Homo, bi, trans, hétéro,


Une autre vision du monde LGBT.
Moins de préjugés, plus d'information.
  Articles

Ta vie
  Coming-out
  ExpĂ©riences vĂ©cues

Infos, conseils
  Coming-out
  RĂ©flexions, Conseils
  HomoparentalitĂ©
  SantĂ© et prĂ©vention
  DĂ©pression, suicide

News
  GĂ©nĂ©ral
  Et-alors
  Edito et-aloriens

Sorties
  mEAtings
  Boites
  Bars
  Assos
  Gay Pride

Art et Culture
  CinĂ©, DVD
  Livres
  Musique
  Cuisine
  Divers

Humour
  Electrolook
  Guide du tchat gay
  Guide de la Vie Gay
  Divers

Glen or Glenda, un film de Ed Wood (1953)
par captain le 18 Mai 2006 dans Art et Culture / Ciné, DVD
9 commentaires


la bouleversante histoire du douloureux combat d'un transsexuel...par le réalisateur le plus nul de l'univers : une effarante comédie surréaliste



C'est qui ce mec ?

Si vous avez vu le film éponyme de Tim Burton, vous connaissez déjà Ed Wood.
Ce type, qui se trimballe la réputation d'être le pire réalisateur de l'univers, est l'immortel auteur de très improbables films, comme "Plan Nine from outer space", "Night of the Ghouls" ou "Bride of the Monster"(le film préféré de Mistigri) , sombres pépites cinéphiliques des années 50-60, au budget microscopique, au décors de carton peint, au montage aléatoire et aux scénarios souvent échevelés.

Mais Ed Wood n'a pas réalisé que des films de zombies, de soucoupes volantes et de poulpes géants en bois ! Ravagé par les affres d'une vie intime confuse, Ed s'est également adonné au mélodrame social, comme dans Glen or Glenda, le film dont je compte vous causer, là, et qui est disponible (avec les autres chefs-d'oeuvres du Maitre), dans un joli coffret DVD.



Glen or Glenda

Tu te poses des questions sur ton orientation sexuelle ? Tu te sens confus ? Ou alors tu voudrais montrer à tes parents (qui se posent des questions à ton sujet) un documentaire éclairant sur le douloureux problème du transsexualisme ? alors un seul conseil :
NE REGARDE SURTOUT PAS "GLEN OR GLENDA" !!!! Parce qu'après ça va être encore plus le bordel !!!

Le film se présente comme un pseudo-documentaire, narrant les affres de ces hommes qui aimeraient porter des robes. Pourquoi donc ? Mais parce que c'est telllllllement plus confortable pour lire le journal à la maison, bien sur !!!
En fait de transsexuels, le début du film parle plutot de travestis, qui sont présentés ici comme des types hyper pas-féminins (y'en a même un barbu) qui se sentent plus à l'aise en petite robe à smocks pour fumer le cigare. Soit.
Mais pourquoi ces séquences sont elles entrecoupées de visions d'autoroutes ?
(oui, j'ai bien dit des AUTOROUTES !)
Et puis après pourquoi proposer des dialogues réconfortants de tolérance sur le changement de sexe...sur des images d'usines sidérurgiques ?
Ensuite, y'a Bela Lugosi (vous savez, le type qui jouait Dracula dans plein de films) assis dans un fauteuil avec un squelette pendu à côté, et qui déclame des trucs abscons en surimpression avec des charges de bisons, je me demande même pourquoi j'essaye de résumer un truc pareil !

Au bout d'un moment, l'histoire se précise avec les aventure de Glen ( joué par Ed Wood lui même ) un jeune homme parfaitement HETEROSEXUEL (c'est lourdement souligné dans l'histoire) qui veut se marier avec Barbara, une accorte blonde , sauf qu'il se déguise de temps en temps en créature capiteuse pour aller s'acheter des nuisettes, tout va bien la vie est belle.


belle bĂŞte, hein ?

Et donc voilà, Lugosi répète une comptine sur un dragon vert qui mange les petits garçons et les gros escargots, puis s'ensuit un délire bondage ou des pin-ups girondes se font fouetter, bailonner et ligoter sur le canapé (rayer les mentions inutiles) sous l'oeil complice de Satan, avec une musique Klezmer complètement Folk, et Glen et Barbara se décident à consulter un psychiatre.
A leur place, je ferais pareil, surtout qu'il y'a un arbre qui s'est effondré au milieu de leur salon.

Le psychiatre raconte à un type ( dont on ne saura rien) les aventures de Alan, devenu Anne parce que sa maman voulait une fille et que son père était alcoolique.
Je crois que je connais plein de transsexuels potentiels.

Il se passe des trucs nébuleux. Je perds le controle de mes nerfs optiques.

Bref, Glen et Barbara se marient, et pour une raison fumeuse ils sont sauvés grâce à l'amouuuuuuur !!! Générique de fin. Il fallait oser.

VoilĂ  un film qu'il est Queer !!!

Ce film c'est n'importe quoi !!!! J'adore !
On sent à chaque minute l'enthousiasme et l'implication de Ed Wood, qui était parait-il concerné directement par le sujet. Il encourage la tolérance et le respect de la différence, même si les "cas" qu'il présente sont franchement grotesques !
En tout cas, ce film est un vibrant plaidoyer pour que les vrais hommes aient le droit de mettre des boucles d'oreilles et des nuisettes en soie. Enfin un réalisateur qui a le courage de ses opinions !

Il ne faut surtout pas rater la scène tordante ou l'ami de Glen ( genre 50 ans, 120 kgs environ...) se fait surprendre par sa femme en caftan à col de plumes d'émeu. Moi l'émeu ça m'émeut.

Par contre, si vous vous attendiez à un vrai film sur le transsexualisme, je pense que vous devriez arrêter de boire, vu que là c'est tellement le bronx entre les théories à deux balles du Psy et l'embrouillamini du scénario qu'on ne sait plus s'il s'agit de transsexualisme, de travestissement, de double personnalité ou d'hermaphrodisme... de toutes façon, c'est pas la riguer de l'exposé qui eclairera votre lanterne !

En tout cas un truc franchement rigolo c'est qu'à AUCUN moment il n'est question d'homosexualité ! C'est à se demander pourquoi j'en parle sur ce site, moi...

Bref : un grand moment de délire hallucinatoire, à ranger dans la DVDthèque entre les premiers films de David Lynch ( comme eraserhead ) les films de Guy Maddin et l'expressionnisme allemand (mais en plus rigolo)

et n'oubliez pas...
TOUT LE MONDE AIME ED WOOD !!!




 Creative Commons License Ce/tte création est mis/e ŕ disposition sous un contrat Creative Commons.
Photos principales: stock.xchng et iStockphoto. CNIL n°1104460. Contact: .