Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  ExpĂ©riences vĂ©cues

Infos, conseils
  Coming-out
  RĂ©flexions, Conseils
  HomoparentalitĂ©
  SantĂ© et prĂ©vention
  DĂ©pression, suicide

News
  GĂ©nĂ©ral
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  CinĂ©, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Les 4 Fantastiques
par anchois-man le 4 Septembre 2005 dans Art et Culture / Ciné, DVD
4 commentaires


Lorsqu'un orage magnétique frappe soudainement la station orbitale, les codes génétiques de quatre astronautes sont modifiés...



Les 4 Fantastiques



Sortie : 20 juillet 2005 - 07/08/2005 (usa)
Genre : Science-Fiction / Action
DĂ©but tournage : 04 aout 2004
Titre Français : Les 4 Fantastiques
Direction : Tim Story - Scénario : Mark Frost et Michael France - Production : Avi Arad, Chris Colombus, Bernd Eichinger et Ralph Winter - Compagnie : 20th century Fox - Budget : $ 100 million - Musique : John Ottman et Deane Ogden (musique additionnelle) - Piste son : Dolby Digital, DTS - Costumes : Wendy Partridge - Effets Spéciaux : Laura Barbera, Jeffrey Benoit et Tim Pyle.
Durée : 01 h 45
Avec : Michael Chiklis (Benjamin Grimm / The Thing / La Chose), Jessica Alba (Invisible Woman), Ioan Gruffudd (Reed Richards / L'homme Ă©lastique) et Chris Evans (Johnny Strorm), Julian McMahon (Dr Doom), Maria Menounous, Laurie Holden, Kerry Washington (Alicia) et Hamish Linklater.



Reed Richards s'apprête à explorer le coeur du cosmos pour percer les mystères de nos origines. A ses côtés : l'astronaute Ben Grimm, son ex-compagne Sue Storm et le pilote casse-cou Jimmy Storm.
Au cours de leur mission, la station spatiale s'engouffre dans un nuage de particules radioactives. Les codes génétiques des quatre astronautes en sont altérés à jamais...


L’avis d’Anchois-Man :

Hum ! Les 4 Fantastiques ! Tout de suite on imagine le top du kitsch, ce Marvel (comic book créé en 1961 par Stan Lee et Jack Kirby) où des scientifiques trifouillés génétiquement par un orage interstellaire les transforment en caoutchouc, solide comme du roc, invisible, ou tout feux tout flammes. Une entreprise risquée si on désire l’adapter sur grand écran. Comment rendre cohérent et surtout pas ringard un concept aussi vieux et aussi casse-gueule ? Tout simplement en désamorçant à la source l’insuffisance évidente du projet en y rajoutant une couche d’humour et utiliser la médiocrité latente de l'ensemble à son avantage…



Mais bon, ça ne veut pas dire que le film s’en sort haut la main. Le problème vient toujours de la source. Il ne suffit pas de ressusciter une vieillerie et de lui faire un lifting pour qu’elle fonctionne à notre époque. Et quand le scénario et les dialogues ne sont pas à la hauteur… Vous allez me dire, que je devais m’attendre à ce que ce film ne soit pas de la trempe d’un Spiderman, mais plus de celle d’un Hulk (version comique), oui c’est vrai…



Donc pour situer le contexte, après leur immersion dans l’orage radioactif, nos quatre personnages (cinq en comptant le malfaisant de l’histoire), se transforment, et chacun passe la fameuse phase d’initiation, indissociable de chaque film de super héros.



Invisible Woman (Jessica Alba) nous fait des strip-teases plus ou moins contrôlés en public sur un pont de New-York. Et comme par hasard, c’est elle qui devient invisible. My god ! « Dark Angel » a une plastique trop avantageuse ! N’oublions pas que ce film est destiné à un publique familial, faut pas choquer ! Enfilons-lui vite une combinaison... trop petite !



