertés dont disposent les populations homosexuelles dépend des droits et libertés fondamentales accordées par l’Etat : ceux favorisant le débat pour confronter les préjugés à la réalité (libertés d’opinion, d’expression, liberté de la presse), ceux favorisant la revendication de l’accord de droits vers l’égalité (libertés de réunion, d’association et de manifestation), et ceux favorisant l’extension du débat et des revendications d’une minorité à l’ensemble d’une société (pluralisme politique et souveraineté nationale).

Le degré de visibilité des gays et des lesbiennes dépend de facteurs individuels (proportion de gays et de lesbiennes affirmées et outées), communautaires (avec notamment l’inscription spatiale de quartiers gays dans la ville) et médiatiques (l’homosexualité est représentée dans la culture de masse par sa présence dans les médias).

Le degré des mentalités de la société sur l’homosexualité dépend bien sûr du degré de connaissances sur l’homosexualité (un pêché ? une anomalie de la nature ? une maladie ? un exemple de diversité ? innée ? une forme de sexualité innée ou acquise ou les deux ? tous des « folles » ? des gens comme tout le monde ? peuvent-ils élever des enfants ? etc..). L’ignorance est d’ailleurs la base de l’existence de l’homophobie quand même. Si les mentalités sont progressistes, ou s’il existe une confrontation entre idées traditionnalistes homophobes et idées plus progressistes, alors, cela peut permettre l’évolution du degré des mentalités sur l’homosexualité, si cela est combinée avec une scolarisation importante et un programme scolaire adaptée soit pour permettre l’acquisition d’une culture scientifique, de la maitrise de l’argumentation et de la rationalité, voir la mise en place de prévention contre l’homophobie.

Tout ceci est représenté schématiquement sur le document 1 ci-dessous.


Document 1

Il existe toutefois des variables qui peuvent perturber le modèle théorique de transition vers l’acceptation de l’homosexualité.

Il y a tout d’abord l’intensité de la foi religieuse (si elle est élevée) qui peuvent fausser l’état des connaissances sur l’homosexualité transmises à la population : c’est ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis par exemple, où la foi religieuse est encore importante, à tel point par exemple que fait rage le débat entre créationnisme et darwinisme, c’est dire. C’est pour cela que l’homophobie y est plus importante que de ce côté-ci de l’Atlantique. Il ne faut pas négliger l’état des connaissances scientifiques sur l’homosexualité (si elles sont fausses ou désuètes) qui peuvent aussi fausser les opinions de la population : c’est ce qui se passait en France il y a 40 ans lorsque l’homosexualité était considérée comme une maladie (il en reste d’ailleurs encore des résidus de cette croyance même aujourd’hui..

Il y a aussi le degré d’urbanisation, qui est le facteur nécessaire à la création de communautés homosexuelles, favorisant ainsi leur visibilité. C’est ce qui explique pourquoi la dépénalisation de la sodomie (et donc de l’homosexualité) en France en 1791 n’a pas pu transformer en profondeur les mentalités, car cela fut fait au moment où le pays était encore essentiellement rural, et où seule une minorité était instruite (quand on vous dit que la France était en avance sur son temps…).

Et il y a bien évidemment le régime politique de l’Etat : une dictature accorde un degré faible ou nul de droits politiques et de libertés civiles à ses citoyens. Voilà pourquoi les sociétés homophobes sont le plus souvent celles vivant sous une dictature, comme nous l’avions constaté dans notre article précédent.

On constatera au passage que ces trois variables de perturbation au modèle peuvent être influées en partie par le niveau de vie de la population : en effet, la transition de la pauvreté vers un haut niveau de vie influe sur le niveau d’instruction de la population (les parents n’ont plus un besoin vital d’envoyer leurs enfants travailler pour rapporter de l’argent au foyer au lieu d’aller à l’école), et favorise, même si ce n’est pas systématique, la décrue de la foi religieuse (le confort matériel et les meilleures conditions de vie réduisent les occasions de se tourner vers Dieu) et la transition démocratique (c’est le cas actuellement des Nouveaux Pays Industrialisés). Aider un pays à se développer favoriserait donc indirectement l’acceptation de l’homosexualité par sa population.

Ceci peut se démontrer à l’aide de la mise en corrélation entre niveau de vie et tolérance de l’homosexualité (document 2) : le coefficient de corrélation entre revenu par habitant et tolérance de l’homosexualité est en effet de 0,72 !


Document 2

Mais vous allez me dire : il manque quelque chose, on sait tous que l’homophobie est liée au sexisme ! Plus une société est sexiste, plus elle est homophobe ! Et inversement. Alors pourquoi ne pas en parler ? Nous ne nions pas que le fait de rendre une société moins sexiste facilite de rendre une société moins homophobe.
Mais en fait, le sexisme n’est ni plus ni moins que le résultat d’un manque de démocratie et d’un ensemble de préjugés sexistes (les femmes ne peuvent pas voter, elles n’y connaissent rien en politique voyons, leurs rôles et de s’occuper du foyer, de la famille ; elles ne sont pas capables de faire les mêmes choses que les hommes, elles sont inférieures, etc…). Le sexisme et l’homophobie sont donc à mon sens liés non parce que l’un conduit à l’autre mais parce qu’eux deux ont les mêmes origines (la prédominance du machisme due par un déficit démocratique et une méconnaissance de ce qui n’est pas un homme hétérosexuel) ! L’homophobie est donc plus un problème de manque de connaissance et de déficit démocratique plus que de machisme, même si c’est ce dernier qui peut expliquer en partie ces méconnaissances et ce déficit démocratique.
Mais il est vrai que le poids des préjugés est plus fort dans l’homophobie que dans le sexisme car l’un des préjugés sur les homosexuels est quand même que ce sont des « hommes qui font les femmes » (sic), et que donc les préjugés sexistes et homophobes sont corrélés.



Bon, alors, ce modèle, comment çà marche ?
On peut partir de n’importe quel facteur du modèle pour que celui-ci influe sur les autres facteurs.

Ainsi, par exemple, si l’Etat accorde un degré de droits et de libertés faible aux populations homosexuelles, ces dernières se feront discrètes ou invisibles. Cette invisibilité rend impossible le renversement des préjugés homophobes de la société car il n’y a aucune confrontation entre les préjugés et la réalité. L’inertie des préjugés homophobes facilite dès lors le maintien de lois répressives homophobes. C’est ce qui se passe par exemple en Iran (qui a été noté 6/7 par Freedom house) où ont été exécutés deux jeunes homosexuels en 2005..

A l’inverse, si l’Etat accorde un degré de droits et de libertés élevé aux populations homosexuelles, ces dernières peuvent se faire plus visibles. Cette visibilité rend dès lors possible la confrontation des préjugés homophobes avec la réalité, permettant le renversement de ces préjugés si les résistances ne sont pas trop fortes. C’est ce qui se passe actuellement en Afrique du Sud, favorisé il est vrai par des conditions favorables que sont un niveau de développement (favorisant le niveau d’instruction des Sud-africains) et d’urbanisation (favorisant le communautarisme) plus élevé que sur le reste du continent africain.

Une forte visibilité des gays et des lesbiennes peut faire augmenter le degré de droits et libertés accordés par l’Etat et le degré des mentalités sur l’homosexualité. C’est ce qui se passe actuellement au Royaume-Uni. La forte visibilité de l’homosexualité, notamment médiatique, aura donc précédé la conquête de l’union civile et du droit à l’adoption et influée sur les mentalités pour conduire à moins d’homophobie. On peut considérer que la France aussi se situe dans ce cas de figure, les mentalités ayant beaucoup évoluées avec la dépénalisation de l’homosexualité en 1981 et avec le vote du PaCS en 1999.

