Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  ExpĂ©riences vĂ©cues

Infos, conseils
  Coming-out
  RĂ©flexions, Conseils
  HomoparentalitĂ©
  SantĂ© et prĂ©vention
  DĂ©pression, suicide

News
  GĂ©nĂ©ral
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  CinĂ©, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Fantasmer sa vie
par Brutaldeath le 16 Mai 2008 dans Infos, conseils / RĂ©flexions, Conseils
81 commentaires


PensĂ©es soudaines d'un bloc de glace qui ne veut plus en ĂȘtre un...

J'Ă©cris cet article car j'espĂšre qu'il me servira de point de dĂ©part pour une nouvelle vie. Je vais essayer d'ĂȘtre honnĂȘte avec moi-mĂȘme, mais aussi honnĂȘte avec vous, qui me connaissez maintenant depuis quelques temps.

Ce que vous connaissez de moi... ce n'est peut-ĂȘtre rien. Ce n'est peut-ĂȘtre qu'un personnage que j'ai crĂ©Ă© afin de combler mon vide intĂ©rieur. Mais pas au hasard... Vous allez comprendre.

Dans mes sensations, tout passe par une intellectualisation quasiment totale des choses... Je ne réagis pas à telle ou telle chose parce que mes émotions me poussent à réagir ainsi, c'est juste que la réflexion me dicte les réactions que j'aurai normalement si tout était normal.

J'ai remarquĂ© que depuis des annĂ©es maintenant, je fantasme ma vie bien plus que je ne la vis. Je fantasme les sensations que je pourrai avoir, je fantasme les Ă©motions que je pourrai vivre, je fantasme les dĂ©lire que je pourrai rĂ©aliser... Je commence mĂȘme ( oui, on va me huer mais j'avoue ) Ă  fantasmer les relations que je pourrai avoir.... Sans les vivre! Le soir je m'endors en me disant que la journĂ©e de demain sera peut-ĂȘtre diffĂ©rente, le matin je me rĂ©veille en me disant que si cette pote-longue-durĂ©e m'effleurait la main, cela me ferait tomber par terre... Mais je sais qu'il n'en est rien, et qu'elle pourrait mĂȘme m'embrasser Ă  pleine bouche que cela ne me ferait plus d'effet intĂ©rieur que n'importe quoi...

Je garde espoir, mais est-ce utile?

Mettre de la musique en espérant qu'un jour un choc surviendra et que je me réveillerai, que je sentirai mon coeur battre avec le rhytme et mon adrénaline monter à chaque note de guitare... Ou bien vomir tellement cette soupe de note est insupportable..

Regarder un film en espĂ©rant que malgrĂ© moi, mon cerveau s'y plongera seul et que je perdrai le contrĂŽle de moi-mĂȘme, jouissant ainsi de l'expĂ©rience et comprenant chaque parcelle de l'Ă©motion qui est, d'aprĂšs mes semblables, prĂ©sente Ă  chaque seconde. Ou bien s'ndormir devant ce naveton merdique...

Regarder quelqu'un et me sentir m'envoler, ne plus pouvoir réfléchir, ne trouver que la perfection en elle et n'avoir envie que de la déshabiller... Ou ne voir en elle qu'horreur et dégout..

DĂ©primer? J'en viens Ă  vouloir... dĂ©primer, voire tout en noir, ĂȘtre Ă  l'agonie... juste pour pouvoir me battre et me relever.

Ce sont des sensations absolument naturelles pour vous autres... ce ne sont que des rĂȘves pour moi. Je fantasme ces moments oĂč je rĂ©agirai non pas parce que "quelque chose en moi me dicte d'adopter ces rĂ©actions", non pas parce que mon intellect me dira "Si tu Ă©tais normal, toi tu rĂ©agirais comme cela"... mais bien parce que la situation entraĂźnera naturellement cette rĂ©action, sans que j'ai Ă  me poser de question, sans que je puisse le contrĂŽler.

Mes sens dorment, mon coeur bat mais je ne l'Ă©coute pas, je ne parviens pas Ă  l'Ă©couter, et quand bien mĂȘme je parviendrai, que m'apporterait-il? Mon cerveau? Lui ne s'arrĂȘte pas, il ne pense qu'au moment oĂč tout cela cessera enfin. Je rĂȘve d'ĂȘtre un volcan bouillonnant qui, un jour, explosera totalement. Ca sera mĂȘme probablement le tatouage de dos que je ferai si ce jour arrive.

La sensation d'avoir ce qu'il faut pour ĂȘtre heureux.. Sauf qu'ĂȘtre heureux, pour moi, ça ne veut rien dire: je ne suis ni heureux, ni triste. Les coups durs arrivent parfois, mais j'y suis insensible et je continue tout droit, comme s'ils n'avaient aucune influence sur moi. Je ne pleure pas. Je suis un pilier en fer que rien ne peut Ă©branler... MĂȘme pas la mort de personnes normalement chĂšres - du moins je crois - mais ce pilier, est-il vivant? Est-il mort? Ces personnes, me sont-elles seulement vraiment chĂšres?

Le pire de tout est que cela ne se voit pas... Je reste disponible aux gens, en apparence heureux de vivre et fier... Comble de l'hypocrisie - ou est-ce une forme de courage? - je refuse d'abandonner, je veux continuer... je me suis mĂȘme dĂ©couvert rĂ©cemment un talent ( d'aprĂšs des connaisseurs en tout cas ) pour la guitare Ă©lectrique... mais les notes rĂ©sonnent dans l'air, entrent dans mes oreilles, sont analysĂ©es par mon cerveau... et cela s'arrĂȘte lĂ , je ne vibre pas.

IntĂ©rieurement, je ne vibre pas. MĂȘme Ă  l'Ă©criture de ce texte... les yeux qui piquent, trĂšs lĂ©gĂšrement, mais c'est tout.

Je vais sur mes 24 ans, et je n'ai jamais encore vĂ©cu comme d'autres vivent. Mais je n'abandonnerai pas. Je sais que si un jour j'arrive Ă  dĂ©passer cet Ă©tat, les portes de la comprĂ©hension de moi-mĂȘme s'ouvriront totalement, me donnant peut-ĂȘtre mĂȘme une longueur d'avance sur d'autres personnes qui n'ont jamais eu besoin de se poser la question.

Alors pour finir sur une note positive, chérissez vos émotions et vos sensations, quelles qu'elles soient, positives ou négatives, de la plus belle envie à le pensée la plus noire et la plus morbide, parce que ce sont elles qui donnent un sens réel à la vie. Je ne souhaite à personne de ressentir mon vide à moi.




 Creative Commons License Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n°1104460. Contact: .