Johnny Strorm (Chris Evans), son frangin très djeun’s, dit La Torche, s’enflamme à se la jouer nouvelle Star People, à rouler des mécaniques dans des shows de motos cross, et à allumer toutes les minettes qui bavent sur son passage, c’est surtout le principal élément humoristique du film en combinaison avec la Chose.



La Chose (Michael Chiklis) a pour premier réflexe d’aller voir si sa femme l’aime toujours (là où un Peter Parker aurait mis six mois rien que pour se décider), celle-ci le rejoint en nuisette et pantoufles en forme de lapin, en pleine nuit dans les rues de New York, et évidement il se fait plaquer illico presto. En allant picoler dans un bar il sera consolé par une aveugle qui ne sera par regardante sur son aspect physique.



L'homme élastique est certainement le plus mou de tous, et il aime Invisible Woman. Monsieur possède un corps en caoutchouc qui lui autorise nombre de folies et éventuellement les moins racontables, mais il possède également un cerveau de scientifique borné qui lui impose une certaine étroitesse d’esprit, et plus précisément en termes de relations amoureuses. Celui-ci culpabilise d’avoir transformé toute l’équipe en monstres de foire, surtout La Chose qui met une pagaille monstre dans New-York (ce qui n’empêche pas à la population new-yorkaise d’applaudir malgré le souk qu’elle met dans la ville à chaque intervention).



Enfin nous avons le magnat des finances Viktor Van Fatalis (Julian MacMahon), le seul des personnages qui n’a pas une évolution génétique fulgurante. Faut dire aussi qu’en tant que « méchant » de l’histoire il n’a pas beaucoup d’ambitions, hormis se venger de Reed Richards (L'homme élastique) qu’il considère comme étant le coupable de son échec financier lors de la mission spatiale. Comparativement Fatalis va acquérir (trop) lentement des capacités à manipuler l’énergie électrique et va griller les banquiers qu’il considère comme ses ennemies…



Vous l’aurez compris, malgré quelques incohérences dans le scénario, les 4 fantastiques fonctionnent bien car il y a ici quatre super héros ce qui fait quatre fois plus de super pouvoirs, d'effets spéciaux et de péripéties qu’on n’arrive absolument pas à prendre au sérieux. Le point noir c’est qu’il n’y a pas de véritables catastrophes qui fasse trembler le spectateur, car le méchant est loin d’être l'icône cruelle et démoniaque qu'il est censé incarner, il est aussi mou que monsieur élastique… Donc pas de scène d’action phare… Dommage. Heureusement qu’il y a de l’humour, et cet humour vient du jeu de Michael Chiklis et Chris Evans, c’est eux qui produise une énergie communicative au film. Sinon après il ne reste que la débauche d’effets spéciaux la plupart du temps assez réussis, mention particulièrement au soin apporté au visage de « la chose » qui dégouline d’expressions diverses (ce gros cailloux vous ferez presque chialer).
En bref, Les 4 fantastiques est un grand n'importe quoi filmique qui ressemble globalement à une série Z au budget Hollywoodien. L’ensemble reste plutôt agréable à regarder, il ne manquerait pourtant pas grand-chose pour que…

Ce sera peut-être mieux au prochain épisode… Et oui ! A peine sorti dans les salles, le film se voit déjà l’objet de rumeurs annonçant une suite et même deux. Michael Chiklis (La Chose) aurait annoncé le réengagement des trois autres acteurs pour trois autres films des 4 Fantastiques, ainsi que le sien alors qu'il ne s'était engagé que pour un. Peu avare en informations, l'acteur confirme que le tournage pourrait débuter dès l’été prochain. A suivre …

Note du film : 3/5

Site Officiel des 4 Fantastiques (version Française) : http://www.fantasticfourmovie.com/french/flash/index.php




 Creative Commons License Ce/tte création est mis/e ŕ disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n°1104460. Contact: .