En théorie, un haut degré d’acceptation de l’homosexualité influe sur la législation : après tout, pourquoi mettre en place des lois homophobes si personne ne se plaint de l’homosexualité ? Ainsi une population sensibilisée à l’homosexualité et à l’homophobie refuse les lois homophobes et approuvent les lois vers l’égalité entre hétérosexuels et homosexuels. Toutefois, et c’est que nous allons montrer plus loin, en règle générale, les mentalités sont en retard par rapport aux autres facteurs…
Pour le prouver, il va falloir évaluer, chiffrer chaque facteur. C’est ce que nous allons faire dans notre prochain article.


Pour conclure
Vous voulez combattre l’homophobie ? Il faut dans ce cas agir sur les différents facteurs de la théorie de la transition vers l’acceptation de l’homosexualité dans une société.

Si vous voulez combattre l’homophobie dans le monde, en plus d’aider ponctuellement les cas d’homophobie (manifester contre une condamnation à mort ou un procès par exemple), il faut agir sur les freins du modèle. Il faut donc agir pour favoriser le développement économique et la transition démocratique des pays en question. Que les politiques entendent ce message…



Et si vous voulez combattre l’homophobie en France, il faut :
- augmenter le degré des mentalités en influant sur le contenu des enseignements, par exemple par l’éducation à la prévention de l’homophobie, par l’incorporation de l’homosexualité dans les enseignements pour briser l’hétérocentrisme (sans forcément aller jusqu’aux gay studies, un simple énoncé de maths avec Paul et Mouloud au lieu de Paul et Julie, une étude d’un roman, çà peut le faire quand c’est bien fait) – allez les profs, un peu de courage, et si l’Education Nationale pouvait s’y mettre aussi, cela ne serait pas plus mal ;
- augmenter le degré des droits et des libertés des gays et des lesbiennes en militant à une échelle plus ou moins grande. Si vous n’avez pas envie d’adhérer à un parti politique ou une association luttant contre l’homophobie, manifestez au moins à la marche des Fiertés pour vous faire entendre ! Ce n’est qu’une fois par an, et c’est amusant alors … Ah sinon, il y a toujours le vote (c’est d’actualité) ;
- augmenter le degré de visibilité des gays et des lesbiennes dans la société. Il s’agit déjà d’une part désormais de plus améliorer qualitativement qu’augmenter la présence de l’homosexualité dans les médias. Encore que si les personnages médiatiques homosexuels pouvaient enfin tous sortir du placard, cela serait bien. Mais hors de question de ne compter que sur eux, hein : car vous aussi, en faisant votre coming-out, vous contribuer à faire évoluer positivement le modèle vers plus d’acceptation de l’homosexualité dans la société.

Bref, vous l’aurez compris, il n’y a pas de petits combats. Même vous, à votre échelle, pouvez faire quelque chose. Alors faites-le !




Bibliographie :
* statistiques sur les revenus par habitant : rapport mondial sur le développement humain, édition 2004 (déjà cité)
http://hdr.undp.org/reports/global/2004/francais/pdf/hdr04_fr_HDI.pdf

* sondage sur la tolérance de l’homosexualité dans le monde : sondage de Pew Global (déjà cité)
http://pewglobal.org/reports/pdf/185topline.pdf





Articles lis

Pourquoi et comment progressent la tolérance et l’acceptation des gays et des lesbiennes ? 2ème partie
Quatrième article d'une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. Cette deuxième partie analyse les réelles causes de la persistance de l’homophobie (enfin...si je ne me trompe pas hein !)
par tkf le 20 Avril 2007 dans News / Général
(4 mots cls identiques)

L'homophobie en milieu scolaire en France (1ère partie)
A cause des homophobes, l'école, çà craint. Etat des lieux sur les auteurs et les victimes d'homophobie, les lieux et moments d'action, et sur leurs conséquences. Non, l'école, c'est ne pas toujours rose...
par tkf le 29 Octobre 2010 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

L'homophobie en Europe
Saviez-vous que 81 % des Français se sentiraient à l'aise d'avoir un voisin homosexuel, alors que 36 % des Roumains se sentiraient mal à l'aise à cette idée ? Que 55 % des Français connaissaient au moins un homosexuel, contre seulement 3 % en Roumanie ?
par tkf le 20 Mai 2010 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

L’échelle du degré d’acceptation de l’homosexualité : un outil pour chiffrer l’homophobie.
Sixième article d’une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. On y propose une méthode d'évaluation de l'homophobie - ou de l'homophilie - dans toutes ses facettes.
par tkf le 28 Mai 2007 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

Pourquoi et comment progressent la tolérance et l’acceptation des gays et des lesbiennes ?
Troisième article de la série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. Cette première partie pose une question simple : "Les religions sont-elles homophobes ?". La réponse pourrait surprendre...
par tkf le 17 Avril 2007 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

Comment évoluent les droits des gays et des lesbiennes dans la République Française ?
Deuxième article d'une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes en France. Un peu d'histoire, et un état des lieux de l'opinion publique sur les revendications actuelles et sur les propositions des candidats aux élections de 2007.
par tkf le 14 Avril 2007 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

Comment évoluent la tolérance et l'acceptation de l'homosexualité en France ?
Premier article d'une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. L'analyse de sondages permet de faire un point sur l'homophobie en France.
par tkf le 11 Avril 2007 dans News / Général
(3 mots cls identiques)

La gay pride, ce n'était pas pour moi.
A ceux et celles pour qui un-e bon-ne homo est un-e homo invisible.
par Tsar le 22 Juin 2012 dans News / Edito et-aloriens
(2 mots cls identiques)

Mon chemin vers l'homosexualité
Dur dur d'être un homo. Avant de l'avouer aux autres, faut déjà se l'avouer soi même. Pour moi, l'acceptation a été longue. 27 ans de déni, pas évident. Mais j'y suis arrivé. Donc c'est possible !^^
par floridjan le 11 Juin 2011 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

La marche des fiertés 2010 montrée au journal télévisé
13ème article de notre série. Après une retranscription des reportages consacrés à la gay pride du 26 juin 2010 sur les grandes chaines nationales, cet article vous donne les infos et quelques développements que les journaux ne vous ont pas dit !
par tkf le 30 Juin 2010 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

L'homophobie en France
11ème article de notre série. Combien sont les homophobes en France ? Combien sont les gay-friendly ? Et bien maintenant, on a une réponse...
par tkf le 29 Octobre 2009 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

Les interventions en milieu scolaire du MAG
Une des actions du MAG pour lutter contre l'homophobie en milieu scolaire
par keero le 13 Avril 2009 dans Sorties / Assos
(2 mots cls identiques)

Quand la famille s'en mêle...
Je l'aime, Elle m'aime... mais ils sont homophobes... et elle va les choisir... Comment j'ai perdu l'Amour de ma vie car, à bout de force contre l'homophobie de sa famille et des gens, elle a préféré abandonné...
par VolkerGirl le 18 Novembre 2007 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Un combat contre la honte...
Le parcours vers l’acceptation n’est pas facile, on passe par différents états, et surtout par la honte, la honte d’être différent. Est-il possible un jour de gagner ce combat ?
par Xeric le 19 Février 2007 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Il y a tant de combats à mener
Le parcours d'un jeune qui habite un quartier HLM, qui se pose des questions sur le monde qui l'entoure. Sur les discriminations portés sur l'homosexualité, les couleurs de peau, le milieu social...
par <=Nawak=> le 19 Juillet 2006 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

[Article] De l'homosexualité à l'homophobie
La masculinité se construit à partir d’un choix, d’une volonté d’être masculin et non féminin. Elle passe bien souvent par un refus de l’homosexualité. De ce refus, on est tombé trop souvent dans une réprobation et donc une persécution
par tipoune le 20 Février 2006 dans Infos, conseils / Réflexions, Conseils
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .