Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  Expériences vécues

Infos, conseils
  Coming-out
  Réflexions, Conseils
  Homoparentalité
  Santé et prévention
  Dépression, suicide

News
  Général
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  Ciné, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Bugcrush
par tkf le 31 Octobre 2007 dans Art et Culture / Ciné, DVD
0 commentaire


Voici un court métrage qui passe de la bleuette adolescente gay à l'horreur/fantastique. Inclassable, innovant, fantastique ... et récompensé à Sundance en 2006 !



BUGCRUSH

L’année dernière, j’étais allé, comme quasiment chaque année, au festival du film gay et lesbien de Paris. Malheureusement, comme de plus en plus, je suis sorti relativement déçu par la production que j’ai pu voir à ce festival.
La production de films gays et lesbiens est en effet de plus en plus formatée pour correspondre aux attentes d’un public gay et lesbien, ce qui fait que désormais les scénarios se répètent et perdent leur valeur d’œuvres « universelles » ou « novatrices ». La création d’une niche cinématographique ciblée sur les thèmes LGBT a eu son heure de gloire, mais désormais, cette niche est en pleine crise, faute de renouvellement des idées et thèmes gays et lesbiens. Fini donc le temps de l’extase devant « Maurice », « Torch song trilogy », « Les roseaux sauvages », « Beautiful thing », « Priscillia folle du désert »… Si la fin des années 1980 et les années 1990 nous ont laissé quelques chefs-d’œuvre impérissables, les années 2000 nous ont laissé surtout des clones pratiquement destinés à n’être rentabilisé qu’au marché du DVD, ce qui explique la segmentation/formatage de ces films qui ne seront achetés quasiment que par des gays et des lesbiennes. Nous avons eut donc droit à des films clones sur le coming of age (sur l’adolescence donc), sur les bandes de potes, sur les histoires d’amour romantique, sur le sida, sur l’homophobie, etc… Oh, certes, parmi ces clones, nous avons eut droit à quelques très bons films, mais aucun n’a percé comme leurs prédécesseurs dans l’inconscient collectif. Bref, le genre peine à se renouveler. Seuls quelques rares films ont su renouveler le genre, comme « Brokeback mountain », « Tu marcheras sur l’eau » ou « Mysterious skin », qui ont chacun su traverser le sentier du formatage en explorant des sentiers inconnus.

Et bien justement, lors de ce festival, un court métrage a marqué les esprits. On peut même dire que cela était la seule œuvre vraiment importante du festival qui l’a sauvé d’un ennui mortel. Certains diront qu’il surfe sur la vague des nouveaux films d’horreur/fantastique gays. Sauf que, pour l’instant, excusez-moi l’expression, nous n’avons eu que des œuvres bas de gamme qui ne risquaient de bousculer le podium des meilleurs films du genre. Et puis, enfin, « Bugcrush » est arrivé…

Titre original : Bugcrush
Titre en français : Désir rampant
Réalisateur / scénariste : Carter Smith
Adapté d’une nouvelle de Scott Treleaven
Durée du film : 34 minutes.
Récompense : Prix du jury au festival de Sundance 2006
Site internet officiel : http://www.bugcrush.net
Distribution :

Josh Barclay Caras (Ben)

Donald Eric Cumming (Grant),

Eleonore Hendricks (Amber) & Billy Price ¹(Tim)

David Tennent (Shannon) & Alex Tourmayan ¹ (Keith)
¹ J’ai peut être inversé Billy Price et Alex Tourmayan. Si c’est le cas je m’en excuse.

Synopsis : Ben, un lycéen timide et pas encore tout à fait sûr de lui, mais en tout cas outé auprès de ses amis, est fasciné par Grant, un nouvel élève … qui s’avère dangereusement séducteur. Ce dernier va entraîner l'adolescent dans une aventure initiatique effrayante.




Critique :
Cela commence comme une bleuette adolescente : on se dit « Tiens, encore une histoire où un jeune gay tombe sous le charme d'un autre mec dont il va falloir savoir justement s'il est gay ou pas ». Une sorte de film « coming of age », du déjà vu donc. Et bien pas du tout. Car lentement le film glisse vers l'angoisse. Une angoisse oppressante où on se demande dans quelle galère Ben a bien pu se fourrer. Car on ne peut pas franchement dire que Grant soit toujours très rassurant, malgré la séduction qu’il opère auprès de Ben. Puis s’opère un basculement encore plus rapide car on tombe dans le fantastique/horreur. Heureusement que l'on ne nous montre pas tout d'ailleurs. Sans vous révéler l'histoire (cela serait gâcher le plaisir), voici une intrigue rondement menée par une réalisation intelligente : particulièrement innovant ! On comprend le titre en voyant les dernières minutes du court-métrage. Woaw ! Si seulement on pouvait espérer que cette histoire continue, car on aimerait connaitre la suite !
Ce court métrage est l’exemple même d’œuvre qui échappe à toute classification simpliste, comme « Brokeback mountain » d’Ang Lee, « Tu marcheras sur l’eau » d’Eytan Fox ou "Mysterious skin" de Gregg Araki. C’est ce qui fait sa force et son originalité, d’autant plus qu’il pénètre dans des sphères jamais véritablement explorées auparavant de cette façon.


Alors, vous allez me dire : « Où voir ce court-métrage ? ».
Guettez la télévision. Il a été diffusé sur Arte le 29 août 2007 à 2h15 du matin (donc quasiment personne ne l’a vu). Qui sait ? Il pourrait il y avoir une rediffusion ? Il y a quand même intérêt à guetter la grille des programmes de manière minutieuse, vu les horaires de la précédente diffusion.

Sinon, il y a la VOD, sur le site d'ArteVOD. C’est un peu cher, mais honnêtement cela vaux le coup. D’autant que là vous pourrez le voir en VOST en un seul morceau, tandis que sur les sites de partage de vidéos (quand on le trouve), c’est en VO non sous-titrée et découpé en plusieurs parties, ce qui gâche franchement la montée crescendo de l’angoisse (à éviter donc).

Enfin, espérons qu’Antiprod, l’éditeur qui propose sur le marché dvd la collection « Courts mais gay », ait la bonne idée et la possibilité d’en obtenir les droits pour une diffusion en France. Le court métrage a en tout cas déjà été édité dans la collection dvds US « Boys life 6 » (zone 1).







Aaaaaargh !!!!!
Mais que peut-il bien se passer ensuite ? Ben !?! Répond-nous !





Articles lis

"Du gore, du cul, de la romance et un poil de reflexion"...interview avec LOGAN
à l'occasion de la sortie de Porky 3, Logan, dessinateur et scénariste, nous accorde une interview exclusive, où l'on parle herméneutique, culture pop et bicoulis.
par captain le 16 Septembre 2009 dans Art et Culture / Livres
(3 mots cls identiques)

Porky 2 : le nouveau Logan est sorti !
le deuxième épisode des aventures de Porky sort chez H&O comics, et ça valait la peine d'attendre...
par captain le 30 Mars 2006 dans Art et Culture / Livres
(2 mots cls identiques)
 Creative Commons License Ce/tte cration est mis/e disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n1104460. Contact: .