Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Test DVD - ALEXANDRE
par anchois-man le 24 Août 2005 dans Art et Culture / Ciné, DVD
4 commentaires


La vie d'Alexandre le Grand, de son enfance à sa mort...



ALEXANDRE



Date de sortie du film : 05 Janvier 2005
Date de sortie DVD : 03 août 2005
Titre original : Alexander
Réalisateur : Oliver Stone
Acteurs : Colin Farrell, Angelina Jolie, Val Kilmer, Jared Leto, Rosario Dawson, Anthony Hopkins
Editeur : Pathé - Zone 2
Durée : 2h50 env.
Test de la version Edition Collector, Digipack, 2 DVD, PAL, Son THX - DVD Zone 2
Audio : Anglais Dolby Digital 5.1, Français Dolby Digital 5.1
Vidéo : Format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté scope 2.35, Format DVD-9, Film en Couleurs, Sous-Titre en Français
Contenu du coffret :
- Un livret collector avec coulisses du tournage, répères historiques, images inédites, cartes, photos, story-boards.
- DVD 1 : Film. Commentaire audio de Oliver Stone Bande-annonce (VF 5.1).
- DVD 2 : Making of : "Fight Against the Time" de Sean Stone (79'). Documentaire National Geographic : "Alexandre le Grand" (50'). Interviews de Oliver Stone, Colin Farrell, Angelina Jolie et Val Kilmer. Bandes-annonces



La vie d'Alexandre le Grand, narrée par Ptolémée : de son enfance à sa mort, des cours d'Aristote aux conquêtes qui firent sa légende, de l'intimité aux champs de bataille. Fils du roi Philippe II, il soumit la Grèce révoltée, fonda Alexandrie, défit les Perses, s'empara de Babylone et atteint l'Indus pour établir à 32 ans l'un des plus grands empires ayant jamais existé.


L’image : Impeccable. Dés le début on sent la qualité. Vous pouvez vous amuser à utiliser la fonction zoom de votre platine DVD, on constate une définition impressionnante de précision, révélant et mettant en valeur de nombreux détails sur chaque plan et chaque effet. Le niveau de précision atteint son paroxysme dans les scènes de batailles, notamment celle de Gaugamèle où la profondeur de champ s'avère parfaite, et où les nuages de poussière enveloppe l'action. Les couleurs sont sursaturées juste ce qu’il faut lors du générique par exemple dans de beaux bleus, et la palette chromatique du film, des jaunes du désert, aux couleurs impressionnantes de la bataille contre l'armée d'éléphants tournée en partie en infrarouge, en passant par les couleurs délicates des Indes. La profondeur des noirs, la qualité du contraste, le petit grain pellicule,… un transfert dans les moindres détails.



Le son : Dès le générique on peut constater à quel point la musique de Vangelis profite de l'ambiance du film. Il en va de même pour les effets sonores, qui lors des batailles sont très efficaces pour retranscrire l’intensité des actions. Les scènes de dialogues et de vues générales sont quant à elles plus calmes, et bénéficient tout de même d'un niveau de détail efficace pour retranscrire l'ambiance du film. En bref un très bon son.

L’interactivité : Le menu du premier DVD est animé, reprenant des séquences du film dans un joli filtre jaune en référence aux décors des déserts du film, et portés par la musique de Vangelis. La navigation est claire et simple.



Commentaire audio d'Oliver Stone :
J’ai été surpris par Oliver Stone, qui a visiblement une grande faculté à expliquer ses films, sa mise en scène, et à se confier aux auditeurs, et ici il ne s'arrête pas du début à la fin. Il arrive à captiver aisément notre attention, en abordant des points aussi variés que passionnants. Stone profite de ses 2h40 pour disséquer son film sur tous ses aspects. A commencer par la véracité historique, en expliquant détaillant les mœurs de l'époque qu'il a voulu reproduire fidèlement, et les quelques libertés qu'il dû prendre dans ce qui reste une adaptation au cinéma. Dans tous les cas, on sent que le réalisateur a tenu à être le plus proche possible de la réalité, ou du moins de ne jamais la trahir par des contre-sens. On trouve aussi dans ce commentaire un grand nombre d'anecdotes de tournage, sur l'entraînement des acteurs, les contraintes budgétaires, la création du générique de début par le laboratoire Eclair, la demande expresse des assurances que les prises en infrarouge tournées à la fin le soient également en mode normal au cas où ça ne marche pas, …. En somme, une jolie leçon de mise en scène se trouve à la clé de ce commentaire audio rentrant dans le cercle fermé de ceux indispensables à écouter.



Les bonus :
- Making-of : Vaincre le Temps (16/9, 1h16)
Réalisé par Sean Stone, fils d'Oliver, ce making-of devrait plus être qualifié de film pour sa structure narrative particulière. Intrigué par le métier de son père et ce projet "Alexandre" qui le hantait depuis si longtemps, Sean Stone nous explique avoir arrêté la fac le temps d'un semestre pour l'accompagner dans son périple, sachant qu'il aurait besoin de soutien, mais aussi persuadé que son père ne ferait un tel film qu'une seule fois dans sa vie. On assiste également à quelques réunions de production nous dévoilant la face cachée du cinéma, ainsi qu'une séance houleuse de montage, mais surtout du nombre de plans qu'il allait devoir jeter (deux bonnes heures sur cinq… Un futur DVD Director Cut ?). Le tournage en lui-même nous ait aussi dévoilé, montrant l'atmosphère sur le plateau, le travail avec les acteurs, leurs hésitations, leur implication, leur direction, le tout parfois accompagné des commentaires de Stone père ou fils (entre autre on apprend de Oliver Stone que Colin Farrell est un pilier de bar…). A ces images d'exception dévoilant l'envers du décor avec une absence de pudeur troublante, c'est surtout cette relation entre le fils et le père mise en parallèle qui donne une dimension supplémentaire à ce "making-of".

- Documentaire historique du National Geographic : Alexandre le Grand (4/3,47mns, vf)
Un documentaire proposant des interviews d'historiens montées en parallèle avec des images de reconstitution qui contraste fortement avec le film de par sa forme, on sent que c’est fait par des américains pour des américains, mais dans le fond dévoilant qui était réellement Alexandre, quels furent ses exploits et surtout ses conséquences sur le monde culturellement. Pour les néophytes, il s'agit là d'un exposé forcément passionnant pour en savoir encore plus sur l'un des plus grands conquérants de l'histoire, qui devrait les encourager à explorer un peu plus ce personnage à travers quelques lectures. Très bien pour des élèves d’écoles… Américaines.

- Interviews :
Quatre interviews disponibles, respectivement d'Oliver Stone (2mns07), Colin Farrell (2mns44), Angelina Jolie (3mns07), Val Kilmer (3mns07). Ces interviews réalisées pour la promotion du film ne vont évidemment pas aussi loin que les suppléments précédents. Sinon la rapide présentation d'Oliver Stone du film en lui-même reste toujours intéressante, le reste demeure assez superficiel.

- Bande-Annonces :
Les teaser et bande-annonce, au choix en version originale sous-titrée ou française.



Le film :
Je dois avouer qu’avant de décider à acheter ce DVD j’ai grandement hésité. Pourquoi ? Parce que les critiques étaient extrêmement divisées sur le film. D’un coté on vous dis « C’est une daube ! » et de l’autre « Magnifique ! Splendide ! ». Et bien je n’irais pas jusqu’à « Magnifique ! Splendide ! » mais j’en suis pas loin, du moins l’ensemble Film + making-of vaut la peine de dépenser 28 euros. Ce DVD collector est l’un des rares ou on ne s’ennuie pas avec les bonus, et surtout avec le commentaire audio.
Pour ce qui est du film, la qualité de réalisation est remarquable. Là où j’ai joyeusement baillé en regardant JFK, les 2h50 de Alexandre sont passées à vitesse grand V. Stone arrive à vous attacher au personnage dés son enfance, avec une Angelina Jolie en mère protectrice et possessive, et un Val Kilmer tantôt détestable, tantôt attachant et qui souhaite que son fils se comporte en homme fort et capable de dominer. La bisexualité/homosexualité et celle de ses généraux est explicite. Les femmes sont en ces temps considérées comme des êtres inférieurs utiles seulement à procréer, non sans avoir leur importance dans le film, et surtout abordée sans tabou et sans tomber dans la caricature. Alexandre ne se limite pas à un simple film de guerre. Alexandre met parfaitement en valeur la révolution culturelle qu'engendrèrent les conquêtes. Alexandre le Grand souhaitait unifier les pays et leur apporter une éducation que seule la civilisation grecque, alors à son apogée, pouvait offrir au monde. Sa folie des grandeurs, et sa transformation de bienfaiteur à tyran sont rendues avec une impressionnante finesse.
Par contre la narration de cette histoire risque d’en rebuter plus d’un. Alexandre suit un scénario déstructuré, changeant sans prévenir de narrateur et d'époque, et causant des cassures pour le moins brutales. Néanmoins avec du recul la remise en question de la forme de ces 2h50 se transforme en compréhension. Cette narration se justifie par des bonds dans le temps qui permettent de mieux mettre en évidence le peu d'évènements qu'il suffit à Alexandre pour basculer d'une personnalité à une autre, en l'occurrence celle de jeune prince vivant à la cour à celle d’un conquérant assoiffé de victoires.
Je tiens à faire une mention spéciale à une bataille contre une troupe d'éléphants dont le gigantisme se sent alors qu'ils ne sont pas encore à l'écran (juste par le son saisissant) et devient terrifiant dès qu'ils apparaissent, bien plus que des oliphants dans « Les Deux Tours » par exemple. D’autres scènes de combats sont toutes aussi spectaculaires d’intensité.
Alexandre n'est pas un film franchement facile à accepter, certains partis pris graphiques, la musique et surtout la narration pourront choquer certain(e)s. Moins polémique que prévu, Alexandre s'impose tout de même comme un portrait passionnant d'un homme qui ne l'était pas moins.

Note du DVD : 4/5


Site Officiel du film Alexandre : http://www.alexandre-lefilm.com




 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .