Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

L’antre de la sorcière (5) Coquilles St Jacques à la vanille
par fredouille le 28 Septembre 2005 dans Art et Culture / Cuisine
0 commentaire


des coquilles St Jacques d'originale manière

Salut, Je vais vous raconter quoi faire des breloques des sirènes. En fait, c’est même la sirène le déchet dans ce cas là, et pis vous pouvez sympathiser avec les chats, noirs bien sur. Donc pour cette recette, il vous faut 2 3 sirènes, vous en récupérez les boucles d’oreilles et le sous tif, c’est à base ce coquilles St jacques. Le reste vous refilez au chat, ils adorent le thon.
La recette en question utilise la vanille comme épice, elle n’est pas donnée mais pour un dîner en amoureux ça le fait bien, attention repas fin !

Coquilles St Jacques à la vanille

Où, quand comment ?

Clapiottes, mise en gueule, plat, douceur
Pas cher, moyen cher, hors de prix

Habileté : on suit bêtement, faut du peps, sorcière
Cuisine : néandertalienne, moderne, star trek
Haleine : correcte
Difficultés au décollage : temps clair, variable, sieste immédiate, game over
Chapelle : poisson aprouved


Check list :

sauteuse
couteau
aiguille
ramequin

noix de St jacques (surgelées ou non), 2-3 par personne
oignons rouges, 1 pour 2 personnes
vin blanc (un groooooooos verre), sauvignon
beurre
sel
poivre
1 gousse de vanille
fécule (facultatif)
muscade
armagnac

garniture
épinards en branche (surgelé ou non)
vinaigre
graines de sésame
huile d’olive ou de sésame
riz

Avant de commencer à vous donner le mode d’emploi, il y a une chose à savoir, on fait toujours trop cuire les fruits de mer !
Bon maintenant on peut commencer, vous faites égoutter les coquilles de façon à récupérer le jus, pis vous utilisez l’aguille sur le corail comme sur une poupée de cire, vous avez qu’à penser à l’autre grognasse qui à le feu au cul et qui tourne autour de votre jules, et vous aurez une idée du geste.
Vous laissez égoutter dans une assiette.
A coté de cela, vous émincez les oignons rouges, vous les faites doucement confire dans le beurre à feu très doux, dans une poêle les blondes. Lorsque les oignons sont transparents, vous ajoutez les noix après les avoir rafraîchies dans de l’eau glacée puis égouttées et la gousse fendue en deux avec une râpure de muscade.
Vous faites un aller retour à feu vif : en gros elles doivent raidir, se colorer des deux cotés mais pas plus. Plus, le diable vous jugera et vous enverra vous faire chier avec les anges sans sexe et sans humour à jouer de la harpe pour l’éternité (ça fait peur hein ?).
Lorsque les coquilles sont raidies, vous les retirez et les réservez dans un plat (en gros on met de coté et on fait gaffe au chat), vous y mettez aussi le jus rejeté à la décongélation. Puis vous laissez tomber à feu doux à la glace (vous devez réduire le jus jusqu'à avoir kek chose de sirupeux limite caramel). Vous déglacez avec le vin blanc (on ajoute le pinard), et vous grattez les petites graines de la gousse, vous remettez les graines dans le plat, ainsi que la gousse elle même, il vaut mieux le faire en plusieurs fois. Lorsque vous avez un jus odorant et non alcoolisé vous ajoutez le poivre, et le sel si nécessaire (je déconseille, ceci étant). Vous réservez la sauce dans un bol.

On passe à la garniture pour l’instant. Vous faites cuire le riz, et vous le mettez dans des ramequins, c’est plus joli une fois démoulé dans l’assiette
Vous faites bouillir de l’eau salée, vous mettez dans l’eau à ébouillanter les épinards crus, triés ou surgelés. Vous les y laissez 30s pas plus, les épinards frais doivent garder une tige à la limite du craquant, les épinards congelés doivent décongeler et juste blanchir. Ça doit être on ne peu plus léger.
Vous rafraîchissez immédiatement sous l’eau froide dans une passoire, vous essorez, et vous disposez dans un plat avec un trait de vinaigre, un filet d’huile et des graines de sésame grillées.

On retourne aux coquilles. Vous faites chauffer la poêle, vous y mettez les coquilles réservées et vous y mettez un trait d’armagnac, on flambe, on éteint (non, on ne gaspille pas l’alcool). On rajoute la garniture, et dès que c’est chaud on sert dans chaque assiette une timbale de riz, un peu d’épinard et les coquilles, si la sauce est trop liquide vous pouvez l’épaissir à la fécule.
Vous pouvez planter la demi gousse sur le riz, et mettre une râpure de muscade dessus pour faire joli.

Un vin blanc de type sauvignon fera l’affaire, ou un truc style sirop de violette. Faites moi plaisir, si il y a du coca sur la table, essayez le gaz.




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .