Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

La Mort du Roi Tsongor
par cici le 4 Octobre 2005 dans Art et Culture / Livres
3 commentaires


Une tragédie, une vraie... sous forme de conte initiatique. Un royaume qui se déchire, sous les yeux impuissants de celui qui l'a créé.

Septembre 2005 – un dîner chez une amie d'enfance.
« Tu sais Cici, j'ai un super bouquin à te prêter. La mort du roi Tsongor. Ca devrait te plaire. C'est un super bouquin, surtout pour une femme. C'est LE livre que j'offre quand j'ai un anniversaire ou un cadeau à faire. » je suis donc rentrée chez moi, entre les mains ce précieux livre.


Dans une Antiquité imaginaire, le roi Tsongor s'apprête à marier sa fille, Samilia. Au jour des fiançailles, deux évènements viennent bouleverser les préparatifs. Le vieux serviteur du roi, mais aussi son plus fidèle ami, lui rappelle une promesse faite des années de cela : il est l'heure pour le roi de mourir, de donner sa vie à son serviteur, en échange de toutes celles qu'il a prise. D'autre part, autre mauvaise surprise, un autre prétendant surgit.
Et c'est le début de la fin. La haine fait son apparition. Les enfants du roi Tsongor se déchirent, adoptent des camps différents... et le plus jeune d'entre eux part construire sept tombeaux pour son père, que ce dernier puisse enfin trouver la paix.


Il y a quelque chose de magique chez Laurent Gaudé, il y a une violence inouie dans ce qu'il écrit sans rien... enfin c'est compliqué.
J'ai l'impression de lire un conte initiatique... mais il y a cette pasion chez les personnages. Ils cherchent la perfection, ne l'atteignent pas, regrettent mais sans revenir en arrière.
En fait, comme une sorte de destin poignant, de déterminisme...
J'ai lu un conte, un conte triste, une tragédie. Les héros semblent voués à leur sort, pas le choix, impossible de s'en sortir, le mieux n'est jamais mieux, la lutte ne peut être que fatale... On a envie de leur dire « non », de les aider à choisir un autre chemin, une autre solution... mais cette solution ne saurait être la bonne.


Laurent GAUDE : La Mort du Roi Tsongor, 2002, Actes Sud




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .