Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

[Article] De l'homosexualité à l'homophobie
par tipoune le 20 Février 2006 dans Infos, conseils / Réflexions, Conseils
2 commentaires


La masculinité se construit à partir d’un choix, d’une volonté d’être masculin et non féminin. Elle passe bien souvent par un refus de l’homosexualité. De ce refus, on est tombé trop souvent dans une réprobation et donc une persécution

En débarassant ma chambre, sous un mont de feuilles de papier et de bloc-notes usagés, j'ai retrouvé un article qui me laisse pantois et dubitatif.

J'ai donc décidé de vous le soumettre, je pense qu'il peut créer une discussion intéressante.

L'article est de Jean-Paul GUYONNAUD.
Imaginaire & Inconscient, 2003/10, 73-79


La masculinité se construit à partir d’un choix, d’une volonté d’être masculin et non féminin. Elle passe bien souvent par un refus de l’homosexualité. De ce refus, on est tombé trop souvent dans une réprobation et donc une persécution.



Les persécutions des homosexuels :
Religions et idéologies influencent considérablement les attitudes, les comportements à l’égard de l’homosexualité.

Avec la peste noire de 1348-1350 qui tua plus du tiers de la population de l’Europe, l’hostilité à l’égard des homosexuels grandit considérablement. Il fallait donc un bouc émissaire. Au cours des XIIIème, XIVème et XVème siècles, la persécution des homosexuels augmente. Le dernier individu condamné à mort en France pour homosexualité fut un certain Jacques-François PASCAL. Il fut brûlé le 10 octobre 1783. Est-ce à dire qu’il n’y a plus de persécutions homosexuelles à partir de cette date ? Sûrement pas.

La Pennsylvanie a été aux Etats-Unis le premier état à appliquer la peine de mort pour homosexualité en 1786. Récemment, un individu qui avait obtenu un droit de séjour aux Etats-Unis pouvait se faire expulser si l’on découvrait son homosexualité.

Que dit le Lévitique XX, 13 à propos de l’homosexualité ? « L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination… Ils devront mourir, leur sang retombera sur eux. »

Nous le voyons, la condamnation est sans appel. Chez les Chrétiens, c’est surtout St Paul dans son Epître aux Corinthiens, que se manifeste une très nette hostilité aux homosexuels.

Pour les homosexuels, dit l’Ayatollah Musava Ardelsili de TEHERAN, l’islam a prescrit les peines les plus sévères. Après que la preuve a été établie conformément à la Charia, il faudra se saisir de la personne, la maintenir debout, la partager en deux toute entière. Quand ils ne sont pas condamnés à la peine capitale, que ce soit en IRAN, en AFGHANISTAN, au SOUDAN, en TCHETCHENIE ou en MAURITANIE, les homosexuels sont passibles de lapidation ou de flagellation.

Passons en revue maintenant le point de vue des marxistes et des nazis.

Déjà ENGELS, dans une lettre à MARX, le 22 juin 1869, notait : « Les pédérastes se mettent à se compter et ils découvrent qu’ils constituent une puissance dans l’Etat. Il ne manque que l’organisation, mais il apparaît… qu’elle existe déjà en secret. » Les communistes staliniens voient dans l’homosexualité un signe de la décomposition morale propre au système capitaliste, donc un phénomène politique. « Dans la société soviétique de saine moralité, peut-on lire un article paru dans l’Encyclopédie soviétique en 1952, l’homosexualité est réprimée en tant que dépravation sexuelle et punie par la loi, sauf en cas de désordre psychique. Dans les pays bourgeois, l’homosexualité, signe de décomposition morale des classes dirigeantes, est en fait impunissable. »

L’homosexualité, affirme HIMMLER le 18 février 1937, fait échouer tout rendement, elle détruit l’Etat dans ses fondements, car seulement un peuple qui a beaucoup d’enfants peut prétendre à l’hégémonie générale. Toujours en 1937, la revue Das Schwarze Korps proposait l’extermination des homos.

Un homme comme RECTOR soutient que, au moins 500 000 homosexuels ont été exécutés sommairement ou sont morts dans des camps quand ils ne se sont pas suicidés. Aussi, le juriste Daniel BORRILLO n’hésite pas à parler d’ »holocauste gay ». Notons au passage que dans les camps nazis, le rose était la couleur par laquelle on pouvait reconnaître les homos et le noir, les lesbiennes. Le noir était également le signe distinctif des asociaux, tandis que le brun caractérisait les tsiganes et le jaune, les juifs. Contrairement à beaucoup d’autres, il faut leur rendre justice, les homosexuels victimes du nazisme n’ont jamais reçu aucune indemnisation. Avant de se résigner à l’extermination, les nazis essayèrent en vain de faire changer le comportement des homos.

Dès les débuts du nazisme, les expérimentations pour guérir les homosexuels ne cessent de se multiplier. Si l’homosexuel était un aryen, il fallait le récupérer pour l’entreprise procréatrice (BORRILLO, « L’Homophobie », édition P.U.F., page 78). Un survivant d’un camp de concentration, Heinz HEGER raconte dans Les hommes au triangle rose, Journal d’un déporté homosexuel, 1939-1945, comment lui-même et les autres sodomites étaient obligés par les S.S de s’accoupler avec les prostituées. Comme le programme de réhabilitation et les thérapeutiques avaient échoués, HIMMLER recourut aux grands moyens. Le 30 juin 1934, il déclare : « Il faut abattre cette peste de la mort… » Le 30 juin 1934, c’est aussi la « Nuit des longs couteaux » où HITLER fait assassiner l’ambitieux Ernst ROHM, homosexuel notoire qu’il considérait comme un rival politique… Plus près de nous, au BRESIL et en COLOMBIE, rapporte Daniel BORRILLO des escadrons de la mort sont à l’origine de centaines d’assassinats gays et de travestis.

Parce qu’ils se reproduisent, les hétérosexuels seront toujours vainqueurs dans leur combat contre les homos. Considérons maintenant le problème des Bardaches pour bien comprendre les enjeux.



Le problème des BARDACHES :
Lorsqu’ils découvrent le Nouveau Monde, à la fin du XVème siècle, les explorateurs européens y trouvent de bien étranges personnages : des hommes vêtus en femmes qui, en tout, se comportaient comme celles-ci.

Dans presque tous les peuples américains, il y avait des travestis qui assumaient un rôle sexuel passif. D’abord appelés à tort « hermaphrodites », on les désigna ensuite sous le nom de « bardaches ». Bardache est un mot d’origine persane. De nos jours, dans un dialecte italien, cela signifie « jeune garçon ». La plupart d’entre eux étaient des enfants et des adolescents. Ils s’habillaient et parlaient comme des femmes et demeuraient avec elles, ils ne pouvaient d’ailleurs aisément en être distingués. Porter les armes des hommes leur était interdit. Ils assumaient divers rôles économiques dont celui de l’épouse – rôle dans lequel ils étaient souvent préférés par les hommes pour leur force physique. Les bardaches n’étaient pas autorisés à avoir des relations hétérosexuelles et étaient supposés recevoir tout homme qui recherchait leur faveur. Comme prostitués du village, ils aidaient à tenir les hommes éloigner des filles à marier. Indirectement, ils protégeaient la vertu des filles jusqu’au mariage. Ils avaient été convertis de force à la féminité par des hommes adultes qui les violaient ou par des parents ayant besoin de filles pour leur service. Il va sans dire, remarque l’historien Richard TREXLER, que les bardaches doivent être considérer comme faisant partie d’une réalité culturelle et politique plus large. Ainsi, chez les Iroquois du XVIIIème siècle, ce ne sont pas seulement des individus mais tout un peuple soumis comme celui des Lenapes, qui était qualifié de « peuple femme ».

Par peuple femme, il faut entendre peuple esclave ou, du moins, peuple largement dominé. Sodomiser son esclave à ROME, nous rappelle Paul VEYNE, professeur au Collège de France, était innocent. En revanche, il était monstrueux de la part d’un citoyen d’avoir des complaisances servilement passives. Comme le rappelle VEYNE, on ne classait pas les conduites d’après le sexe, mais en activité et passivité. Prendre du plaisir virilement ou en donner servilement, tout est là.



L’homophobie :
Ce type d’homosexuel, parce qu’il n’est pas arrogant, parce qu’il n’est ni agressif, ni revanchard, parce qu’il ne fait pas de prosélytisme, mérite notre respect et notre aide. Notons que depuis peu, l’hostilité à l’homosexualité porte un nom, c’est l’homophobie. Doit-on en admirer l’astuce, l’intelligence ? L’homosexuel se défend en disant que c’est l’autre – l’hétérosexuel – qui est malade.

Le terme « homophobie » a été utilisé la première fois aux USA en 1971. Il n’apparaît dans les dictionnaires de langue française qu’à la fin des années 1990. Homophile et homophobe apparaissent dans le Petit Larousse en 1998. Un grand pas dans la défense des homosexuels a été fait avec la création de ce mot. Dénoncer l’homophobie du bourreau, c’est jouer habilement sur une corde de violon qui s’appelle culpabilité. Dès l’instant où l’on parvient à culpabiliser une partie de l’opinion, on la manipule et on la mène à ses vues.

L’homophobie est une phobie qui se caractérise par une aversion pour les homosexuels. Demandons-nous pourquoi les mots misandrie et « misandre » ont-ils eu moins de succès que les mots homphobie et homophobe ?... Cela mérite d’être analysé. Misandrie et misandre ne font intervenir avec autant de netteté la notion de maladie que ceux d’homophobie et homophobe, et pourtant ils sont arrivés avant eux dans le dictionnaire. Le terme « misandrie », haine ou mépris du sexe masculin, des hommes, date dans le dictionnaire de 1970 (le mot misogyne qui est l’inverse de misandre date, semble-t-il, de 1559).

Sous sa forme édulcorée, l’homophobie est une attitude d’hostilité à l’égard des homosexuels. Pour le juriste Daniel BORRILLO, c’est un préjugé et une ignorance qui consiste à croire en la supériorité des hétérosexuels. Dans la crainte de l’homosexuel chez l’hétéro, il y aurait, paraît-il, la crainte du semblable.

Les homosexuels constituent fréquemment un groupe socioculturel distinct se livrant à un net prosélytisme à l’égard des adolescents. Telle a été la réponse d’un tribunal allemand à un homosexuel qui, pour sa défense, invoquait une violation du principe d’égalité des sexes car s’agissant d’une femme homosexuelle, les rapports avec quelqu’un du même sexe n’étaient pas punis. L’histoire nous enseigne que la sévérité à l’égard des homosexuels est beaucoup plus grande – et de loin – que pour les lesbiennes.

Demandons-nous maintenant sur quoi repose la construction de la masculinité :
Selon TOGNOLI la masculinité se construit sur la haine des homosexuels. La peur d’être considéré comme un « pédé » constitue une force majeure dans la composition du rôle masculin, précise BORRILLO.

Madame Elisabeth BADINTER a bien perçu ce processus quand elle écrit « La virilité n’est pas donnée d’emblée, elle doit être construite, sinon fabriquée ». Renforcer l’homophobie est donc un élément essentiel du caractère masculin.

Ce que nous exprimons dans le raccourci suivant qui s’applique à beaucoup de gens :
- être hétérosexuel implique de détester, sinon de mépriser les homos
- être homosexuel implique de détester, sinon de mépriser les hétéros
Si vous n’êtes pas homosexuels, on vous range de force dans la catégorie des homophobes… Qu’est-ce que c’est, sinon de la discrimination, de la ségrégation ?
Si les homosexuels dénigrent tant les hétéros, c’est pour tenter de tenir à distance ce qui les menace de l’intérieur. Et ils se servent des hétéros comme boucs-émissaires.

La création du terme « homophobie » si souvent mis en avant par les homos accusateurs démontre magistralement que la Psychologie du Bouc-Emissaire est un phénomène tout à fait universel. Elle fonctionne ici dans les deux sens. Discrimination homosexuelle, certes, mais aussi discrimination hétérosexuelle. L’une ne va pas sans l’autre. La Psychologie du Bouc-Emissaire nous apprend ceci : le meilleur moyen de se défendre, c’est d’attaquer.



Pour clore ce paragraphe sur l’homophobie, ajoutons que certains font une différence entre la gayphobie, la lesbophobie, la biphobie, la travestiphobie. A mon avis, on devrait plutôt distinguer deux sortes d’homosexualité : une homosexualité superficielle et une homosexualité véritable.

L’homosexualité superficielle est une homosexualité de circonstances. Elle comprend deux sous-catégories :
- L’homosexualité de compensation vient de la privation. C’est le pis-aller. Faute de partenaire du sexe opposé, plutôt que de se masturber honteusement, le sujet doit se contenter d’individu du même sexe.
- L’homosexualité obligatoire. Celle où bien malgré lui, le sujet se voit contraint de subir la loi, le joug de l’autre. Il y va de sa vie et il en tire, comme les bardaches, d’incontestables bénéfices secondaires. Pour moi, l’homosexualité du bardache était surtout une homosexualité d’obligation.

L’homosexualité véritable. Elle est celle qui est ancrée profondément dans l’individu. La polarité énergétique de sa personnalité, note PAYEUR, est différente de celle de l’hétérosexuel. Si l’on veut bien réfléchir à la question, on ne manquera de constater ceci : l’homosexualité est un symptôme, non une cause. La cause est du côté de la bisexualité fondamentale de tout être. D’autre part, les hommes homosexuels ont généralement une fixation très forte à leur mère, et un père rarement acceptable.

Les rapports père-fille et mère-fils conditionnent pour une large part les futurs états amoureux, le choix des partenaires d’une part et, d’un autre côté, derrière l’homosexualité, se posent les problèmes de la relation de l’individu avec son corps.

Jean-Paul GUYONNAUD.





Articles lis

Mon chemin vers l'homosexualité
Dur dur d'être un homo. Avant de l'avouer aux autres, faut déjà se l'avouer soi même. Pour moi, l'acceptation a été longue. 27 ans de déni, pas évident. Mais j'y suis arrivé. Donc c'est possible !^^
par floridjan le 11 Juin 2011 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

L'homophobie en milieu scolaire en France (1ère partie)
A cause des homophobes, l'école, çà craint. Etat des lieux sur les auteurs et les victimes d'homophobie, les lieux et moments d'action, et sur leurs conséquences. Non, l'école, c'est ne pas toujours rose...
par tkf le 29 Octobre 2010 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

La marche des fiertés 2010 montrée au journal télévisé
13ème article de notre série. Après une retranscription des reportages consacrés à la gay pride du 26 juin 2010 sur les grandes chaines nationales, cet article vous donne les infos et quelques développements que les journaux ne vous ont pas dit !
par tkf le 30 Juin 2010 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

L'homophobie en Europe
Saviez-vous que 81 % des Français se sentiraient à l'aise d'avoir un voisin homosexuel, alors que 36 % des Roumains se sentiraient mal à l'aise à cette idée ? Que 55 % des Français connaissaient au moins un homosexuel, contre seulement 3 % en Roumanie ?
par tkf le 20 Mai 2010 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

L'homophobie en France
11ème article de notre série. Combien sont les homophobes en France ? Combien sont les gay-friendly ? Et bien maintenant, on a une réponse...
par tkf le 29 Octobre 2009 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

Quand la famille s'en mêle...
Je l'aime, Elle m'aime... mais ils sont homophobes... et elle va les choisir... Comment j'ai perdu l'Amour de ma vie car, à bout de force contre l'homophobie de sa famille et des gens, elle a préféré abandonné...
par VolkerGirl le 18 Novembre 2007 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

Un modèle théorique de la transition vers l’acceptation des gays et des lesbiennes dans une société
Cinquième article d’une série consacrée à la place des gays et des lesbiennes dans la société française. Cet article formule une théorie pour comprendre comment lutter contre l’homophobie.
par tkf le 28 Avril 2007 dans News / Général
(2 mots cls identiques)

Un combat contre la honte...
Le parcours vers l’acceptation n’est pas facile, on passe par différents états, et surtout par la honte, la honte d’être différent. Est-il possible un jour de gagner ce combat ?
par Xeric le 19 Février 2007 dans Ta vie / Expériences vécues
(2 mots cls identiques)

[Article] La série des Ivresses.... Des Cimes aux Sens, en passant par celle des Profondeurs!
Une série de trois livres qui vous fera rêver, rêver et encore rêver... pour ne rien dire d'autre!
par tipoune le 15 Mars 2006 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)

[Article] Le guide des Jeunes Homos
Un petit guide clairvoyant et efficace... pour aider les jeunes homos (et même les plus vieux) à s'accepter, à s'épanouir et à vivre heureux!
par tipoune le 15 Mars 2006 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .